Rappels

Histoire de l'appareil

En 1944, Sukhoï commença l'étude d'un chasseur conçu autour de deux réacteur soviétiques Lyulka TR-1, le Samolyet K. Le résultat n'était pas sans rappeler le Me 262 dont au moins un exemplaire avait été capturé. Mais les différences se situaient au niveau du fuselage, de section ovale et non pas triangulaire, et de l'aile, droite et non plus en flèche.

Le Samolyet K (avion) était un monoplace à cabine fermé, dont le cockpit en bulle contenait un siège éjectable copié sur celui utilisé dans le He 162. Ce cockpit était par ailleurs blindé. La construction était entièrement métallique et de type semi-monocoque.

Le train d'atterrissage était tricycle et se rétractait dans le fuselage. Le train principal était constitué d'une seule roue tandis que le train avant en comportait deux (à la différence du Me 262 qui n'en avait qu'une).

L'appareil était un monoplan cantilever à ailes médianes (et pas basses comme sur le Me 262). Ces ailes étaient mono-longeron et accusaient un dièdre positif de 4°20'.

Les deux réacteurs étaient logés dans des nacelles placées sous les ailes. Ils étaient alimentés par 1350 kg de carburant contenus dans 2 réservoirs.

La dérive était unique, en flèche à l'avant et arrondie à l'arrière (elliptique ?). Elle était de type cruciforme, avec l'empennage horizontal placé dans la partie basse de la dérive. L'empennage horizontal était de type droit effilée, sans dièdre. Il était à incidence variable, une nouveauté en Union soviétique.

Le Samolyet K était le premier avion soviétique à disposer de commandes hydrauliques. Ses volets externes étaient coupés et pouvaient agir comme aérofreins. Sa très forte charge alaire augmentait la vitesse de l'avion et réduisait les dimensions, mais en contrepartie les distances de décollage et d'atterrissage étaient également augmentées. En conséquence, il pouvait être équipé de deux fusées d'appoint de 530 lbf sur chaque côté du fuselage, ce qui réduisait la distance de décollage de près de 50%, et d'un parachute de freinage.

L'armement était placé dans le nez et était constitué de 2 canons NS-23 de 23 mm avec 100 obus chacun, et d'un canon N-37 de 37 mm avec 40 obus. Ce dernier pouvait être remplacé par un Nudelman N-45 de 45 mm ou par 2 bombes FAB-250 de 250 kg, ou encore une unique bombe FAB-500 de 500 kg, placées sous l'avant du fuselage.

A la fin de 1945, les réacteurs TR-1 n'étaient pas encore disponibles pour les essais en vol. Pavel Sukhoï suggéra alors de les remplacer par des Jumo 004B de 900 kgp, ce qui fut accepté le 15 décembre. La maquette grandeur nature fut examinée et acceptée le 16 février 1946. Le Conseil des ministres commanda le prototype le 26 février, avec la date butoir du 1er novembre pour le vol inaugural.

Cet objectif ne put être atteint car le bureau d'étude avait une charge de travail conséquente (l'UTB-2, qui est la version d'entraînement du Tu-2 par exemple), l'inexpérience des fusées d'appoint, et surtout les RD-10 (copie des Jumo 004) furent livrés en retard.

Le prototype, qui avait reçu la désignation de Su-9 (sans rapport avec le futur Fishpot), fut prêt à la mi-octobre et effectua son vol inaugural le 13 novembre 1946 entre les mains de G.M.Shiyanov. Les pilotes d'essais le trouvèrent simple à piloter, mais il fallut rajouter des boosters hydrauliques à cause de la force nécessaire sur les commandes à haute vitesse, et agrandir la dérive à cause du manque de stabilité directionnelle.

Le programme d'essais étant retardé, Sukhoï proposa la mise en production de 3 à 5 exemplaires. Le maréchal de l'Air K.A. Vershinine, commandant les forces aériennes soviétiques, approuva la proposition mais le ministre de l'Industrie Aéronautique Khrounitchev la jugea prématurée et la rejeta.

Le Su-9 fut révélé au public le 3 août 1947 lors de la parade de Tushino, et reçut à l'occasion le code USAF de Type 8. 3 jours plus tard, il commençait ses essais étatiques. 136 vols furent effectués jusqu'au 25 mai 1948. Il montra une vitesse maximale de 885 km/h à 8000 mètres d'altitude et une endurance d'une heure 44 minutes. Il se révélait docile, même sur un seul moteur.

Il fut recommandé pour la production en série, mais se montrait nettement plus lent que les MiG-9 et Yak-15. Le gouvernement le rejeta en conséquence, et ses dérivés Su-11 (un prototype construit), Su-9UT (biplace, non construit) et Su-13 (réacteurs RD-500, non construit) n'eurent pas davantage de chance. Les désignation Su-9 et Su-11 furent réutilisés pour le futur "Fishpot".

La légende veut que Staline ait rejeté les Su-9 et Su-11 au motif qu'ils ressemblaient trop au Me 262, après qu'Alexandre Yakovlev lui en ait fait la remarque (la même histoire existe pour l'Alekseev I-21 et ses dérivés). Une autre rumeur veut que Sukhoï se soit inspiré du MiG I-260 "F", un projet remplacé par le futur MiG-9 et qui utilisait 2 BMW 003 sous voilure.

Il est difficile de savoir si c'est vrai, mais l'insuffisance du Su-9 face à un appareil plus moderne et plus performant comme le MiG-9 semble être une raison suffisante pour expliquer son rejet. Il se peut aussi tout simplement que copier plus ou moins le Me 262 aurait entraîné un retard technique.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Sukhoï Su-9 Izdelye K voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 6 380 kg (14 066 lbs)
  • Masse normale au décollage : 5 890 kg (12 985 lbs)
  • Masse à vide : 4 060 kg (8 951 lbs)
  • Surface alaire : 20,24 m² (217,862 sq. ft)
  • Hauteur : 3,72 m (12,205 ft)
  • Envergure : 11,21 m (36,778 ft)
  • Longueur : 10,57 m (34,678 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 885 km/h (550 mph, 478 kts)
  • Distance franchissable : 1 140 km (708 mi, 616 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 800 m (41 995 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 19,8 m/s (64,961 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 200,593 kg/m² (41,085 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 291,008 kg/m² (59,603 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 315,217 kg/m² (64,562 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Klimov RD-10
  • Puissance unitaire : 910 kgp (9 kN, 2 006 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 23/11/2015 10:21 Clansman
En 1944, Sukhoï commença l'étude d'un chasseur conçu autour de deux réacteur soviétiques Lyulka TR-1, le Samolyet K. Le résultat n'était pas sans rappeler le Me 262 dont au moins un exemplaire avait été capturé. Mais les différences se situaient au niveau du fuselage, de section ovale et non pas triangulaire, et de l'aile, droite et non plus en flèche.

Le Samolyet K (avion) était un monoplace à cabine fermé, dont le cockpit en bulle contenait un siège éjectable copié sur celui utilisé dans le He 162. Ce cockpit était par ailleurs blindé. La construction était entièrement métallique et de type semi-monocoque.

Le train d'atterrissage était tricycle et se rétractait dans le fuselage. Le train principal était constitué d'une seule roue tandis que le train avant en comportait deux (à la différence du Me 262 qui n'en avait qu'une).

L'appareil était un monoplan cantilever à ailes médianes (et pas basses comme sur le Me 262). Ces ailes étaient mono-longeron et accusaient un dièdre positif de 4°20'.

Les deux réacteurs étaient logés dans des nacelles placées sous les ailes. Ils étaient alimentés par 1350 kg de carburant contenus dans 2 réservoirs.

La dérive était unique, en flèche à l'avant et arrondie à l'arrière (elliptique ?). Elle était de type cruciforme, avec l'empennage horizontal placé dans la partie basse de la dérive. L'empennage horizontal était de type droit effilée, sans dièdre. Il était à incidence variable, une nouveauté en Union soviétique.

Le Samolyet K était le premier avion soviétique à disposer de commandes hydrauliques. Ses volets externes étaient coupés et pouvaient agir comme aérofreins. Sa très forte charge alaire augmentait la vitesse de l'avion et réduisait les dimensions, mais en contrepartie les distances de décollage et d'atterrissage étaient également augmentées. En conséquence, il pouvait être équipé de deux fusées d'appoint de 530 lbf sur chaque côté du fuselage, ce qui réduisait la distance de décollage de près de 50%, et d'un parachute de freinage.

L'armement était placé dans le nez et était constitué de 2 canons NS-23 de 23 mm avec 100 obus chacun, et d'un canon N-37 de 37 mm avec 40 obus. Ce dernier pouvait être remplacé par un Nudelman N-45 de 45 mm ou par 2 bombes FAB-250 de 250 kg, ou encore une unique bombe FAB-500 de 500 kg, placées sous l'avant du fuselage.

A la fin de 1945, les réacteurs TR-1 n'étaient pas encore disponibles pour les essais en vol. Pavel Sukhoï suggéra alors de les remplacer par des Jumo 004B de 900 kgp, ce qui fut accepté le 15 décembre. La maquette grandeur nature fut examinée et acceptée le 16 février 1946. Le Conseil des ministres commanda le prototype le 26 février, avec la date butoir du 1er novembre pour le vol inaugural.

Cet objectif ne put être atteint car le bureau d'étude avait une charge de travail conséquente (l'UTB-2, qui est la version d'entraînement du Tu-2 par exemple), l'inexpérience des fusées d'appoint, et surtout les RD-10 (copie des Jumo 004) furent livrés en retard.

Le prototype, qui avait reçu la désignation de Su-9 (sans rapport avec le futur Fishpot), fut prêt à la mi-octobre et effectua son vol inaugural le 13 novembre 1946 entre les mains de G.M.Shiyanov. Les pilotes d'essais le trouvèrent simple à piloter, mais il fallut rajouter des boosters hydrauliques à cause de la force nécessaire sur les commandes à haute vitesse, et agrandir la dérive à cause du manque de stabilité directionnelle.

Le programme d'essais étant retardé, Sukhoï proposa la mise en production de 3 à 5 exemplaires. Le maréchal de l'Air K.A. Vershinine, commandant les forces aériennes soviétiques, approuva la proposition mais le ministre de l'Industrie Aéronautique Khrounitchev la jugea prématurée et la rejeta.

Le Su-9 fut révélé au public le 3 août 1947 lors de la parade de Tushino, et reçut à l'occasion le code USAF de Type 8. 3 jours plus tard, il commençait ses essais étatiques. 136 vols furent effectués jusqu'au 25 mai 1948. Il montra une vitesse maximale de 885 km/h à 8000 mètres d'altitude et une endurance d'une heure 44 minutes. Il se révélait docile, même sur un seul moteur.

Il fut recommandé pour la production en série, mais se montrait nettement plus lent que les MiG-9 et Yak-15. Le gouvernement le rejeta en conséquence, et ses dérivés Su-11 (un prototype construit), Su-9UT (biplace, non construit) et Su-13 (réacteurs RD-500, non construit) n'eurent pas davantage de chance. Les désignation Su-9 et Su-11 furent réutilisés pour le futur "Fishpot".

La légende veut que Staline ait rejeté les Su-9 et Su-11 au motif qu'ils ressemblaient trop au Me 262, après qu'Alexandre Yakovlev lui ait soufflé l'idée (il lui avait déjà fait le même coup pour l'Alekseev I-21 et ses dérivés). Une autre rumeur veut que Sukhoï se soit inspira du MiG I-260 "F", un projet replacé par le futur MiG-9 et qui utilisait 2 BMW 003 sous voilure.

Il est difficile de savoir si c'est vrai, mais l'insuffisance du Su-9 face à un appareil plus moderne et plus performant comme le MiG-9 semble être une raison suffisante pour expliquer son rejet. Il se peut aussi tout simplement que copier plus ou moins le Me 262 aurait entraîné un retard technique.


Versions :

Su-9 : Version de base, un prototype.

Su-9UT : Projet d'une version biplace pour l'entraînement, non construite.

Cette version fut envisagée dès 1946. C'était un biplace en tandem, avec 2 cockpits séparés. L'élève était placé devant l'instructeur. L'armement était réduit à 2 canons Berezin B-20 de 20 mm avec 100 obus chacun, et le blindage retiré afin d'économiser du poids. L'échec du Su-9 fit que cette version fut annulée.


Su-11 (KL, ou LK : Version du Su-9 avec réacteurs TR-1 et une nouvelle aile. 1 prototype.

La construction de ce prototype commença dès 1946, dans l'intention d'utiliser le RD-10F, la version à réchauffe du RD-10 conçue par Yakovlev. Par ailleurs, les essais en soufflerie montrèrent que la traînée serait réduite si on montait les nacelles des réacteurs dans les ailes et non plus dessous.

Les bouts d'ailes reçurent un profil différent afin de réduire l'onde de choc sonique. Le longeron prit la forme d'un U inversé afin de loger les réacteurs, les volets furent modifiés et l'empennage horizontal reçut un dièdre positif de 5° afin d'éviter les gaz expulsés.

Sukhoï reçut l'ordre d'utiliser les TR-1 prévus pour le Su-9 à la place des RD-10F avant que le prototype ne soit fini. L'appareil reçut la désignation KL, ou LK, au sein du bureau d'étude, et la désignation officielle Su-11. Par la force des choses, il devint le premier avion soviétique à être propulsé par des réacteurs soviétiques.

Le Su-11 effectua son vol inaugural le 28 mai 1947 et participa lui aussi à la parade de Touchino en août la même année. La vitesse maximale était de 940 km/h au niveau de la mer, mais il souffrait d'un manque de stabilité longitudinale à hautes vitesses. Les modifications sur le raccord aile-nacelle et l'allongement de cette dernière ne suffirent pas à régler le problème. De plus, le TR-1 n'était pas fiable et développait moins de puissance que prévu, 12,7 Kn au lieu de 15 (2865 lbf au lieu de 3300, ou 1300 kgp). Les essais constructeurs se terminèrent en avril 1948.

Toutes ces raisons firent que le programme fut annulé.

Su-13 (KT, ou TK) : Projet d'une version avec réacteurs RD-500, non construite.

Le Samolyet KT (désignation officielle Su-13) était une proposition de remotoriser le Su-9 avec 2 RD-500, la copie du Rolls-Royce Derwent, qui développaient 15,6 kN (3500 lbf) chacun. L'aile fut modifiée en conséquence, avec une épaisseur relative réduite de 11 à 9%. L'empennage horizontal était en flèche et non plus droit effilé.

L'armement prévu était de 3 canons N-37, et des réservoirs largables pouvaient être montés sous les ailes. Enfin, une variante de chasse de nuit dotée d'un radar Torii fut également proposée, bien qu'elle eut nécessité d'importantes modifications structurelles afin de loger ce radar.

Le Su-13 et sa variante de chasse de nuit, dont la construction était proposée pour 1948, ne dépassa pas le stade de la planche à dessin.




Le grand livre des chasseurs / Green & Swanborough

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soukho%C3%AF_Su-9_%281946%29

http://prototypes.free.fr/t6/t6-1a.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi_Su-9_%281946%29

http://www.aviastar.org/air/russia/su-9.php

http://www.aviastar.org/air/russia/su-11-1.php

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=928

http://b-29s-over-korea.com/History-Of-Russian-Sukhoi-Fighter-Aircraft/History-Of-Russian-Sukhoi-Fighter-Aircraft_1.html

http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-v/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fighter/su9_1.html&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fighter/su11_1.html&prev=search
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 23/11/2015 11:19 Clansman
La fiche sur le site
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 23/11/2015 11:47 Jericho
Après les MiG, les Su… Merci Clansman. :D
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 23/11/2015 12:23 Clansman
Ouais pis j'en ai un bon paquet. :D
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 23/11/2015 22:44 d9pouces
Merci pour cette fiche sur un appareil peu connu :)

Il faut savoir qu'après ce genre d'échecs (il y en a eu quelques autres du même acabit), le bureau d'études de Sukhoï a tout simplement été fermé, avant de revivre avec le Su-7 Fitter.
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 24/11/2015 07:05 Clansman
Il faut savoir qu'après ce genre d'échecs (il y en a eu quelques autres du même acabit), le bureau d'études de Sukhoï a tout simplement été fermé, avant de revivre avec le Su-7 Fitter.

On va d'ailleurs creuser ce sujet. :D
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 24/11/2015 23:12 Nico2
Merci pour cette fiche Clans.

J'hallucine du nombre de fiches créées ces temps-ci.

Pour celle-ci, j'avoue ressentir une préférence pour ce passage :

La légende veut que Staline ait rejeté les Su-9 et Su-11 au motif qu'ils ressemblaient trop au Me 262, après qu'Alexandre Yakovlev lui en ait fait la remarque (la même histoire existe pour l'Alekseev I-21 et ses dérivés).

J'adore. :)
Re: Sukhoï Su-9 (K) et dérivés. à 25/11/2015 12:46 Clansman
Une version un peu plus crue : "mais c'est rien qu'une copie réchauffée du Me 262 !"

Je me demande si c'est vrai, ça semble bien être le cas.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Nov. 23, 2015, 10:31 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires