Rappels

Histoire de l'appareil

Au début des années 1980, les forces américaines furent impressionnées par l'emploi des drones de reconnaissances tactiques par les Israéliens. D'autant plus que leurs opérations à Grenade, au Liban et en Libye les avaient convaincus de la nécessité d'un tel système. Les États-Unis avaient jusqu'à présent utilisé soit des drones-cibles, soit des drones de reconnaissance stratégiques, mais rarement des drones de reconnaissance tactiques ou de surveillance du champ de bataille. L'IAI Scout attira tout particulièrement leur attention.

L'US Navy fut la première à en réclamer une version améliorée, dès juillet 1985. IAI et AAI Corporation s'associèrent pour proposer le Pionner en 1984, en montant une association nommée Pioneer UAV Inc. La principale différence par rapport au Mastiff ou au Scout tenait au moteur Sachs & Fichtel SF2-350 à 2 cylindres et à 2 temps de 26 hp, remplaçant le Limbach d'origine.

Le Pioneer fut mis en concurrence avec le Pacific Aerosystems Heron par l'US Navy dès décembre 1985, et fut déclaré vainqueur en janvier 1986. 9 systèmes furent alors commandés pour un total de 50 drones environ.

Le RQ-2 peut décoller d'un terrain à l'aide d'un train tricycle fixe, mais peut aussi être catapulté ou lancé d'un navire grâce à des fusées d'appoint MK 125 MOD 2 donnant 859 livres de poussée pendant 2 secondes. Il emporte un capteur électro-optique et infrarouge Wescam DS-12, et transmet en temps réel des données vidéos en bande C. Il peut opérer de jour comme de nuit. Il est généralement piloté du sol manuellement, mais peut suivre une route pré-programmée. Il peut être récupéré à l'aide d'une crosse d'arrêt ou d'un filet.

Il est entré en service en juillet 1986, et fut déployé au combat pour la première fois lors de la guerre du Golfe en janvier et février 1991. Il fut testé sur le cuirassé USS Iowa (BB-61) en décembre 1986 et fut utilisé sur d'autres cuirassés de cette classe. Sa mission initiale était le réglage d'artillerie, l'acquisition de cibles et le contrôle des dégâts, mais elle évolua vers la reconnaissance et la surveillance, au profit des forces amphibies. Un Pioneer lancé de l'USS Wisconsin (BB-64) obtint littéralement la reddition des troupes irakiennes basées sur l'île de Failaka, peu après l'attaque de l'USS Missouri (BB-63). Plus de 300 missions furent effectuées lors de la guerre du Golfe.

Depuis, il fut transféré aux navires de débarquement de classe Austin, et 50 exemplaires supplémentaires furent livrés dans les années 1990, essentiellement pour combler les pertes. En 1997, les RQ-2A avaient reçus des améliorations, dont l'UCARS (UAV Common Automatic Recovery System) et le MIAG (Modular Integrated Avionics Group). Les nouveaux RQ-2 furent construits à ce nouveau standard, nommé RQ-2B, et 33 RQ-2A furent portés à ce standard.

Le RQ-2 fut déployé en Somalie, en Bosnie, au Kosovo, et lors de l'invasion de l'Irak. Outre l'US Navy, qui l'a retiré du service en 2007, il a été ou est utilisé par le Marines Corps (à partir de juillet 1987), l'US Army, peut-être Israël, Singapour et le Sri Lanka. L'US Army reçut ses premiers exemplaires en mars 1990, et les transféra à l'US Navy en 1995 après avoir perçu ses premiers RQ-5 Hunter.

Au départ, il n'avait pas de désignation officielle et ce n'est qu'en janvier 1997 que le Ministère de la Défense décida d'attribuer une désignation militaire spécifique aux drones de reconnaissance tactique. Il reçut alors la désignation RQ-2A. Dès 2003, le RQ-2 aurait dû être remplacé par le RQ-8A, mais les retards du programme firent que le RQ-2 fut maintenu plus longtemps en service. En 2004, on comptait encore 6 systèmes (soit environ 35 exemplaires) encore en service au sein de l'US Navy ou de l'US Marines Corps. Les derniers RQ-2 encore en service ont reçut en 2003 un moteur rotatif UEL AR-741 et un désignateur laser, ce qui les portent au standard RQ-2C. Ils doivent être retirés du service en 2015.

Versions référencées

  • AAI RQ-2A : Version de base. 100 exemplaires.
  • AAI RQ-2B : Version améliorée apparue en 1997. Exemplaires neufs plus 33 RQ-2A modifiés.
  • AAI RQ-2C : Ultime version apparue en 2003, moteur rotatif UEL AR-741.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

AAI RQ-2C voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 205 kg (452 lbs)
  • Hauteur : 1 m (3,28 ft)
  • Envergure : 5,2 m (17,06 ft)
  • Longueur : 4,27 m (14 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 204 km/h (127 mph, 110 kts)
  • Vitesse de croisière : 185 km/h (115 mph, 100 kts)
  • Endurance maximale : 5 h
  • Distance franchissable : 185 km (115 mi, 100 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 572 m (15 000 ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons UEL 741
  • Puissance unitaire : 28 kW (38 ch, 38 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
AAI RQ-2 Pioneer à 18/04/2015 10:17 Clansman
Drone de reconnaissance israélo-américain des années 1980.

Au début des années 1980, les forces américaines furent impressionnées par l'emploi des drones de reconnaissances tactiques par les Israéliens. D'autant plus que leurs opérations à Grenade, au Liban et en Libye les avaient convaincus de la nécessité d'un tel système. Les États-Unis avaient jusqu'à présent utilisé soit des drones-cibles, soit des drones de reconnaissance stratégiques, mais rarement des drones de reconnaissance tactiques ou de surveillance du champ de bataille. L'IAI Scout attira tout particulièrement leur attention.

L'US Navy fut la première à en réclamer une version améliorée, dès juillet 1985. IAI et AAI Corporation s'associèrent pour proposer le Pionner en 1984, en montant une association nommée Pioneer UAV Inc. La principale différence par rapport au Mastiff ou au Scout tenait au moteur Sachs & Fichtel SF2-350 à 2 cylindres et à 2 temps de 26 hp, remplaçant le Limbach d'origine.

Le Pioneer fut mis en concurrence avec le Pacific Aerosystems Heron par l'US Navy dès décembre 1985, et fut déclaré vainqueur en janvier 1986. 9 systèmes furent alors commandés pour un total de 50 drones environ.

Le RQ-2 peut décoller d'un terrain à l'aide d'un train tricycle fixe, mais peut aussi être catapulté ou lancé d'un navire grâce à des fusées d'appoint MK 125 MOD 2 donnant 859 livres de poussée pendant 2 secondes. Il emporte un capteur électro-optique et infrarouge Wescam DS-12, et transmet en temps réel des données vidéos en bande C. Il peut opérer de jour comme de nuit. Il est généralement piloté du sol manuellement, mais peut suivre une route pré-programmée. Il peut être récupéré à l'aide d'une crosse d'arrêt ou d'un filet.

Il est entré en service en juillet 1986, et fut déployé au combat pour la première fois lors de la guerre du Golfe en janvier et février 1991. Il fut testé sur le cuirassé USS Iowa (BB-61) en décembre 1986 et fut utilisé sur d'autres cuirassés de cette classe. Sa mission initiale était le réglage d'artillerie, l'acquisition de cibles et le contrôle des dégâts, mais elle évolua vers la reconnaissance et la surveillance, au profit des forces amphibies. Un Pioneer lancé de l'USS Wisconsin (BB-64) obtint littéralement la reddition des troupes irakiennes basées sur l'île de Failaka, peu après l'attaque de l'USS Missouri (BB-63). Plus de 300 missions furent effectuées lors de la guerre du Golfe.

Depuis, il fut transféré aux navires de débarquement de classe Austin, et 50 exemplaires supplémentaires furent livrés dans les années 1990, essentiellement pour combler les pertes. En 1997, les RQ-2A avaient reçus des améliorations, dont l'UCARS (UAV Common Automatic Recovery System) et le MIAG (Modular Integrated Avionics Group). Les nouveaux RQ-2 furent construits à ce nouveau standard, nommé RQ-2B, et 33 RQ-2A furent portés à ce standard.

Le RQ-2 fut déployé en Somalie, en Bosnie, au Kosovo, et lors de l'invasion de l'Irak. Outre l'US Navy, qui l'a retiré du service en 2007, il a été ou est utilisé par le Marines Corps (à partir de juillet 1987), l'US Army, peut-être Israël, Singapour et le Sri Lanka. L'US Army reçut ses premiers exemplaires en mars 1990, et les transféra à l'US Navy en 1995 après avoir perçu ses premiers RQ-5 Hunter.

Au départ, il n'avait pas de désignation officielle et ce n'est qu'en janvier 1997 que le Ministère de la Défense décida d'attribuer une désignation militaire spécifique aux drones de reconnaissance tactique. Il reçut alors la désignation RQ-2A. Dès 2003, le RQ-2 aurait dû être remplacé par le RQ-8A, mais les retards du programme firent que le RQ-2 fut maintenu plus longtemps en service. En 2004, on comptait encore 6 systèmes (soit environ 35 exemplaires) encore en service au sein de l'US Navy ou de l'US Marines Corps. Les derniers RQ-2 encore en service ont reçut en 2003 un moteur rotatif UEL AR-741 et un désignateur laser, ce qui les portent au standard RQ-2C. Ils doivent être retirés du service en 2015.



http://fr.wikipedia.org/wiki/RQ-2_Pioneer

http://en.wikipedia.org/wiki/AAI_RQ-2_Pioneer

http://www.designation-systems.net/dusrm/app2/q-2.html

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=325

http://www.navy.mil/navydata/fact_display.asp?cid=1100&tid=2100&ct=1

http://www.globalsecurity.org/intell/systems/pioneer.htm

http://www.deagel.com/Tactical-Unmanned-Air-Vehicles/RQ-2B-Pioneer_a000634001.aspx
Re: AAI RQ-2 Pioneer à 18/04/2015 11:00 Clansman
La fiche sur le site

Comme il ne me reste plus que les RQ-xx, ça sent la fin… :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le April 18, 2015, 10:27 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires