Rappels

Histoire de l'appareil

L’Agusta A.106 est un prototype d’hélicoptère léger embarqué de lutte anti-sous-marine, monoplace, mono-turbine, équipé d’un rotor de sustentation et d’un rotor anti-couple bipales et muni de patins ou de flotteurs.

C’est en 1965 que le constructeur aéronautique italien Agusta, à la demande de la marine italienne, commence l’étude d’un petit hélicoptère de lutte anti-sous-marine. Destiné à être transporté sur les frégates de la classe Bergamini et les destroyers de la classe Impavido, l’A.106 doit être de petite taille.

En ce qui concerne la propulsion, c’est naturellement la turbine qui est choisie, un type de moteur déjà utilisé sur les prototypes Agusta A.104 et A.105 et sur d’autres appareils que le constructeur a déjà construit sous licence.

Pour limiter la masse, et ainsi emporter une charge offensive plus importante, il est décidé que l’A.106 doit être monoplace. Le fuselage est très compact, avec le matériel de détection mis au point par Ferranti dans le nez, juste devant le cockpit. Derrière le poste de pilotage se trouve le réservoir de carburant et le système de transmission actionnant le rotor de sustentation. Ce dernier est muni de deux pales, en alliage léger, qui peuvent être repliées afin de diminuer l’encombrement à bord des navires. La turbine Turboméca-Agusta TAA 230 de 220 kW est installée à l’arrière de la cabine, juste au-dessus de la poutre de queue. Cette dernière est équipée de stabilisateurs horizontaux et, à son extrémité, de stabilisateurs verticaux et du rotor anti-couple bipale. Cette dernière partie peut être pliée afin de diminuer l’encombrement de l’appareil. Le train d’atterrissage est constitué de patins qui peuvent être munis de flotteurs gonflables en cas d’urgence. Au sol et sur les ponts des navires, il est possible de les équiper de roues amovibles pour faciliter leurs déplacements.

Un système de stabilisation dans les trois axes, également développé par Ferranti, permet à l’hélicoptère de rester en vol stationnaire au-dessus d’un point précis, durant les phases de recherche, tout en fournissant une plate-forme de tir stable.
La charge offensive habituelle est constituée de deux torpilles Mk.44 ou des charges de profondeur installées sous le fuselage. Pour des missions autres que la lutte anti-sous-marine, comme par exemple l’attaque de bâtiments de surface, l’A.106 peut être équipé de roquettes de 80 mm et de deux mitrailleuses de 7,62 mm.
Des réservoirs supplémentaires externes de 200 ou de 600 litres peuvent être installés, afin d’augmenter son autonomie.

Le premier vol est effectué le 10 novembre 1965, un second prototype est construit quelque temps plus tard. L’A.106 est par la suite testé au sein de la marine italienne, et cinq appareils de préproduction sont commandés. En 1973, cette commande est annulée : la marine italienne lui préférant finalement une version anti-sous-marine de l’Agusta-Bell 212 : l’AB.212ASW.

Deux versions destinées à l’armée italienne ont également été étudiées. La première consiste à une sorte de grue volante capable de soulever des charges de l’ordre de 500 kg sous élingue, grâce à un crochet installé sous le fuselage. La seconde version, destinée au transport sanitaire, pourrait transporter deux blessés sur civières, ces dernières étant fixées à l’extérieur de la cabine. Mais ces deux versions sont également abandonnées.


Texte de Jéricho,  avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Agusta A.106 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 400 kg (3 086 lbs)
  • Masse à vide : 590 kg (1 301 lbs)
  • Surface du rotor : 70,9 m² (763,161 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 9,5 m (31,168 ft)
  • Hauteur : 2,5 m (8,202 ft)
  • Longueur : 8 m (26 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 176 km/h (109 mph, 95 kts)
  • Vitesse de croisière : 167 km/h (104 mph, 90 kts)
  • Endurance maximale : 4 h 30 minutes.
  • Distance franchissable : 740 km (460 mi, 400 nm)
  • Plafond opérationnel : 3 000 m (9 843 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 6,2 m/s (20,341 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 8,322 kg/m² (1,7 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 19,746 kg/m² (4,04 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbine Agusta, Turbomeca TAA.230
  • Puissance unitaire : 221 kW (300 ch, 296 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Agusta A.106 à 06/05/2016 07:31 Jericho
L’Agusta A.106 est un prototype d’hélicoptère léger embarqué de lutte anti-sous-marine, monoplace, mono-turbine, équipé d’un rotor de sustentation et d’un rotor anti-couple bipales et muni de patins ou de flotteurs.

C’est en 1965 que le constructeur aéronautique italien Agusta, à la demande de la marine italienne, commence l’étude d’un petit hélicoptère de lutte anti-sous-marine. Destiné à être transporté sur les frégates de la classe Bergamini et les destroyers de la classe Impavido, l’A.106 doit être de petite taille.
En ce qui concerne la propulsion, c’est naturellement la turbine qui est choisie, un type de moteur déjà utilisé sur les prototypes Agusta A-104 et A-105 et sur d’autres appareils que le constructeur a déjà construit sous licence.
Pour limiter la masse, et ainsi emporter une charge offensive plus importante, il est décidé que l’A.106 doit être monoplace. Le fuselage est très compact, avec le matériel de détection mis au point par Ferranti dans le nez, juste devant le cockpit. Derrière le poste de pilotage se trouve le réservoir de carburant et le système de transmission actionnant le rotor de sustentation. Ce dernier est muni de deux pales, en alliage léger, qui peuvent être repliées afin de diminuer l’encombrement à bord des navires. La turbine Turboméca-Agusta TAA 230 de 220kW est installée à l’arrière de la cabine, juste au-dessus de la poutre de queue. Cette dernière est équipée de stabilisateurs horizontaux et, à son extrémité, de stabilisateurs verticaux et du rotor anti-couple bipale. Cette dernière partie peut être pliée afin de diminuer l’encombrement de l’appareil. Le train d’atterrissage est constitué de patins qui peuvent être munis de flotteurs gonflables en cas d’urgence. Au sol et sur les ponts des navires, il est possible de les équiper de roues amovibles pour faciliter leurs déplacements.
Un système de stabilisation dans les trois axes, également développé par Ferranti, permet à l’hélicoptère de rester en vol stationnaire au-dessus d’un point précis, durant les phases de recherche, tout en fournissant une plate-forme de tir stable.
La charge offensive habituelle est constituée de deux torpilles Mk.44 ou des charges de profondeur installées sous le fuselage. Pour des missions autres que la lutte anti-sous-marine, comme par exemple l’attaque de bâtiments de surface, l’A.106 peut être équipé de roquettes de 80mm et de deux mitrailleuses de 7,62mm.
Des réservoirs supplémentaires externes de 200 ou de 600 litres peuvent être installés, afin d’augmenter son autonomie.

Le premier vol est effectué le 10 novembre 1965, un second prototype est construit quelque temps plus tard. L’A.106 est par la suite testé au sein de la marine italienne, et cinq appareils de préproduction sont commandés. En 1973, cette commande est annulée : la marine italienne lui préférant finalement une version anti-sous-marine de l’Agusta-Bell 212 : l’AB.212ASW.

Deux versions destinées à l’armée italienne ont également été étudiées. La première consiste à une sorte de grue volante capable de soulever des charges de l’ordre de 500kg sous élingue, grâce à un crochet installé sous le fuselage. La seconde version, destinée au transport sanitaire, pourrait transporter deux blessés sur civières, ces dernières étant fixées à l’extérieur de la cabine. Mais ces deux versions sont également abandonnées.


Versions :
A.106 : Version de lutte anti-sous-marine motorisée par une turbine Turboméca-Agusta TAA 230 de 220kW et pouvant être armée de deux torpilles, de charges de profondeurs, de mitrailleuses ou de roquettes ; deux prototypes construits.


Utilisateurs militaires :
Aucun.
Italie : en test au sein de la marine entre 1966 et 1973.


Caractéristiques :
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur du fuselage: 8,00m
Hauteur : 2,5m
Diamètre du rotor principal : 9,50m
Surface du rotor principal: 70,9m2
Masse à vide : 590kg
Masse maximale au décollage : 1’400kg
Points d’attache : 2

Moteurs :
Une turbine Turboméca-Agusta TAA 230 de 220kW (300cv).

Performances :
Vitesse max : 176km/h
Vitesse de croisière : 167km/h
Vitesse ascensionnelle : 6,2m/s
Plafond opérationnel : 3’000m
Endurance : 4h30
Distance franchissable : 740km
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m

Armement :
Deux torpilles Mk.44, ou jusqu’à dix charges de profondeurs, ou deux mitrailleuses de 7,62mm et 10 roquettes de 80mm.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Agusta_A.106
https://it.wikipedia.org/wiki/Agusta_A106
http://www.aviastar.org/helicopters_eng/agusta-106.php
http://www.airwar.ru/enc/sh/a106.html
http://america.pink/agusta-106_274568.html
http://all-aero.com/index.php/35-helicopters/copters/494-agusta-a106
https://books.google.ch/books?id=8tlOHHCRxuYC&pg=PA12&lpg=PA12&dq=Agusta+A.106&source=bl&ots=VtoxfjbiwN&sig=R07aFYjcsFNW9IfpkmlM6WHMNDY&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwjFh6eEg8PLAhVqIJoKHej3A8w4ChDoAQgnMAI#v=onepage&q=Agusta%20A.106&f=false
Re: Agusta A.106 à 06/05/2016 07:59 Clansman
La fiche sur le site

Avec une superbe photo d'un des protos préservé.
Re: Agusta A.106 à 06/05/2016 19:27 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci.


Clansman a écrit

Avec une superbe photo d'un des protos préservé.
Merci. C'est clair que sur cet appareil, l'amour italien des belles carrosseries et des formes élégantes a été un peu mis de côté… :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le May 6, 2016, 7:40 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires