Rappels

Histoire de l'appareil

En 1953, l'Armée de l'Air française tire ses propres leçons de la guerre de Corée : elle commande donc d'une part un intercepteur léger, et d'une autre part un avion tactique léger avec une capacité secondaire de combat aérien.

Ce dernier doit être biréacteur, capable d'opérer à partir de terrains mal préparés à proximité du front, dépasser Mach 1 et atteindre l'altitude de 10000 mètres en 6 minutes. Il doit aussi être armé de deux canons DEFA de 30 mm. Elle passe son appel d'offres en novembre 1953, et deux constructeurs y répondent : Dassault avec son Mystère XXII et Bréguet avec son Bréguet 1100.

2 prototypes du Mystère XXII furent commandés en novembre 1954. Le Mystère XXII fut rebaptisé Étendard II peu avant le vol inaugural. Celui-ci eut lieu le 23 juillet 1956 avec Paul Bourdier aux commandes, à Melun-Villaroche.

L’Étendard II se base essentiellement sur le Mystère XX, le futur Super Mystère. Il reprenait globalement la cellule du Mirage I avec les ailes en flèches basses du Super Mystère B2, avec une flèche de 45°. Ses ailes étaient dotées de dispositifs hypersustentateurs. Il était prévu de le doter de moteurs Snecma R-105 de 1200 kgp, mais seuls les Turbomeca Gabizo étaient disponibles. Il était long de 12,89 mètres et pesait 4120 kg à vide. Son envergure était de 8,74 m. Ses canons pouvaient être échangés contre un panier de 32 roquettes Matra de 68 mm non guidées.

Cependant, les moteurs Gabizo n'étaient pas fiables : prévus pour 1100 kgp chacun, ils n'en fournissaient que 940. L'appareil se montra en conséquence sous-motorisé. Une quarantaine de vols d'essais eurent lieu, mais il fut incapable de dépasser la vitesse du son même en piqué, et il lui fallait 12 minutes pour atteindre les 10000 mètres d'altitude, soit le double de ce qui était prévu.

Le problème aurait peut-être pu être corrigé avec des Gabizo dotés d'une post-combustion (1500 kgp prévus), ou encore d'autres moteurs (les Snecma R-105 de 1200 kgp étaient prévus pour le deuxième prototype, l'Hispano-Suiza R 800 de 1000 kgp était également envisagé), mais en définitive l’Étendard II fut jugé comme n'ayant aucun potentiel. Seul le premier prototype fut construit, le deuxième resta inachevé. Un troisième prototype, le Mystère XXIIM, était envisagé pour la Marine nationale, qui cherchait un appareil similaire susceptible d'être embarqué. Envisagé en juillet 1956, celui-ci est abandonné.

Le programme fut terminé en novembre 1956, d'autant plus que des appareils bien plus prometteurs volaient depuis quelques mois : le Mirage III pour l'Armée de l'Air et l’Étendard IV pour la Marine Nationale, ce dernier effectuant son vol inaugural le lendemain de celui de l’Étendard II.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Dassault Mystère XXII : Désignation initiale de l'appareil.
  • Dassault Mystère XXIIM : Projet de version embarquée.
  • Dassault Etendard II : Prototype. 1 exemplaire.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Dassault Etendard II voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche des ailes : 45 °
  • Masse maxi au décollage : 5 650 kg (12 456 lbs)
  • Masse à vide : 4 200 kg (9 259 lbs)
  • Surface alaire : 24,2 m² (260,487 sq. ft)
  • Hauteur : 3,8 m (12,467 ft)
  • Envergure : 8,74 m (28,675 ft)
  • Longueur : 12,89 m (42,29 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 1 054 km/h (655 mph, 569 kts)
  • Distance franchissable : 1 100 km (684 mi, 594 nm)
  • Plafond opérationnel : 15 000 m (49 213 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 0,99
  • Charge alaire, à vide : 173,554 kg/m² (35,547 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 233,471 kg/m² (47,819 lbs/sq. ft)

Motorisation

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Dassault Etendard II à 21/09/2015 08:34 Clansman
En 1953, l'Armée de l'Air française tire ses propres leçons de la guerre de Corée : elle commande donc d'une part un intercepteur léger, et d'une autre part un avion tactique léger avec une capacité secondaire de combat aérien.

Cet appareil doit être biréacteur, capable d'opérer à partir de terrains mal préparés à proximité du front, dépasser Mach 1 et atteindre l'altitude de 10000 mètres en 6 minutes. Il doit aussi être armé de deux canons DEFA de 30 mm. Elle passe son appel d'offres en novembre 1953, et deux constructeurs y répondent : Dassault avec son Mystère XXII et Bréguet avec son Bréguet 1100.

2 prototypes du Mystère XXII furent commandés en novembre 1954. Le Mystère XXII fut rebaptisé Étendard II peu avant le vol inaugural. Celui-ci eut lieu le 23 juillet 1956 avec Paul Bourdier aux commandes, à Melun-Villaroche.

L’Étendard II se base essentiellement sur le Mystère XX, le futur Super Mystère. Il reprenait globalement la cellule du Mirage I avec les ailes en flèches basses du Super Mystère B2, avec une flèche de 45°. Ses ailes étaient dotés de dispositifs hypersustentateurs. Il était prévu de le doter de moteurs Snecma R-105 de 1200 kgp, mais seuls les Turbomeca Gabizo étaient disponibles. Il était long de 12,89 mètres et pesait 4120 kg à vide. Son envergure était de 8,74 m. Ses canons pouvaient être échangés contre un panier de 32 roquettes Matra de 68 mm non guidées.

Cependant, les moteurs Gabizo n'étaient pas fiables : prévus pour 1100 kgp chacun, ils n'en fournissaient que 940. L'appareil se montra en conséquence sous-motorisé. Une quarantaine de vols d'essais eurent lieu, mais il fut incapable de dépasser la vitesse du son même en piqué, et il lui fallait 12 minutes pour atteindre les 10000 mètres d'altitude, soit le double de ce qui était prévu.

Le problème aurait peut-être pu être corrigé avec des Gabizo dotés d'une post-combustion (1500 kgp prévus), ou encore d'autres moteurs (les Snecma R-105 de 1200 kgp étaient prévus pour le deuxième prototype, le Hispano-Suiza R 800 de 1000 kgp était également envisagé), mais en définitive l’Étendard II fut jugé comme n'ayant aucun potentiel. Seul le premier prototype fut construit, le deuxième resta inachevé. Un troisième prototype, le Mystère XXIIM, était envisagé pour la Marine nationale, qui cherchait un appareil similaire susceptible d'être embarqué. Envisagé en juillet 1956, celui-ci est abandonné.

Le programme fut terminé en novembre 1956, d'autant plus que des appareils bien plus prometteurs volaient depuis quelques mois : le Mirage III pour l'Armée de l'Air et l’Étendard IV pour la Marine Nationale, ce dernier effectuant son vol inaugural le lendemain de celui de l’Étendard II.


Le grand livre des chasseurs / Green & Swanborough

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_%C3%89tendard_II

http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/etendard/

http://www.ffaa.net/aircraft/etendard/etendard_fr.htm

http://www.aviafrance.com/dassault-tendard-ii-aviation-france-1018.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Dassault_%C3%89tendard_II

http://www.airvectors.net/aveten.html#m1

http://www.aviastar.org/air/france/dassault_etendard2.php

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fighter/etend2.html&prev=search
Re: Dassault Etendard II à 21/09/2015 09:08 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 21, 2015, 8:40 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires