Rappels

Histoire de l'appareil

A partir de 1947, l'OKB-165 dirigé par Arkhip Mikhaïlovitch Lyoulka commença l'étude d'un nouveau réacteur à flux axial, le futur VRD-5 de 4500 kgp, qui serait renommé plus tard TR-3. Le TR-3A, une version améliorée fournissant 4600 kgp, fut renommé AL-5 le 28 mars 1951 en hommage à son concepteur.

MiG se lança dès août 1949 dans l'étude d'un chasseur construit autour de ce nouveau moteur, l'Izdeliye M. Il s'agissait dans l'ensemble d'un MiG-17 allongé avec une aile en flèche très prononcée, de 55 à 60° selon les sources. Il reçut plus tard la désignation officielle I-350. C'était le premier chasseur de MiG destiné à devenir supersonique en palier.

Sa construction fut approuvée le 10 juin 1950 en conseil des ministres, avec les spécifications suivantes : vitesse maximale en altitude de 1200 à 1300 km/h, plafond de 16000 mètres, distance franchissable de 1100 km (1500 avec bidons), montée à 5000 mètres en 2 minutes et armement de 3 canons de 23 mm ou 2 canons de 23 mm et un de 37 mm.

L'avion était monoplace, avec un cockpit en avant. Son train d'atterrissage était tricycle et rétractable. Chaque jambe était constitué d'une seule roue, le train avant se repliant vers l'avant tandis que le train principal se repliait sous les ailes vers l'intérieur.

Le réacteur, dont la tuyère est située sous la dérive, est alimenté par une prise d'air frontale. Les aérofreins sont de part et d'autre de la tuyère. Le radar est logé dans un radôme lui-même placé à la partie supérieure de l'entrée d'air.

Le MiG I-350 est un appareil monoplan à aile cantilever, médiane et accusant un dièdre négatif. Chaque aile dispose de pas moins de 4 cloisons d'extrados. Son empennage est constitué d'une dérive unique en flèche, de type cruciforme. L'empennage horizontal est en flèche et sans dièdre. Une quille ventrale sous la tuyère complète le dispositif.

L'armement de l'I-350 consiste en un canon N-37 de 37 mm avec 50 obus et deux canons NS-23 de 23 mm alimentés par 290 obus en tout, ainsi que d'un point d'emport central permettant d'emporter par exemple un réservoir largable de 800 litres. Un point d'emport sous chaque aile permettait d'emporter deux bombes entre 50 et 250 kg ou deux paniers PU-85 de 6 roquettes TRS-85.

1 exemplaire fut construit : l'I-350M-1 doté du radar RP-1 Izumrud. La construction de l'I-350M-2 qui devait recevoir un radar Korshun resta inachevée. Une variante biplace, désignée MT, était prévue mais ne fut pas construite.

MiG avait calculé les performances suivantes : 1240 km/h au niveau de la mer et 1266 km/h à 10000 mètres d'altitude, plafond de 16600 m, distance franchissable de 1117 km sans réservoirs externes et 1620 avec, montée à 5000 mètres en une minute 6 secondes et à 10000 mètres en un peu plus de 2 minutes et demie, le tout pour une masse maximale de 8030 kg.

L'I-350M-1 effectua le vol inaugural le 16 juin 1951 entre les mains de Grigori Sedov. Il faillit se terminer de façon catastrophique : le réacteur s'éteignit 8 minutes le décollage, entraînant une panne hydraulique complète. Le pilote réussit à faire atterrir l'appareil en sortant manuellement le train. Mikoyan était absent ce jour-là et reçut une courte note disant "Sedov a atterri, tout va bien". C'est plus tard, de la bouche même de Sedov, que Mikoyan apprit ce qui s'était réellement passé…

Le deuxième vol eut lieu le 19 juin pendant 20 minutes, cette fois sans histoires. La vitesse maximale atteinte était de 750 km/h. Un Pe-8 doté du réacteur AL-5 fut utilisé parallèlement lors des tests, mais connut lui aussi des ennuis à cause du réacteur.

Le réacteur se montra très peu fiable et devait être totalement repensé. Seuls 4 autres vols d'essais eurent lieu avant la fin du programme, en août 1951.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Mikoyan-Gourevitch I-350M-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 8 710 kg (19 202 lbs)
  • Masse normale au décollage : 8 030 kg (17 703 lbs)
  • Masse à vide : 6 125 kg (13 503 lbs)
  • Surface alaire : 36 m² (388 sq. ft)
  • Envergure : 9,73 m (31,923 ft)
  • Longueur : 16,27 m (53,379 ft) (16,65 m également évoqué).

Performances

  • Vitesse maximum : 1 266 km/h (787 mph, 684 kts)
  • Distance franchissable : 1 120 km (696 mi, 605 nm) (1260 km également évoqué)
  • Distance de convoyage : 1 825 km (1 134 mi, 985 nm)
  • Plafond opérationnel : 16 600 m (54 462 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 75,8 m/s (248,688 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 170,139 kg/m² (34,847 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 223,056 kg/m² (45,685 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 241,944 kg/m² (49,554 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Lyulka AL-5
  • Puissance unitaire : 4 600 kgp (45 kN, 10 141 lbf), 5 200 kgp (51 kN, 11 464 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
MiG I-350 à 25/10/2015 09:04 Clansman
A partir de 1947, l'OKB-165 dirigé par Arkhip Mikhaïlovitch Lyoulka commença l'étude d'un nouveau réacteur à flux axial, le futur VRD-5 de 4500 kgp, qui serait renommé plus tard TR-3. TR-3A, une version améliorée fournissant 4600 kgp, fut renommée AL-5 le 28 mars 1951 en hommage à son concepteur.

MiG se lança dès août 1949 dans l'étude d'un chasseur construit autour de ce nouveau moteur, l'Izdeliye M. Il s'agissait dans l'ensemble d'un MiG-17 allongé avec une aile en flèche très prononcée, de 55 à 60° selon les sources. Il reçut plus tard la désignation officielle I-350. C'était le premier chasseur de MiG destiné à devenir supersonique en palier.

Sa construction fut approuvée le 10 juin 1950 en conseil des ministres, avec les spécifications suivantes : vitesse maximale en altitude de 1200 à 1300 km/h, plafond de 16000 mètres, distance franchissable de 1100 km (1500 avec bidons), montée à 5000 mètres en 2 minutes et armement de 3 canons de 23 mm ou 2 canons de 23 mm et un de 37 mm.

L'avion était monoplace, avec un cockpit en avant. Son train d'atterrissage était tricycle et rétractable. Chaque jambe était constitué d'une seule roue, le train avant se repliant vers l'avant tandis que le train principal se repliait sous les ailes vers l'intérieur.

Le réacteur, dont la tuyère est située sous la dérive, est alimenté par une prise d'air frontale. Les aérofreins sont de part et d'autre de la tuyère. Le radar est logé dans un radôme lui-même placé à la partie supérieure de l'entrée d'air.

Le MiG I-350 est un appareil monoplan à aile cantilever, médiane et accusant un dièdre négatif. Chaque aile dispose de pas moins de 4 cloisons d'extrados. Son empennage est constitué d'une dérive unique en flèche, de type cruciforme. L'empennage horizontal est en flèche et sans dièdre. Une quille ventrale sous la tuyère complète le dispositif.

L'armement de l'I-350 consiste en un canon N-37 de 37 mm avec 50 obus et deux canons NS-23 de 23 mm alimentés par 290 obus en tout, ainsi que d'un point d'emport central permettant d'emporter par exemple un réservoir largable de 800 litres. Un point d'emport sous chaque aile permettait d'emporter deux bombes entre 50 et 250 kg ou deux paniers PU-85 de 6 roquettes TRS-85.

1 exemplaire fut construit : l'I-350M-1 doté du radar RP-1 Izumrud. La construction de l'I-350M-2 qui devait recevoir un radar Korshun resta inachevée. Une variante biplace, désignée MT, était prévue mais ne fut pas construite.

MiG avait calculé les performances suivantes : 1240 km/h au niveau de la mer et 1266 km/h à 10000 mètres d'altitude, plafond de 16600 m, distance franchissable de 1117 km sans réservoirs externes et 1620 avec, montée à 5000 mètres en une minute 6 secondes et à 10000 mètres en un peu plus de 2 minutes et demie, le tout pour une masse maximale de 8030 kg.

L'I-350M-1 effectua le vol inaugural le 16 juin 1951 entre les mains de Grigori Sedov. Il faillit se terminer de façon catastrophique : le réacteur s'éteignit 8 minutes le décollage, entraînant une panne hydraulique complète. Le pilote réussit à faire atterrir l'appareil en sortant manuellement le train. Mikoyan était absent ce jour-là et reçut une courte note disant "Sedov a atterri, tout va bien". C'est plus tard, de la bouche même de Sedov, que Mikoyan apprit ce qui s'était réellement passé…

Le deuxième vol eut lieu le 19 juin pendant 20 minutes, cette fois sans histoires. La vitesse maximale atteinte était de 750 km/h. Un Pe-8 doté du réacteur AL-5 fut utilisé parallèlement lors des tests, mais connut lui aussi des ennuis à cause du réacteur.

Le réacteur se montra très peu fiable et devait être totalement repensé. Seuls 4 autres vols d'essais eurent lieu avant la fin du programme, en août 1951.



Le grand livre des chasseurs / Green & Swanborough

http://prototypes.free.fr/ye8/ye8-3.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Mikoyan-Gurevich_I-350

http://www.aviastar.org/air/russia/mig_i-350.php

http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/i-350.html

http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-iii/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fighter/i350.html&prev=search
Re: MiG I-350 à 25/10/2015 09:32 Clansman
La fiche sur le site
Re: MiG I-350 à 26/10/2015 21:03 Jericho

Clansman a écrit

… L'armement de l'I-350 consiste en un canon N-37 de 37 mm avec 50 obus et deux canons NS-23 de 23 mm alimentés par 290 obus en tout,…
Et à la même époque les USA armaient leurs appareils avec quatre ou six mitrailleuses lourdes de 12,7mm… :roll:
Re: MiG I-350 à 28/10/2015 21:00 Nico2
Cela apparaît tout de suite moins impressionnant. :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Oct. 25, 2015, 9:10 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires