Rappels

Histoire de l'appareil

Origines

En 1913, Louis Schreck passionné d’aviation essaye tant bien que mal de construire sa société de construction aéronautique. N’ayant connu jusque là que des échecs avec des appareils classiques, il se lance dans la construction d’hydravion en rachetant le brevet d’avion à coque de Donnet et Denhaut.
Il crée ainsi un petit hydravion biplace de 18 m2 de surface portante à moteur rotatif Gnôme « Oméga » de 50 cv. Il le baptise « Type A » comme les 4 autres prototypes suivants dont les surfaces portantes ne cessent d’augmenter passant de 18 à 22 m2.
Au contraire de la tendance de l’époque, Schreck prend le parti pris d’un hydravion à coque et non celui d’un hydravion à flotteurs ce qui lui bloquera un temps le marché de la Marine française qui privilégie cette dernière solution.
Heureusement, l’amirauté britannique développa un grand intérêt pour l’appareil et, via le Royal Naval Air Service (RNAS), effectua une première commande de 40 exemplaires re-motorisés avec des moteurs Gnôme de 80 cv.
Cette première commande va définitivement lancée la production de l’appareil. Elle est rapidement suivie par celles de la Marine Autrichienne et de la Marine danoise. Devant le succès grandissant de son hydravion, Schrek est obligé de s’industrialiser et crée en juillet 1913 la société « Franco-British Aviation (F.B.A.) Company Limited.

Lorsqu’ éclate la première guerre mondiale, l'Italie et la Russie commandent à leur tour des hydravions type A à la F.B.A. Durant toute la guerre le type A ne cessa d’évoluer pour générer les types B, C puis H et S qui firent les beaux jours de la société. En effet, tous types confondus, ce n’est pas moins de 2600 appareils qui furent construits, soit à l’usine FBA d’Argenteuil soit dans les pays alliés sous licence entre aout 1916 et novembre 1918.
Bien que difficile à piloter les FBA ont joué un grand rôle à partir de 1917 dans la lutte anti sous-marine. Malheureusement pilotes et avions restèrent dans l’ombre de leurs frères d’armes de la chasse voir du bombardement…


Utilisateurs militaires

Autriche –Hongrie : 12 FBA type A de 1914 à 1916. L’Autriche utilise ses F.B.A. type A dès le début des hostilités, comme appareils de reconnaissance, avec un seul homme d’équipage à bord afin d’en augmenter l’autonomie.

Belgique : 5 Schreck F.B.A. type H de mi-septembre 1917 à fin décembre 1918. Ces appareils composaient l’ Escadrille des Hydravions basée à Calais. Leur principal objectif était la surveillance de la Manche et de la Mer du Nord afin de traquer les destroyers et U-Boat allemands. Le deuxième objectif de l’escadrille était le repérage et la destruction des mines flottantes (plus de 150 neutralisées !) ainsi que l’escorte des convois de marchandise dans la zone.

Brésil : 2 F.B.A type B utilisé par l’ Escola de Aviação Naval en 1918.

Danemark : 6 FBA type A pour la Royal Danish Navy de 1914 à 1916.

Estonie : 1 FBA type H de 1920 à 1925 fourni par la France.


France : quarante exemplaires du type B puis 260 type C de 1915 à 1922 puis 330 type H de 1916 à 1922 et 220 type S de 1918 à 1923 répartis dans les différents Centre d'Aviation Maritime (CAM) :

CAM de Boulogne : FBA type C et H de juin 1917 à fin 1918.

CAM de Calais : FBA type C de novembre 1917 à juillet 1919.

CAM de Cherbourg : FBA type H de mars 1917 à 1919. 1 perte par accident.

CAM de Dieppe : FBA type H de juillet 1917 à fin 1918.

CAM de Dunkerque : FBA type C puis type H de mars 1915 à octobre 1917. 1 victoire aérienne homologuée et 16 pertes (dont 13 au combat). 19 attaques contres des U-boat dont 3 occasionnant des avaries.

CAM de Guernesey : FBA type H de juillet 1917 à fin 1918.

CAM de Tréguier : FBA type H d’août 1917 à janvier 1918. 0 victoire aérienne et 2 pertes par accident. 2 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.

CAM du Havre : FBA type C puis H d’octobre 1915 à décembre 1918.

CAM de La Penzé : FBA type H de mars 1918 à juillet 1919. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.

CAM de Perpignan : FBA type H de juin 1917 à avril 1918. 0 victoire aérienne et 3 pertes par accident. Aucune attaque navale recensée.

CAM de Port en Bessin : FBA type B puis C d’octobre 1917 à fin 1918.

CAM de Toulon : FBA type H d’octobre 1916 à septembre 1917 puis type S de septembre 1918 à fin 1919. 0 victoire aérienne et 6 pertes par accident. 2 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.

CAM de Saint Raphaël : FBA type H d’octobre 1916 à fin 1917. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.

CAM d’Antibes : FBA type H et S de janvier 1918 à fin 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.

CAM de Bastia : FBA type S de juillet 1918 à décembre 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.

CAM Argostoli : FBA type B d’octobre 1916 à mai 1917 puis des types H et S de février 1918 à février 1919. 0 victoire aérienne et 4 pertes par accident. 14 attaques contre des sous-marins et un sous marin coulé (l’UC-38) en collaboration avec 2 destroyers de la Royale.

CAM de Corfou : FBA type Cet S d’octobre 1917 à 1918. 0 victoire aérienne et 1 perte par accident. 14 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.

CAM de Milo : FBA type S de juillet à décembre 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.

CAM de Salonique : FBA type C de janvier à novembre 1916 puis type H jusqu’en juillet 1918 puis Type S jusqu’en mai 1919. 0 victoire aérienne et 2 pertes par accident. 6 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.

CAM de Venise : FBA type B de mai 1915 à avril 1916 puis type C d’août 1916 à juin 1917. 2 victoires aériennes non homologuées et 4 pertes dont 2 au combat. 1 attaque contre un sous-marin, aucun résultat connu.

Les portes-hydravions ayant utilisés des FBA :

CAMPINAS (1915-1919): De 6 à 8 hydravions. A possédé jusqu’à 6 FBA. Ancien cargo lancé en 1896 de 3 319 tonnes et 109 m de longueur.

DORADE (1917-1922) jusqu’à 2 hydravions. A possédé 1 FBA type C.

NORD (1915-1919): jusqu’à 2 hydravions. A possédé 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1898 de 103 mètres de longueur.

NORMANDIE (1917-1919) : jusqu’à 2 hydravions. A possédé 1 FBA type C.

PAS DE CALAIS (1914-1919) jusqu’à 2 hydravions. A possédé 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1898.

RABENFELS : A possédé jusqu’à 5 FBA type C.

ROUEN (1916-1919) : jusqu’à 2 hydravions. A possédé jusqu’à 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1912 de 92 mètres de longueur.

Italie : 20 FBA type A , 38 FBA type C et près de 900 FBA type H fabriqué sous licence par la Società Idrovolanti Alta Italia (SIAI). Le FBA sera le principal hydravion utilisé par les italiens, bien que les pilotes lui préfèrent le Macchi L 3 plus facile à piloter notamment à l’amerrissage. Le FBA était d’ailleurs surnommé "Fatte Bene Attenzione" par les marins transalpins soit, « Faites Bien Attention (F.B.A.) » !

Pérou : 3 FBA type H utilisés par l’Escuela de Hidroaviaciõn de Ancõn en 1920.

Portugal : 2 FBA type B de janvier 1917 puis un troisième en février 1918 construit avec les restes des 2 premiers. Réformé à la fin 1918. Affectés principalement à l’instruction à l'Escola de Sao Vicente Militar, puis à la première base aéronavale portugaise, Sao Vicente Marítima, à Belém.

Royaume Uni : 42 type A commandés par le R.N.A.S utilisés essentiellement pour la formation des pilotes puis 80 Type B jusqu’en 1918
78 Type C sont commandés pour participer à la lutte anti sous-marine à partir de 1917.
4 type H sont commandés en 1917 dont 2 seront envoyés à Malte. Un Type H endommagea un U-Boat sans le couler.

Russie : 10 FBA type A, 30 FBA type C directement livré par la France et 34 type C fabriqués sous licence par Lebedev.

Uruguay : 1 FBA type H de 1924 à 1928 en provenance d’Italie.

USA : 11 FBA type H utilisés par l’U.S. Navy pour patrouiller dans l’Atlantique et la Méditerranée ainsi que 6 FBA type H italiens.

Yougoslavie : 5 FBA type H vendus par l’Italie en 1922.

Pays sans confirmation (Pays régulièrement cités comme utilisateurs de l’appareil mais dont je ne trouve aucune trace d’utilisation)

• Suède : 1 appareil ? Possible confusion avec 1 Grigorovich Stetinin M-5 capturé aux Russes et utilisé par la Suède de 1918 à 1920.

• Finlande : 1 appareil ? Possible confusion avec un SIAI « Savoia » S.9 fourni par les Italiens en 1919 et utilisé jusqu’à l’été 1920.

• Serbie : 3 type H. Rien trouvé. Est ce que ce sont 3 parmi les 5 vendus par l’Italie à la toute nouvelle Yougoslavie ?

• Espagne: 2 type H. Trouvé 1 type H civil immatriculé « M-AADA » d’août 1920 à mars 1931.


Texte de FoxKilo02, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Schreck FBA Type A : Moteur de 50 à 80 cv.
  • Schreck FBA Type B : Moteur de 100 cv.
  • Schreck FBA Type C : Moteur de 130 cv.
  • Schreck FBA Type D : Un Type H doté d'un canon Hotchkiss de 37 mm. L'expérience ne fut pas poursuivie.
  • Schreck FBA Type H : Moteur de 150 cv.
  • Schreck FBA Type S : Moteur de 280 cv.
  • Norman-Thompson FBA Type B : Type B construit sous licence au Royaume-Uni.
  • Lebedev FBA Type C : Version construite sous licence en Russie, 34 exemplaires.
  • SIAI-Marchetti FBA Type H : FBA Type H construit sous licence en Italie, 900 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Schreck FBA Type B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 907 kg (2 000 lbs)
  • Masse à vide : 574 kg (1 265 lbs)
  • Hauteur : 2,92 m (9,58 ft)
  • Envergure : 13,71 m (44,98 ft)
  • Longueur : 9,1 m (29,856 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 109 km/h (68 mph, 59 kts)
  • Vitesse de croisière : 92 km/h (57 mph, 50 kts)
  • Distance franchissable : 350 km (217 mi, 189 nm)
  • Plafond opérationnel : 3 500 m (11 483 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 1,45 m/s (4,76 ft/s)

Motorisation

  • 1 moteur rotatif Gnome monosoupape de 100 ch
  • Puissance unitaire : 74 kW (100 ch, 99 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Schreck F.B.A. type A à S à 12/11/2015 12:39 foxkilo02
Comment cela ? Rien pour le 11 novembre 2015 ?! ….
Bah ce sera donc pour le 12… :mrgreen:

Origines

En 1913, Louis Schreck passionné d’aviation essaye tant bien que mal de construire sa société de construction aéronautique. N’ayant connu jusque là que des échecs avec des appareils classiques, il se lance dans la construction d’hydravion en rachetant le brevet d’avion à coque de Donnet et Denhaut.
Il crée ainsi un petit hydravion biplace de 18 m2 de surface portante à moteur rotatif Gnôme « Oméga » de 50 cv. Il le baptise « Type A » comme les 4 autres prototypes suivants dont les surfaces portantes ne cessent d’augmenter passant de 18 à 22 m2.
Au contraire de la tendance de l’époque, Schreck prend le parti pris d’un hydravion à coque et non celui d’un hydravion à flotteurs ce qui lui bloquera un temps le marché de la Marine française qui privilégie cette dernière solution.
Heureusement, l’amirauté britannique développa un grand intérêt pour l’appareil et, via le Royal Naval Air Service (RNAS), effectua une première commande de 40 exemplaires re-motorisés avec des moteurs Gnôme de 80 cv.
Cette première commande va définitivement lancée la production de l’appareil. Elle est rapidement suivie par celles de la Marine Autrichienne et de la Marine danoise. Devant le succès grandissant de son hydravion, Schrek est obligé de s’industrialiser et crée en juillet 1913 la société « Franco-British Aviation (F.B.A.) Company Limited.

Lorsqu’ éclate la première guerre mondiale, l'Italie et la Russie commandent à leur tour des hydravions type A à la F.B.A. Durant toute la guerre le type A ne cessa d’évoluer pour générer les types B, C puis H et S qui firent les beaux jours de la société. En effet, tous types confondus, ce n’est pas moins de 2600 appareils qui furent construits, soit à l’usine FBA d’Argenteuil soit dans les pays alliés sous licence entre aout 1916 et novembre 1918.
Bien que difficile à piloter les FBA ont joué un grand rôle à partir de 1917 dans la lutte anti sous-marine. Malheureusement pilotes et avions restèrent dans l’ombre de leurs frères d’armes de la chasse voir du bombardement…

Versions

:arrow: FBA type A : Premier vol en 1913 et produit de février 1914 à février 1915. Le type A est un biplan en bois produit à cent vingt-cinq exemplaires. Il est équipé d’un moteur propulsif allant de 50 à 80 CV monté entre les ailes. Sa coque en bois est renforcée par des plaques en contreplaqué, les plans sont en toiles huilées. C’est un biplace à cabine ouverte pour un pilote et un observateur.
:arrow: FBA type B : Premier vol au début de l’année 1914. Le type B est un type A à la coque renforcée et à l’empennage modifié doté d’ailes repliables pour pouvoir être stocké sous hangars. Son moteur passe à 100 CV.
Un total de cent cinquante types B est construit à Argenteuil durant l’année 1915 dont certains, sous licence, par les anglais Norman-Thompson.
:arrow: Le FBA type C : Le type C fit son premier vol à la fin de l’année 1914 et apparu fin 1915 sur le front. C’était un type B propulsé par un moteur rotatif Clerget 9B de 130 CV. Près de 1000 exemplaires construits comme hydravion de combat et à partir de 1916, comme hydravion école.
:arrow: Le FBA type H Premier vol en 1916 et construction de 1917 à 1919 à près de 1400 exemplaires dont 900 en Italie par la firme Savoïa. Avec son moteur de 150 CV, il atteint 145 km/h et une autonomie de cinq heures, ce qui en fait un bon hydravion de patrouille maritime
A noter qu’un Type H a été construit comme « avion canon » équipé d’un Hothckiss de 37mm. L’expérience n’a cependant pas été poursuivie. On le retrouve aussi sous l’appellation « type D »
:arrow: Le FBA type S : Premier vol au début 1917, le type S est un type H avec un moteur Lorraine ou Hispano de 280 CV qui bénéficie d’une coque plus hydrodynamique et d’un nouvel empennage à l’arrière. La longueur de l’appareil est allongé et son envergure agrandie. Environ 300 exemplaires construits.

Utilisateurs militaires

:arrow: Autriche –Hongrie : 12 FBA type A de 1914 à 1916. L’Autriche utilise ses F.B.A. type A dès le début des hostilités, comme appareils de reconnaissance, avec un seul homme d’équipage à bord afin d’en augmenter l’autonomie.
:arrow : Belgique : 5 Schreck F.B.A. type H de mi-septembre 1917 à fin décembre 1918. Ces appareils composaient l’ Escadrille des Hydravions basée à Calais. Leur principal objectif était la surveillance de la Manche et de la Mer du Nord afin de traquer les destroyers et U-Boat allemands. Le deuxième objectif de l’escadrille était le repérage et la destruction des mines flottantes (plus de 150 neutralisées !) ainsi que l’escorte des convois de marchandise dans la zone.
:arrow : Brésil : 2 F.B.A type B utilisé par l’ Escola de Aviação Naval en 1918.
:arrow: Danemark : 6 FBA type A pour la Royal Danish Nav de 1914 à 1916.
:arrow: Estonie : 1 FBA type H de 1920 à 1925 fourni par la France
:arrow: France : quarante exemplaires du type B puis 260 type C de 1915 à 1922 puis 330 type H de 1916 à 1922 et 220 type S de 1918 à 1923 répartis dans les différents Centre d'Aviation Maritime (CAM):
CAM de Boulogne : FBA type C et H de juin 1917 à fin 1918.
CAM de Calais : FBA type C de novembre 1917 à juillet 1919.
CAM de Cherbourg : FBA type H de mars 1917 à 1919. 1 perte par accident.
CAM de Dieppe : FBA type H de juillet 1917 à fin 1918.
CAM de Dunkerque : FBA type C puis type H de mars 1915 à octobre 1917. 1 victoire aérienne homologuée et 16 pertes (dont 13 au combat). 19 attaques contres des U-boat dont 3 occasionnant des avaries.
CAM de Guernesey : FBA type H de juillet 1917 à fin 1918.
CAM de Tréguier : FBA type H d’août 1917 à janvier 1918. 0 victoire aérienne et 2 pertes par accident. 2 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.
CAM du Havre : FBA type C puis H d’octobre 1915 à décembre 1918.
CAM de La Penzé : FBA type H de mars 1918 à juillet 1919. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.
CAM de Perpignan : FBA type H de juin 1917 à avril 1918. 0 victoire aérienne et 3 pertes par accident. Aucune attaque navale recensée.
CAM de Port en Bessin : FBA type B puis C d’octobre 1917 à fin 1918.
CAM de Toulon : FBA type H d’octobre 1916 à septembre 1917 puis type S de septembre 1918 à fin 1919. 0 victoire aérienne et 6 pertes par accident. 2 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.
CAM de Saint Raphaël : FBA type H d’octobre 1916 à fin 1917. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.
CAM d’Antibes : FBA type H et S de janvier 1918 à fin 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.
CAM de Bastia : FBA type S de juillet 1918 à décembre 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.
CAM Argostoli : FBA type B d’octobre 1916 à mai 1917 puis des types H et S de février 1918 à février 1919. 0 victoire aérienne et 4 pertes par accident. 14 attaques contre des sous-marins et un sous marin coulé (l’UC-38) en collaboration avec 2 destroyers de la Royale
CAM de Corfou : FBA type Cet S d’octobre 1917 à 1918. 0 victoire aérienne et 1 perte par accident. 14 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.
CAM de Milo : FBA type S de juillet à décembre 1918. 0 victoire aérienne et 0 perte. Aucune attaque navale recensée.
CAM de Salonique : FBA type C de janvier à novembre 1916 puis type H jusqu’en juillet 1918 puis Type S jusqu’en mai 1919. 0 victoire aérienne et 2 pertes par accident. 6 attaques contre des sous-marins, aucun résultat connu.
CAM de Venise : FBA type B de mai 1915 à avril 1916 puis type C d’août 1916 à juin 1917. 2 victoires aériennes non homologuées et 4 pertes dont 2 au combat. 1 attaque contre un sous-marin, aucun résultat connu.

Les portes Hydravions ayant utilisés des FBA :
CAMPINAS (1915-1919): De 6 à 8 hydravions. A possédé jusqu’à 6 FBA. Ancien cargo lancé en 1896 de 3 319 tonnes et 109 m de longueur.
DORADE (1917-1922) jusqu’à 2 hydravions. A possédé 1 FBA type C.
NORD (1915-1919): jusqu’à 2 hydravions. A possédé 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1898 de 103 mètres de longueur.
NORMANDIE (1917-1919) : jusqu’à 2 hydravions. A possédé 1 FBA type C
PAS DE CALAIS (1914-1919) jusqu’à 2 hydravions. A possédé 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1898.
RABENFELS : A possédé jusqu’à 5 FBA type C.
ROUEN (1916-1919) : jusqu’à 2 hydravions. A possédé jusqu’à 2 FBA type C. Ancien cargo lancé en 1912 de 92 mètres de longueur.

:arrow: Italie : 20 FBA type A , 38 FBA type C et près de 900 FBA type H fabriqué sous licence par la Società Idrovolanti Alta Italia (SIAI). Le FBA sera le principal hydravion utilisé par les italiens, bien que les pilotes lui préfèrent le Macchi L 3 plus facile à piloter notamment à l’amerrissage. Le FBA était d’ailleurs surnommé "Fatte Bene Attenzione" par les marins transalpins soit, « Faites Bien Attention (F.B.A.) » !
:arrow: Pérou : 3 FBA type H utilisés par l’Escuela de Hidroaviaciõn de Ancõn en 1920.
:arrow: Portugal : 2 FBA type B de janvier 1917 puis un troisième en février 1918 construit avec les restes des 2 premiers. Réformé à la fin 1918. Affectés principalement à l’instruction à l'Escola de Sao Vicente Militar, puis à la première base aéronavale portugaise, Sao Vicente Marítima, à Belém.
:arrow: Royaume Uni : 42 type A commandés par le R.N.A.S utilisés essentiellement pour la formation des pilotes puis 80 Type B jusqu’en 1918
78 Type C sont commandés pour participer à la lutte anti sous-marine à partir de 1917.
4 type H sont commandés en 1917 dont 2 seront envoyés à Malte. Un Type H endommagea un U-Boat sans le couler.
:arrow: Russie : 10 FBA type A, 30 FBA type C directement livré par la France et 34 type C fabriqués sous licence par Lebedev.
:arrow: Uruguay : 1 FBA type H de 1924 à 1928 en provenance d’Italie.
:arrow: USA : 11 FBA type H utilisés par l’U.S. Navy pour patrouiller dans l’Atlantique et la Méditerranée ainsi que 6 FBA type H italiens.
:arrow: Yougoslavie : 5 FBA type H vendus par l’Italie en 1922
:arrow: Pays sans confirmation (Pays régulièrement cités comme utilisateurs de l’appareil mais dont je ne trouve aucune trace d’utilisation)
• Suède : 1 appareil ? Possible confusion avec 1 Grigorovich Stetinin M-5 capturé aux Russes et utilisé par la Suède de 1918 à 1920
• Finlande : 1 appareil ? Possible confusion avec un SIAI « Savoia » S.9 fourni par les Italiens en 1919 et utilisé jusqu’à l’été 1920
• Serbie : 3 type H. Rien trouvé. Est ce que ce sont 3 parmi les 5 vendus par l’Italie à la toute nouvelle Yougoslavie ?
• Espagne: 2 type H. Trouvé 1 type H civil immatriculé « M-AADA » d’août 1920 à mars 1931.

Caractéristiques du FBA type B

Premier vol : début 1914
Rôle : patrouille maritime
Equipage : 2 (un pilote et un observateur)
Longueur : 9,10 m
Envergure : 13,71m
Hauteur : 2,92 m
Poids à vide : 574 kg
Masse maximale au décollage : 907kg

Motorisation:
1 moteur Gnome mono soupape de 100CV

Performances :
Vitesse maximale : 109 km/h
Vitesse de croisière : 92 km/h
Vitesse ascensionnelle: 1,45 m/s
Distance franchissable: 350 km
Plafond maximal: 3 500 m
Plafond de service : 2500m

Armement:

Une mitrailleuse Lewis de 7.7mm
150 kg de bombes

Liens Internet

Wikipedia
Aviafrance
fandavion
maquetland
Re: Schreck F.B.A. type A à S à 14/11/2015 10:04 Nico2
Merci FK02, comme d'habitude c'est très précis et bien fait.
Re: Schreck F.B.A. type A à S à 14/11/2015 21:06 Jericho
Merci Foxkilo02, encore une belle fiche sur un appareil dont j'ignorais l'existence.. :top:
Re: Schreck F.B.A. type A à S à 15/11/2015 10:43 Clansman
La fiche sur le site
Re: Schreck F.B.A. type A à S à 15/11/2015 20:24 foxkilo02
Merci à tous et je pense enchainer sur le Donnet-Levêque
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Nov. 15, 2015, 9:24 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires