Rappels

Histoire de l'appareil

Le Yak-25, un chasseur lourd biréacteur, se montra une plate-forme capable de remplir des missions différentes et d'être déclinée en autant de variantes. Une des premières versions dérivées fut le Yak-25R de reconnaissance (le prototype Yak-125 vola en 1952). Le Yak-25R de série ne fut construit qu'à 10 exemplaires, et se caractérisait par un nez vitré.

Cela mena au Yak-125B, dédié cette fois au bombardement nucléaire tactique. Le Yak-125B (Bombardirovschchik) n'exista qu'à un seul exemplaire, et vola pour la première fois en 1955. Enfin, le Yak-120M était motorisé par des AM-9A à réchauffe plus puissants que les réacteurs d'origine (2650 kgp à sec, 3250 kgp avec la PC).

Aucune de ces versions n'aboutirent à une grande série, mais apportèrent toutes quelque chose à une variante du Yak-25 dédiée au bombardement : le Yak-26.

Le prototype du Yak-26 était désigné Yak-123 et se présentait comme un appareil supersonique capable de délivrer une charge nucléaire tactique. Il se caractérisait par un nez pointu avec des panneaux vitrés, des ailes plus minces pour permettre d'évoluer aux hautes vitesses, des réacteurs RD-9AK de sensiblement même puissance que les AM-9A du Yak-120M, le train d'atterrissage du Yak-125B (train avant à diabolo et train principal allongé), un radar de bombardement PSBN-MA par nuit et mauvais temps et une tourelle arrière télécommandée et disposant d'un canon AM-23 (une autre source parle de 2 canons NR-23).

Par rapport au Yak-25, le fuselage était plus long et plus aérodynamique. Il emportait une tonne de bombes en soute, dont la bombe nucléaire Tatyana. D'autres bombes pouvaient être emportées sous les ailes. Son armement interne était au total de 4 canons NR-23 alimentés par 1200 obus au total. L'équipage était de deux personnes, un pilote dans son cockpit et un navigateur-bombardier dans le nez vitré. La vitesse prévue était de 1350/1400 km/h.

Le Yak-123-1, immatriculé 50 jaune, vola en 1955 dépourvu de radar et de tourelle. Il démontra ses capacités supersoniques, mais aussi sa piètre tenue en vol en particulier aux hautes vitesses. Le plus surprenant était un "renversement" des ailerons, ce qui se traduisait ainsi : tenter de tourner dans une direction amenait à tourner dans l'autre direction.

Malgré cela, le concept semblait prometteur et la construction d'un deuxième prototype fut décidée. Le Yak-26-3 sortit d'usine en 1956. De manière optimiste, il reçut une désignation militaire. Le Yak-123-2 (ou Yak-26-2) était sans doute une cellule d'essais statiques.

Le Yak-26-3 disposait de moteurs plus puissants, des RD-9F de 2750 kgp à sec et 3800 kgp avec réchauffe, d'ailes et d'ailerons modifiées. Les essais permirent de faire évoluer le vitrage du nez, et d'enlever la tourelle manifestement inutile.

La construction d'une petite série de 10 exemplaires fut autorisée et effectuée en 1957. Le Yak-26 participa au défilé de Touchino à l'été 1956 et y reçut la désignation OTAN "Flashlight-B, en même temps que le Yak-27 qui reçut la désignation "Flashlight-C".

Mais comme ses prédécesseurs, le Yak-26 ne fut pas davantage développé, pour les mêmes raisons : la technologie évoluait très vite dans les années 1950 et il montrait déjà dépassé. De fait, il servit de base au Yak-28 plus prometteur. Un Yak-26 (06 rouge) serait exposé à Monino.


Texte de Clansman.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Yakovlev Yak-26 (OTAN : Flashlight-B) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse normale au décollage : 11 500 kg (25 353 lbs)
  • Masse à vide : 7 295 kg (16 083 lbs)
  • Surface alaire : 28,94 m² (311,508 sq. ft)
  • Envergure : 10,964 m (35,971 ft)
  • Longueur : 17,16 m (56,299 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 1 230 km/h (764 mph, 664 kts)
  • Distance franchissable : 2 050 km (1 274 mi, 1 107 nm) (2200 km selon une source)
  • Plafond opérationnel : 15 100 m (49 541 ft) (16000 m selon une source)
  • Charge alaire, à vide : 252,073 kg/m² (51,629 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 397,374 kg/m² (81,389 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Tumansky RD-9AK
  • Puissance unitaire : 2 000 kgp (20 kN, 4 409 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Yakovlev Yak-26 à 28/01/2016 07:45 Clansman
Prototype de bombardier biréacteur soviétique des années 1950.

Le Yak-25, un chasseur lourd biréacteur, se montra une plate-forme capable de remplir des missions différentes et d'être déclinée en autant de variantes. Une des premières versions dérivées fut le Yak-25R de reconnaissance (le prototype Yak-125 vola en 1952). Le Yak-25R de série ne fut construit qu'à 10 exemplaires, et se caractérisait par un nez vitré.

Cela mena au Yak-125B, dédié cette fois au bombardement nucléaire tactique. Le Yak-125B (Bombardirovschchik) n'exista qu'à un seul exemplaire, et vola pour la première fois en 1955. Enfin, le Yak-120M était motorisé par des AM-9A à réchauffe plus puissants que les réacteurs d'origine (2650 kgp à sec, 3250 kgp avec la PC).

Aucune de ces versions n'aboutirent à une grande série, mais apportèrent toutes quelque chose à une variante du Yak-25 dédiée au bombardement : le Yak-26.

Le prototype du Yak-26 était désigné Yak-123 et se présentait comme un appareil supersonique capable de délivrer une charge nucléaire tactique. Il se caractérisait par un nez pointu avec des panneaux vitrés, des ailes plus minces pour permettre d'évoluer aux hautes vitesses, des réacteurs RD-9AK de sensiblement même puissance que les AM-9A du Yak-120M, le train d'atterrissage du Yak-125B (train avant à diabolo et train principal allongé), un radar de bombardement PSBN-MA par nuit et mauvais temps et une tourelle arrière télécommandée et disposant d'un canon AM-23 (une autre source parle de 2 canons NR-23).

Par rapport au Yak-25, le fuselage était plus long et plus aérodynamique. Il emportait une tonne de bombes en soute, dont la bombe nucléaire Tatyana (une chaudasse sûrement). D'autres bombes pouvaient être emportées sous les ailes. Son armement interne était au total de 4 canons NR-23 alimentés par 1200 obus au total. L'équipage était de deux personnes, un pilote dans son cockpit et un navigateur-bombardier dans le nez vitré. La vitesse prévue était de 1350/1400 km/h.

Le Yak-123-1, immatriculé 50 jaune, vola en 1955 dépourvu de radar et de tourelle. Il démontra ses capacités supersoniques, mais aussi sa piètre tenue en vol en particulier aux hautes vitesses. Le plus surprenant était un "renversement" des ailerons, ce qui se traduisait ainsi : tenter de tourner dans une direction amenait à tourner dans l'autre direction.

Malgré cela, le concept semblait prometteur et la construction d'un deuxième prototype fut décidée. Le Yak-26-3 sortit d'usine en 1956. De manière optimiste, il reçut une désignation militaire. Le Yak-123-2 (ou Yak-26-2) était sans doute une cellule d'essais statiques.

Le Yak-26-3 disposait de moteurs plus puissants, des RD-9F de 2750 kgp à sec et 3800 kgp avec réchauffe, d'ailes et d'ailerons modifiées. Les essais permirent de faire évoluer le vitrage du nez, et d'enlever la tourelle manifestement inutile.

La construction d'une petite série de 10 exemplaires fut autorisée et effectuée en 1957. Le Yak-26 participa au défilé de Touchino à l'été 1956 et y reçut la désignation OTAN "Flashlight-B, en même temps que le Yak-27 qui reçut la désignation "Flashlight-C".

Mais comme ses prédécesseurs, le Yak-26 ne fut pas davantage développé, pour les mêmes raisons : la technologie évoluait très vite dans les années 1950 et il montrait déjà dépassé. De fait, il servit de base aux Yak-27R et Yak-28 plus prometteurs. Un Yak-26 (06 rouge) serait exposé à Monino.




https://fr.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_Yak-26

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_Yak-25#Prototypes_et_projets_affili.C3.A9s_au_Yak-25

https://en.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_Yak-26

http://www.airvectors.net/avyak25.html#m4

http://fr.avia.pro/blog/yak-26

http://www.kamov.net/russian-aircraft/yakovlev-yak-26/

http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/yak-26.html

http://www.yak.ru/eng/firm/hist3.php

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/bomber/yak26.html&prev=search
Re: Yakovlev Yak-26 à 28/01/2016 08:29 Clansman
La fiche sur le site

Un bon exemple des infos contradictoires qu'on peut trouver (année du 1er vol, quantités exactes, puissance des réacteurs…)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Jan. 28, 2016, 7:56 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires