Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Chasse
  • Constructeur : drapeau drapeau Yakovlev
  • un seul appareil construit (cellule neuve)

Histoire de l'appareil

Au printemps 1953, la force aérienne soviétique, se basant sur les enseignements de la guerre de Corée, avait demandé un intercepteur de jour à court rayon d'action mais capable de voler à Mach 2 afin de s'opposer aux bombardiers stratégiques américains de type B-47 ou B-52.

Le 9 septembre 1953, le conseil des ministres passa une résolution pour un intercepteur léger à court rayon d'action. Celui-ci devait voler à 1750 km/h pendant 5 minutes à 10000 mètres d'altitude PC allumée, atteindre cette altitude en 1,2 minutes, avoir un plafond opérationnel compris entre 18000 et 19000 mètres, une distance franchissable de 1800 km avec PC et 2700 sans, décoller sur 400 mètres et atterrir sur 700 mètres.

L'armement prévu était de 3 canons NR-30 de 30 mm couplés à un viseur et un radar, ainsi que 2 paniers de 8 roquettes anti-aériennes. Le troisième canon, placé plus en arrière que les deux autres, fut finalement retiré afin d'économiser du poids. Le motoriste Mikouline se lança dans l'étude d'un nouveau réacteur, l'AM-11.

MiG et Yakovlev choisirent le réacteur AM-11 tandis que Sukhoï se prononça pour le Lyulka AL-7. Leurs projets allaient donner respectivement naissance au MiG-21, Yak-140 et les Su-7 et Su-9.

Le Yak-140 avait un train d'atterrissage bicycle, testé en 1949 sur le Yak-50 (premier du nom). Il fut conçu d'emblée autour du réacteur AM-11, qui devait fournir 40 kN à sec et 50 avec PC. La partie arrière du fuselage se détachait afin de permettre l'accès au réacteur.

La section de son fuselage était circulaire et la construction de type semi-monocoque. L'entrée d'air était frontale avec un cône au milieu pour loger l'antenne radar.

Les ailes, médianes, avaient une flèche de 55°, un dièdre négatif de 4° et deux cloisons d'extrados. L'empennage était conventionnel. Une épine dorsale reliait le cockpit à la dérive. Détail intéressant, les aérofreins étaient actionnés automatiquement en cas d'éjection afin d'augmenter la sécurité de celle-ci.

Yakovlev décida de partir à contre-courant de la conception des avions de chasse de l'époque, et de favoriser la maniabilité aux dépens de la vitesse.

Afin de rendre l'appareil le plus maniable possible, Yakovlev avait décidé d'élargir cette aile au maximum, et de combiner une faible charge alaire (250 kg/m² au décollage) et un excellent rapport puissance/masse (estimée à légèrement plus de 1, exceptionnel pour l'époque). La référence était l'excellent Yak-3 et Yakovlev essayait de refaire la même chose avec un avion à réaction. La contrepartie était une vitesse inférieure de 150 à 200 km/h à ses concurrents.

Le résultat global faisait penser à un MiG Ye-2, mais avec le train d'atterrissage bicycle.

Le prototype fut prêt dès décembre 1954, mais le réacteur promis ne fut jamais livré et Yakovlev dut se contenter de l'AM-9D beaucoup moins puissant avec ses 26 kN à sec. Bien qu'il réduisit l'armement à seulement 2 canons NR-23 avec 75 obus, la vitesse calculée chutait de 400 km/h. Malgré tout, on considéra que c'était acceptable pour commencer les essais en vol. Le TsaGi signala que ses essais avaient montré que l'aile devait être renforcée, ce qui fut fait.

Tous les tests au sol furent terminés le 10 février 1955 et l'autorisation de commencer les essais en vol fut obtenue. Cependant, le Conseil des ministres ordonna l'arrêt du programme le 28 mars 1955, suivi par le ministère de l'industrie aéronautique le 6 avril.

Aucune raison officielle ne fut jamais donnée, mais il est clair que les politiques avaient décidé de favoriser MiG et Sukhoï. D'après Yakovlev, le ministre de l'industrie aéronautique P. V. Demendiev avait prétendu que le Yak-140 n'avait aucun avenir et que les autorités avaient déjà choisi le MiG-21 depuis longtemps.

Au début de 1955, on était pourtant encore loin de la production en série du MiG-21, qui ne commença qu'en 1958. Par contre, il est vrai que les Ye-2 et Ye-5 (surtout le Ye-2 à l'époque) étaient prometteurs, malgré un réacteur AM-11 pas encore au point.

Quand au Yak-140, il ne vola donc jamais et tomba dans les oubliettes de l'histoire. Ce n'est que récemment qu'on appris son existence, y compris en Russie même. Yakovlev prit conscience qu'il fallait toujours l'appui du ministère pour entamer un projet, et se consacra au Yak-25 Flashlight et ses dérivés.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Yakovlev Yak-140 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 5 200 kg (11 464 lbs)
  • Masse normale au décollage : 4 850 kg (10 692 lbs)
  • Masse à vide : 3 315 kg (7 308 lbs)
  • Surface alaire : 19 m² (205 sq. ft)
  • Hauteur : 3,96 m (12,992 ft)
  • Envergure : 7,935 m (26,033 ft)
  • Longueur : 13,34 m (43,766 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 1 715 km/h (1 066 mph, 926 kts)
  • Distance franchissable : 1 900 km (1 181 mi, 1 026 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 000 m (59 055 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 79,4 m/s (260,499 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 1 275 km/h (792 mph, 688 kts)
  • Charge alaire, à vide : 174,474 kg/m² (35,735 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 255,263 kg/m² (52,282 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 273,684 kg/m² (56,055 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Mikouline AM-9D
  • Puissance unitaire : 2 631 kgp (26 kN, 5 800 lbf), 3 311 kgp (32 kN, 7 300 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Yakovlev Yak-140 à 06/12/2015 08:07 Clansman
Au printemps 1953, la force aérienne soviétique, se basant sur les enseignements de la guerre de Corée, avait demandé un intercepteur de jour à court rayon d'action mais capable de voler à Mach 2 afin de s'opposer aux bombardiers stratégiques américains de type B-47 ou B-52.

Le 9 septembre 1953, le conseil des ministres passa une résolution pour un intercepteur léger à court rayon d'action. Celui-ci devait voler à 1750 km/h pendant 5 minutes à 10000 mètres d'altitude PC allumée, atteindre cette altitude en 1,2 minutes, avoir un plafond opérationnel compris entre 18000 et 19000 mètres, une distance franchissable de 1800 km avec PC et 2700 sans, décoller sur 400 mètres et atterrir sur 700 mètres.

L'armement prévu était de 3 canons NR-30 de 30 mm couplés à un viseur et un radar, ainsi que 2 paniers de 8 roquettes anti-aériennes. Le troisième canon, placé plus en arrière que les deux autres, fut finalement retiré afin d'économiser du poids. Le motoriste Mikouline se lança dans l'étude d'un nouveau réacteur, l'AM-11.

MiG et Yakovlev choisirent le réacteur AM-11 tandis que Sukhoï se prononça pour le Lyulka AL-7. Leurs projets allaient donner respectivement naissance au MiG-21, Yak-140 et les Su-7 et Su-9.

Le Yak-140 avait un train d'atterrissage bicycle, testé en 1949 sur le Yak-50 (premier du nom). Il fut conçu d'emblée autour du réacteur AM-11, qui devait fournir 40 kN à sec et 50 avec PC. La partie arrière du fuselage se détachait afin de permettre l'accès au réacteur.

La section de son fuselage était circulaire et la construction de type semi-monocoque. L'entrée d'air était frontale avec un cône au milieu pour loger l'antenne radar.

Les ailes, médianes, avaient une flèche de 55°, un dièdre négatif de 4° et deux cloisons d'extrados. L'empennage était conventionnel. Une épine dorsale reliait le cockpit à la dérive. Détail intéressant, les aérofreins étaient actionnés automatiquement en cas d'éjection afin d'augmenter la sécurité de celle-ci.

Yakovlev décida de partir à contre-courant de la conception des avions de chasse de l'époque, et de favoriser la maniabilité aux dépens de la vitesse.

Afin de rendre l'appareil le plus maniable possible, Yakovlev avait décidé d'élargir cette aile au maximum, et de combiner une faible charge alaire (250 kg/m² au décollage) et un excellent rapport puissance/masse (estimée à légèrement plus de 1, exceptionnel pour l'époque). La référence était l'excellent Yak-3 et Yakovlev essayait de refaire la même chose avec un avion à réaction. La contrepartie était une vitesse inférieure de 150 à 200 km/h.

Le résultat global faisait penser à un MiG Ye-2, mais avec le train d'atterrissage bicycle.

Le prototype fut prêt dès décembre 1954, mais le réacteur promis ne fut jamais livré et Yakovlev dut se contenter de l'AM-9D beaucoup moins puissant avec ses 26 kN à sec. Bien qu'il réduisit l'armement à seulement 2 canons NR-23 avec 75 obus, la vitesse calculée chutait de 400 km/h. Malgré tout, on considéra que c'était acceptable pour commencer les essais en vol. Le TsaGi signala que ses essais avaient montré que l'aile devait être renforcée, ce qui fut fait.

Tous les tests au sol furent terminés le 10 février 1955 et l'autorisation de commencer les essais en vol fut obtenue. Cependant, le Conseil des ministres ordonna l'arrêt du programme le 28 mars 1955, suivi par le ministère de l'industrie aéronautique le 6 avril.

Aucune raison officielle ne fut jamais donnée, mais il est clair que les politiques avaient décidé de favoriser MiG et Sukhoï. D'après Yakovlev, le ministre de l'industrie aéronautique P. V. Demendiev avait prétendu que le Yak-140 n'avait aucun avenir et que les autorités avaient déjà choisi le MiG-21 depuis longtemps.

Au début de 1955, on était pourtant encore loin de la production en série du MiG-21, qui ne commença qu'en 1958. Par contre, il est vrai que les Ye-2 et Ye-5 (surtout le Ye-2 à l'époque) étaient prometteurs, malgré un réacteur AM-11 pas encore au point.

Quand au Yak-140, il ne vola donc jamais et tomba dans les oubliettes de l'histoire. Ce n'est que récemment qu'on appris son existence, y compris en Russie même. Yakovlev prit conscience qu'il fallait toujours l'appui du ministère pour entamer un projet, et se consacra au Yak-25 Flashlight et ses dérivés.





http://jpcolliat.free.fr/yak140/yak140.htm

http://jpcolliat.free.fr/yak140/yak140a.htm

http://jpcolliat.free.fr/yak140/yak140b.htm

http://www.krasnayazvezda.com/air/appareils/chasseurs/yak140.php

https://en.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_Yak-140

http://www.aviastar.org/air/russia/yak-140.php

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/xplane/yak140.html&prev=search

http://www.airvectors.net/avyakjet.html#m4

http://www.kamov.net/russian-aircraft/yakovlev-yak-140/

http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/yak-140.html

http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-vi/
Re: Yakovlev Yak-140 à 06/12/2015 08:36 Clansman
La fiche sur le site

Sans illustrations malheureusement…
Re: Yakovlev Yak-140 à 09/12/2015 21:17 Nico2
Malheureusement.

Très belle fiche malgré tout.
Re: Yakovlev Yak-140 à 10/12/2015 07:51 Clansman
Merci !
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 6, 2015, 8:14 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires