Rappels

Histoire de l'appareil

En 1967 ou 1968, les forces aériennes soviétiques réclamèrent un nouvel avion d'assaut, capable de mener des missions d'appui rapproché (CAS, Close Air Support). La philosophie sur laquelle devait se baser la conception trouvait ses racines dans les avions de la Seconde Guerre Mondiale, en particulier l'Il-2 Stormovik.

Contrairement donc aux principaux avions de combat de l'époque (Su-7 et -17, MiG-21 et MiG-23) trop rapides, les VVS réclamèrent un véritable char d'assaut volant. Notons que les États-uniens étaient dans une réflexion similaire qui allait aboutir au A-10 et YA-9, à la même époque.

Iliouchine, MiG, Sukhoï et Yakovlev proposèrent respectivement l'Il-42, le MiG-21Sh, le T-8 et le Yak-25Sh. Le MiG-21Sh et le Yak-25Sh n'étaient que des dérives d'appareils existant déjà et trop rapides, ils furent rejetés en conséquence. Le T-8 volait déjà et ce fut une des raisons pour laquelle il fut sélectionné, et construit en série sous la désignation Su-25.

Quand à l'Il-42, c'était tout simplement une remise au goût du jour de l'Il-40 Brawny, un prototype des années 1950. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il faisait franchement dépassé, pour ne pas dire anachronique, face au monoplace de Sukhoï.

En effet, l'Il-42 se caractérisait par une configuration biplace en tandem, avec un mitrailleur actionnant une tourelle arrière contrôlée à distance. En quelque sorte, c'était un Il-2 à réaction. L'argument d'Iliouchine était qu'un chasseur ennemi aurait du mal à accrocher une cible volant très bas au radar, et qu'il aurait été obligé de se rapprocher de la cible. Il est vrai que les capacités Look-Down/Shoot-Down n'ont réellement émergées qu'au début des années 1970, avec le Westinghouse AN/AWG-10 du F-4J et le Sapfir-23P du MiG-23. De plus, le second membre d'équipage pouvait aussi être observateur et opération radio en maintenant la liaison avec les troupes au sol.

Le concept fut lui aussi rejeté par l'Armée de l'Air Soviétique, arguant que les défenses devaient être plus élaborées et reposer notamment sur les contre-mesures. Le T-8 fut déclaré vainqueur dans le milieu des années 1970, menant au Su-25 ( code OTAN : Frogfoot) qui eut depuis une belle carrière.

Cependant, Iliouchine ne s'avoua pas vaincu et continua le développement de son appareil sur fonds privés, cette fois sous la désignation Il-102 et sous l'initiative de G. Novozhilova. Il faut dire que l'appareil était plus lourd et plus puissant que le Su-25, et qu'Iliouchine était persuadé qu'il était meilleur en terme de coût, de robustesse et de maintenance.

2 cellules furent construites, dont une destinée aux essais statiques. L'Il-102 reprenait la configuration générale de l'Il-40, mais avec des entrées d'air latérales et non plus frontales. Quand à la tourelle arrière, elle rappelle celle de l'Il-28.

L'Il-102 est donc un biplace en tandem dans des cockpits séparés et fermés. Le pilote avait un siège éjectable K-36L et le mitrailleur un K-36L-102. Le nez devant le cockpit avant est très abaissé, certainement pour favoriser la visibilité. Le cockpit arrière est placé derrière le bord de fuite des ailes.

Le train d'atterrissage est tricycle et rétractable. Le train avant, mono-roue, se rétracte vers l'arrière dans le nez tandis que le train principal (diabolo) est logé dans une nacelle sous les ailes, et se rétracte vers l'avant. Les commandes sont hydrauliques et la faible pression (5 kg /cm²) lui permet d'utiliser des terrains sommaires.

L'appareil est biréacteur, propulsé par 2 Klimov RD-33I de 51 kN (5200 kgp) chacun pour une masse maximale au décollage de 22 tonnes. Ce réacteur est une variante dépourvue de réchauffe du RD-33 propulsant le MiG-29. Les entrées d'air sont latérales, rondes, situées à la racine des ailes et juste en-dessous du cockpit du pilote. Les réacteurs eux-même sont placés à la racine des ailes et les tuyères débouchent à l'arrière des ailes.

L'Il-102 est un monoplan cantilever, à ailes basses avec une flèche de 30°. L'empennage est conventionnel, avec une dérive en flèche et prolongée par une arête dorsale, tandis que le plan horizontal, lui aussi en flèche, accuse un dièdre positif prononcé.

Côté armement, un canon GSh-30-2 de 30 mm (cadence de tir de 2400 coups/minute, alimenté par 500 obus) est placé en externe sous le fuselage à l'avant tandis que la tourelle est armée d'un GSh-23L de 23 mm jumelé. Le canon avant est démontable, ce qui permet d'emporter jusqu'à 2300 kg sous le ventre. Il dispose de 8 points d'emport, 6 sous les ailes et 2 sous le fuselage, ainsi que de 6 soutes pour bombes jusqu'à 250 kg dans les ailes. Ces soutes permettaient de réduire l'influence des bombes sur les performances, dans ce cas gênées uniquement par le poids des munitions et non la traînée. Il emporte 7200 kg de charge offensive (bombes et paniers de roquettes non-guidées) et 3700 kg de carburant. Des réservoirs largables portent le total de carburant à 5630 kg. Il pouvait également emporter des missiles air-air R-60M et R-73, et disposait tout de même de leurres thermiques et magnétiques en bout d'ailes.

Les cockpits, les réservoirs et les moteurs sont protégés par un blindage contre les tirs venus du sol.

La construction fut lente, en particulier car le Ministère de la Défense soviétique ne soutenait pas le projet. Au contraire du commandant des Forces Aériennes de l'époque qui examina avec bienveillance l'appareil le 20 janvier 1982, de même que du ministre de l'Industrie Aéronautique.

L'Il-102 effectua son vol inaugural le 25 septembre 1982 entre les mains de SG Bliznyuk, après l'entrée en service voire le déploiement en opérations en Afghanistan de son concurrent le Su-25. 250 vols d'essais (367 selon d'autres sources) furent effectués jusqu'en 1984, officiellement avec succès. Mais cette année-là un incendie moteur endommagea fortement le prototype. La conversion de la cellule d'essais statiques en exemplaire volant coûtant trop cher, le programme fut abandonné. Il réapparut brièvement en 1986, mais les forces aériennes le rejetèrent de nouveau du fait du retrait de l'Afghanistan qui commençait.

L'Il-102 fut cependant présenté au public en statique lors du salon MAKS de 1992, et fut proposé à l'export comme alternative au Su-25. Un des arguments était sa capacité d'effectuer un 360° en 400 mètres. Le cockpit arrière pouvait être retiré en série, économisant 1800 livres (environ 800 kg). Dans ce cas, le canon arrière pouvait être utilisé par le pilote en mode semi-automatique à l'aide d'un radar.

La proposition resta sans suite. Il semble malgré tout avoir intéressé certains pays, mais l'état de l'industrie aéronautique à l'époque hypothéqua toute chance de production en série. En 2005, le prototype fut placé en exposition à l'Institut de Recherche en Vol de Gromov, à Joukovski.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation
[ltr]


#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }
[/ltr]

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Iliouchine Il-102 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche des ailes : 30 °
  • Masse maxi au décollage : 22 000 kg (48 502 lbs)
  • Masse normale au décollage : 18 000 kg (39 683 lbs)
  • Masse à vide : 13 000 kg (28 660 lbs)
  • Surface alaire : 63,5 m² (683,508 sq. ft)
  • Hauteur : 5,08 m (16,667 ft)
  • Envergure : 16,98 m (55,709 ft)
  • Longueur : 17,75 m (58,235 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 950 km/h (590 mph, 513 kts)
  • Vitesse de croisière : 850 km/h (528 mph, 459 kts)
  • Rayon d'action : 300 km (186 mi, 162 nm) à pleine charge
  • Distance franchissable : 1 000 km (621 mi, 540 nm)
  • Distance de convoyage : 3 000 km (1 864 mi, 1 620 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 000 m (32 808 ft)
  • Charge alaire, à vide : 204,724 kg/m² (41,931 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 283,465 kg/m² (58,058 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 346,457 kg/m² (70,96 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Klimov RD-33I
  • Puissance unitaire : 5 320 kgp (52 kN, 11 729 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Iliouchine Il-102 à 25/12/2015 09:55 Clansman
En 1967 ou 1968, les forces aériennes soviétiques réclamèrent un nouvel avion d'assaut, capable de mener des missions d'appui rapproché (Close Air Support). La philosophie se laquelle devait se baser la conception trouvait ses racines dans les avions de la Seconde Guerre Mondiale, en particulier l'Il-2 Stormovik.

Contrairement donc aux principaux avions de combat de l'époque (Su-7 et -17, MiG-21 et -23) trop rapides, les VVS réclamèrent un véritable char d'assaut volant. Notons que les États-uniens étaient dans une réflexion similaire qui allait aboutir au A-10 et YA-9, à la même époque.

Iliouchine, MiG, Sukhoï et Yakovlev proposèrent respectivement l'Il-42, le MiG-21Sh, le T-8 et le Yak-25Sh. Le MiG-21Sh et le Yak-25Sh n'étaient que des dérives d'appareils existant déjà et trop rapides, ils furent rejetés en conséquence. Le T-8 volait déjà et ce fut une des raisons pour laquelle il fut sélectionné, et construit en série sous la désignation Su-25.

Quand à l'Il-42, c'était tout simplement une remise au goût du jour de l'Il-40 Brawny, un prototype des années 1950. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il faisait franchement dépassé, pour ne pas dire anachronique, face au monoplace de Sukhoï.

En effet, l'Il-42 se caractérisait par une configuration biplace en tandem, avec un mitrailleur actionnant une tourelle arrière contrôlée à distance. En quelque sorte, c'était un Il-2 à réaction. L'argument d'Iliouchine était qu'un chasseur ennemi aurait du mal à accrocher une cible volant très bas au radar, et qu'il aurait été obligé de se rapprocher de la cible. Il est vrai que les capacités Look-Down/Shoot-Down n'ont réellement émergées qu'au début des années 1970, avec le Westinghouse AN/AWG-10 du F-4J et le Sapfir-23P du MiG-23. De plus, le second membre d'équipage pouvait aussi être observateur et opération radio en maintenant la liaison avec les troupes au sol.

Le concept fut lui aussi rejeté par l'Armée de l'Air Soviétique, arguant que les défenses devaient être plus élaborées et reposer notamment sur les contre-mesures. Le T-8 fut déclaré vainqueur dans le milieu des années 1970, menant au Su-25 "Frogfoot" qui eut depuis une belle carrière.

Cependant, Iliouchine ne s'avoua pas vaincu et continua le développement de son appareil sur fonds privés, cette fois sous la désignation Il-102 et sous l'initiative de G. Novozhilova. Il faut dire que l'appareil était plus lourd et plus puissant que le Su-25, et qu'Iliouchine était persuadé qu'il était meilleur en terme de coût, de robustesse et de maintenance.

2 cellules furent construites, dont une destinée aux essais statiques. L'Il-102 reprenait la configuration générale de l'Il-40, mais avec des entrées d'air latérales et non plus frontales. Quand à la tourelle arrière, elle rappelle celle de l'Il-28.

L'Il-102 est donc un biplace en tandem dans des cockpits séparés et fermés. Le pilote avait un siège éjectable K-36L et le mitrailleur un K-36L-102. Le nez devant le cockpit avant est très abaissé, certainement pour favoriser la visibilité. Le cockpit arrière est placé derrière le bord de fuite des ailes.

Le train d'atterrissage est tricycle et rétractable. Le train avant, mono-roue, se rétracte vers l'arrière dans le nez tandis que le train principal (diabolo) est logé dans une nacelle sous les ailes, et se rétracte vers l'avant. Les commandes sont hydrauliques et la faible pression (5 kg /cm²) lui permet d'utiliser des terrains sommaires.

L'appareil est biréacteur, propulsé par 2 Klimov RD-33I de 51 kN (5200 kgp) chacun pour une masse maximale au décollage de 22 tonnes. Ce réacteur est une variante dépourvue de réchauffe du RD-33 propulsant le MiG-29. Les entrées d'air sont latérales, rondes, situées à la racine des ailes et juste en-dessous du cockpit du pilote. Les réacteurs eux-même sont placés à la racine des ailes et les tuyères débouchent à l'arrière des ailes.

L'Il-102 est un monoplan cantilever, à ailes basses avec une flèche de 30°. L'empennage est conventionnel, avec une dérive en flèche et prolongée par une arête dorsale, tandis que le plan horizontal, lui aussi en flèche, accuse un dièdre positif prononcé.

Côté armement, un canon GSh-30-2 de 30 mm (cadence de tir de 2400 coups/minute, alimenté par 500 obus) est placé en externe sous le fuselage à l'avant tandis que la tourelle est armée d'un GSh-23L de 23 mm jumelé. Le canon avant est démontable, ce qui permet d'emporter jusqu'à 2300 kg sous le ventre. Il dispose de 8 points d'emport, 6 sous les ailes et 2 sous le fuselage, ainsi que de 6 soutes pour bombes jusqu'à 250 kg dans les ailes. Ces soutes permettaient de réduire l'influence des bombes sur les performances, dans ce cas gênées uniquement par le poids des munitions et non la traînée. Il emporte 7200 kg de charge offensive (bombes et paniers de roquettes non-guidées) et 3700 kg de carburant. Des réservoirs largables portent le total de carburant à 5630 kg. Il pouvait également emporter des missiles air-air R-60M et R-73, et disposait tout de même de leurres thermiques et magnétiques en bout d'ailes.

Les cockpits, les réservoirs et les moteurs sont protégés par un blindage contre les tirs venus du sol.

La construction fut lente, en particulier car le Ministère de la Défense soviétique ne soutenait pas le projet. Au contraire du commandant des Forces Aériennes de l'époque qui examina avec bienveillance l'appareil le 20 janvier 1982, de même que du ministre de l'Industrie Aéronautique.

L'Il-102 effectua son vol inaugural le 25 septembre 1982 entre les mains de SG Bliznyuk, après l'entrée en service voire le déploiement en opérations en Afghanistan de son concurrent le Su-25. 250 vols d'essais (367 selon d'autres sources) furent effectués jusqu'en 1984, officiellement avec succès. Mais cette année-là, un incendie moteur endommagea fortement le prototype. La conversion de la cellule d'essais statiques en exemplaire volant coûtant trop cher, le programme fut abandonné. Il réapparu brièvement en 1986, mais les forces aériennes le rejetèrent de nouveau du fait du retrait de l'Afghanistan qui commençait.

L'Il-102 fut cependant présenté au public en statique lors du salon MAKS de 1992, et fut proposé à l'export comme alternative au Su-25. Un des arguments était sa capacité d'effectuer un 360° en 400 mètres. Le cockpit arrière pouvait être retiré en série, économisant 1800 livres (environ 800 kg). Dans ce cas, le canon arrière pouvait être utilisé par le pilote en mode semi-automatique à l'aide d'un radar.

La proposition resta sans suite. Il semble malgré tout avoir intéressé certains pays, mais l'état de l'industrie aéronautique à l'époque hypothéqua toute chance de production en série. En 2005, le prototype fut placé en exposition à l'Institut de Recherche en Vol de Gromov, à Joukovski.


Versions :

Il-42 : Premier projet, non construit.

L'Il-42 était une modernisation de l'Il-40, avec des réacteurs AM-5F de 3250 kgp. Les performances calculées étaient les suivantes : masse à vide de 12190 kg, normale au décollage de 16480 kg et maximale de 17470 kg. 4170 kg de carburant, 700 kg de blindage et 1400 kg de charge offensive. Vitesse maximale de 997 km/h, plafond opérationnel de 11600 m et distance franchissable de 1115 km.

Il fut rejeté au stade de la planche à dessins en même temps que le MiG-21Sh et le Yak-25Sh, au profit du Su-25.


Il-102 : prototypes, 2 exemplaires (un pour les essais en vol et l'autre pour les essais statiques).

Par rapport à l'Il-42, le nez était plus abaissé, les moteurs plus puissants et la charge offensive plus conséquente.




https://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/1038.html

https://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/616.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Iliouchine_Il-102

http://www.escadrilles.org/histoire-et-histoires/iliouchine-il102/

https://en.wikipedia.org/wiki/Ilyushin_Il-102

http://www.airvectors.net/avsu25.html#m1

http://foxtrotalpha.jalopnik.com/meet-the-ilyushin-il-102-the-most-gorgeously-ugly-comb-1601030964

http://www.aviastar.org/air/russia/il-102.php

http://www.flankers-site.co.uk/modl_il-102.html

http://www.kamov.net/russian-aircraft/ilyushin-il-102-experimental-jet-powered-close-support-aircarft/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/attack/il102.html&prev=search

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraftsearch=Ilyushin%20Il-102&distinct_entry=true
Re: Iliouchine Il-102 à 25/12/2015 11:05 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 25, 2015, 10:05 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires