Rappels

Histoire de l'appareil

Le Vultee Vengeance, décliné en versions principales A-31 et A-35, est un bombardier en piqué américain de la seconde guerre mondiale.

L'armée de l'air française réclama en 1940 un bombardier en piqué. Ce fut une firme américaine, Vultee, qui répondit à cette demande en proposant le V-72, baptisé Vengeance. Celui-ci avait été conçu sur fonds privés et visait le marché de l'export.

Le V-72 était un monoplan à ailes basses, monomoteur, biplace en tandem dans un cockpit fermé et à train classique rétractable. Il est motorisé par un Wright Twin Cyclone GR-2600-A5B-5 de 1600 hp. Il est armé de 4 mitrailleuses Browning M1919 de 7,7 mm dans les ailes, de 2 mitrailleuses de 7,7 mm en place arrière et de 2 bombes de 230 kg en soute interne, ainsi que de 2 bombes de 110 kg sous les ailes.

La France en commanda 300 exemplaires, devant être livrés à partir d'octobre 1940. Mais la chute de la France en juin 1940 annula la commande. Dans le même temps, la RAF, impressionnée par le succès apparent du Stuka, chercha à acquérir un équivalent. Le V-72 étant le seul modèle disponible, elle en commande une première tranche de 200 exemplaires le 3 juillet 1940, suivie d'une deuxième tranche de 100 exemplaires en décembre, d'une troisième tranche de 400 appareils en avril 1941 et d'une quatrième et dernière, de 200 exemplaires, en juin. Le 28 juin, les deux dernières commandes furent passées sous le cadre de la loi prêt-bail. Vultee construisant déjà le BT-13, Stinson et Northrop construisirent les appareils.

Le vol inaugural eut lieu le 30 mars 1941, à l'usine de Vultee située à Downey en Californie. Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre, l'USAAC récupéra des Vultee 72 et A-31. Comme elle s'intéressa au bombardement en piqué, elle demanda une version dotée d'un moteur Wright Twin Cyclone R-2600-19 et d'un armement plus puissants, le futur A-35.

Cependant, lorsque la Grande-Bretagne reçut suffisamment de Vengeance pour les mettre en ligne, elle se rendit compte que le bombardement en piqué était une fausse bonne idée. Elle nécessitait une supériorité aérienne locale ou à défaut une solide escorte, sans quoi les bombardiers en piqué étaient vulnérables. De plus, l'aile à incidence 0° favorisait la visibilité pendant le piqué, mais la génait lors des phases d'atterrissage ou lors du vol en cabrant l'appareil.

Les Vengeances britanniques furent retirés des fronts européen et méditerranéen, et déployés en Birmanie afin de soutenir les troupes au sol en octobre 1942. C'est à ce moment-là qu'ils équipèrent deux escadrons de la force aérienne indienne, les n° 7 et 8. Les premières missions de guerre contre les Japonais eurent lieu le 19 mars 1943. Ils furent intensivement employés lors de la campagne de Birmanie en 1944, ainsi qu'aux batailles d'Imphal et de Kohima sur la frontière indo-birmane. La dernière mission de guerre en Birmanie eut lieu le 16 juillet 1944 pour les Vengeance.

Un certain nombre de Vengeance tenta de rallier l'Afrique de l'Ouest, mais quelques appareils tombèrent en panne lors du trajet. 11 appareils furent utilisés pour larguer des insecticides contre les moustiques propageant la malaria, entre septembre et décembre 1944.

La RAF et la Fleet Air Arm continuèrent à recevoir des Vengeance en grand nombre, bien qu'ils soient retirés des premières lignes. Ils furent modifiés en remorqueurs de cibles, l'armement étant enlevé. La désignation TBV-1 "Georgia" aurait été attribuée aux Vengeance transférés à l'US Navy, mais il ne semble pas que cette dernière en ait reçu.

La force aérienne australienne commanda 400 Vengance en urgence, lorsque le Japon entra en guerre. Le premier appareil fut livré le 30 mai 1942 au 12 squadron, mais l'Australie n'en reçut en nombre conséquent qu'à partir d'avril 1943. Ils servirent brièvement lors de la campagne de Nouvelle-Guinée. Mais leur manque d'autonomie, la longue distance nécessaire pour décoller, firent qu'ils effectuèrent leur dernière mission de guerre le 8 mars 1944 avant d'être remplacés par des B-24 Liberator. 58 Vengeance restaient à livrer à cette date, mais la commande fut annulée. Les Vengeance australiens restèrent en service jusqu'en 1946 dans des missions de servitude, y compris essais en vol. 342 Vengeance I, II et IV furent utilisés par la RAAF.

Les forces aériennes françaises libres reçurent 29 A-35A et 37 A-35B à partir du 12 août 1943, qui équipèrent les Groupes de Bombardement GB 1/32 Bourgogne, GB 1/17 Picardie et GB 2/15 Anjou en Afrique du Nord. Un 30e A-35A fut détruit avant la livraison. A contrario des Britanniques et des Australiens qui avaient procédés à des modifications nécessaires, les Français utilisèrent l'appareil tel quel, impatients de le recevoir. Son manque de fiabilité et sa consommation d'huile particulièrement exagérée (60 litres par heure de vol) firent qu'il fut retiré du service dès septembre 1944.

Le Brésil utilisa 33 V-72 et A-35 entre 1943 et avril 1948. Ils effectuèrent quelques missions de patrouille anti sous-marine. L'USAAF n'utilisa jamais le Vengeance au combat. Il fut utilisé pour des missions de remorquage de cibles jusqu'en 1945.

1931 exemplaires furent construits. Il fut simplement nommé Vengeance au début, puis l'arrivée de la loi prêt-bail nécessita une désignation USAAF, l'A-31. Ceux-ci furent peu nombreux (100 exemplaires) et furent rapidement supplantés par l'A-35. Un seul exemplaire complet a survécu, un Vengeance IV australien qui ne fut pas incorporé en escadron. Il est exposé au Camden Air Museum.

Versions référencées

  • Northrop Vengeance I : Version construite pour la Grande-Bretagne par Northrop.
  • Northrop Vengeance IA : Variante du Vengance I avec un moteur R-2600-19 de 1600 hp.
  • Vultee Vengeance II : Version construite par Vultee avant l'arrivée de la loi prêt-bail, 500 exemplaires.
  • Vultee A-31C Vengeance III : Version construite par Vultee, similaire au Vengeance IA. 100 exemplaires.
  • Vultee XA-31A : Prototype modifié, accepté par l'USAAF en juin 1942. Model 88 pour Vultee.
  • Vultee XA-31B : XA-31A remotorisé avec un Pratt & Whitney XR-4360-1 Wasp Major de 3000 hp, pour essais en vol de ce moteur.
  • Vultee XA-31C : 1 Vengeance III remotorisé pour tester le Wright R-3350-18 Duplex Cyclone de 2200 hp en vol.
  • Vultee YA-31C : 5 Vengeance III remotorisés pour tester le R-3350-17 en vol.
  • Vultee A-35A : Version redessinée, à la fois pour l'USAAF et comme fourniture dans le cadre de la loi prêt-bail. 99 exemplaires.
  • Vultee A-35B Vengeance IV : Version emportant davantage d'armement.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Northrop Vengeance I voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 6 486 kg (14 300 lbs)
  • Masse à vide : 4 411 kg (9 725 lbs)
  • Surface alaire : 31 m² (332 sq. ft)
  • Hauteur : 4,69 m (15,4 ft)
  • Envergure : 15 m (48 ft)
  • Longueur : 12,12 m (39,764 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 378 km/h (235 mph, 204 kts)
  • Distance franchissable : 2 253 km (1 400 mi, 1 217 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 858 m (22 500 ft)
  • Vitesse maximale HA : 443 km/h (275 mph, 239 kts) à 3350 m
  • Charge alaire, à vide : 143,017 kg/m² (29,292 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 210,297 kg/m² (43,072 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Wright R-2600-A5B-5
  • Puissance unitaire : 1 193 kW (1 622 ch, 1 600 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Vultee A-31/A-35 Vengeance à 28/10/2014 07:35 Clansman
Le Vultee Vengeance, décliné en versions principales A-31 et A-35, est un bombardier en piqué américain de la seconde guerre mondiale.


L'armée de l'air française réclama en 1940 un bombardier en piqué. Ce fut une firme américaine, Vultee, qui répondit à cette demande en proposant le V-72, baptisé Vengeance. Celui-ci avait été conçu sur fonds privés et visait le marché de l'export.

Le V-72 était un monoplan à ailes basses, monomoteur, biplace en tandem dans un cockpit fermé et à train classique rétractable. Il est motorisé par un Wright Twin Cyclone GR-2600-A5B-5 de 1600 hp. Il est armé de 4 mitrailleuses Browning M1919 de 7,7 mm dans les ailes, de 2 mitrailleuses de 7,7 mm en place arrière et de 2 bombes de 230 kg en soute interne, ainsi que de 2 bombes de 110 kg sous les ailes.

La France en commanda 300 exemplaires, devant être livrés à partir d'octobre 1940. Mais la chute de la France en juin 1940 annula la commande. Dans le même temps, la RAF, impressionnée par le succès apparent du Stuka, chercha à acquérir un équivalent. Le V-72 étant le seul modèle disponible, elle en commande une première tranche de 200 exemplaires le 3 juillet 1940, suivie d'une deuxième tranche de 100 exemplaires en décembre, d'une troisième tranche de 400 appareils en avril 1941 et d'une quatrième et dernière, de 200 exemplaires, en juin. Le 28 juin, les deux dernières commandes furent passées sous le cadre de la loi prêt-bail. Vultee construisant déjà le BT-13, Stinson et Northrop construisirent les appareils.

Le vol inaugural eut lieu le 30 mars 1941, à l'usine de Vultee située à Downey en Californie. Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre, l'USAAC récupéra des Vultee 72 et A-31. Comme elle s'intéressa au bombardement en piqué, elle demanda une version dotée d'un moteur Wright Twin Cyclone R-2600-19 et d'un armement plus puissants, le futur A-35.

Cependant, lorsque la Grande-Bretagne reçut suffisamment de Vengeance pour les mettre en ligne, elle se rendit compte que le bombardement en piqué était une fausse bonne idée. Elle nécessitait une supériorité aérienne locale ou à défaut une solide escorte, sans quoi les bombardiers en piqué étaient vulnérables. De plus, l'aile à incidence 0° favorisait la visibilité pendant le piqué, mais la génait lors des phases d'atterrissage ou lors du vol en cabrant l'appareil.

Les Vengeances britanniques furent retirés des fronts européen et méditerranéen, et déployés en Birmanie afin de soutenir les troupes au sol en octobre 1942. C'est à ce moment-là qu'ils équipèrent deux escadrons de la force aérienne indienne, les n° 7 et 8. Les premières missions de guerre contre les Japonais eurent lieu le 19 mars 1943. Ils furent intensivement employés lors de la campagne de Birmanie en 1944, ainsi qu'aux batailles d'Imphal et de Kohima sur la frontière indo-birmane. La dernière mission de guerre en Birmanie eut lieu le 16 juillet 1944 pour les Vengeance.

Un certain nombre de Vengeance tenta de rallier l'Afrique de l'Ouest, mais quelques appareils tombèrent en panne lors du trajet. 11 appareils furent utilisés pour larguer des insecticides contre les moustiques propageant la malaria, entre septembre et décembre 1944.

La RAF et la Fleet Air Arm continuèrent à recevoir des Vengeance en grand nombre, bien qu'ils soient retirés des premières lignes. Ils furent modifiés en remorqueurs de cibles, l'armement étant enlevé.

La force aérienne australienne commanda 400 Vengance en urgence, lorsque le Japon entra en guerre. Le premier appareil fut livré le 30 mai 1942 au 12 squadron, mais l'Australie n'en reçut en nombre conséquent qu'à partir d'avril 1943. Ils servirent brièvement lors de la campagne de Nouvelle-Guinée. Mais leur manque d'autonomie, la longue distance nécessaire pour décoller, firent qu'ils effectuèrent leur dernière mission de guerre le 8 mars 1944 avant d'être remplacés par des B-24 Liberator. 58 Vengeance restaient à livrer à cette date, mais la commande fut annulée. Les Vengeance australiens restèrent en service jusqu'en 1946 dans des missions de servitude, y compris essais en vol. 342 Vengeance I, II et IV furent utilisés par la RAAF.

Les forces aériennes françaises libres reçurent 29 A-35A et 37 A-35B à partir du 12 août 1943, qui équipèrent les Groupes de Bombardement GB 1/32 Bourgogne, GB 1/17 Picardie et GB 2/15 Anjou en Afrique du Nord. Un 30e A-35A fut détruit avant la livraison. A contrario des Britanniques et des Australiens qui avaient procédés à des modifications nécessaires, les Français utilisèrent l'appareil tel quel, impatients de le recevoir. Son manque de fiabilité et sa consommation d'huile particulièrement exagérée (60 litres par heure de vol) firent qu'il fut retiré du service dès septembre 1944.

Le Brésil utilisa 33 V-72 et A-35 entre 1943 et avril 1948. Ils effectuèrent quelques missions de patrouille anti sous-marine. L'USAAF n'utilisa jamais le Vengeance au combat. Il fut utilisé pour des missions de remorquage de cibles jusqu'en 1945.

1931 exemplaires furent construits. Il fut simplement nommé Vengeance au début, puis l'arrivée de la loi prêt-bail nécessita une désignation USAAF, l'A-31. Ceux-ci furent peu nombreux (100 exemplaires) et furent rapidement supplantés par l'A-35. Un seul exemplaire complet a survécu, un Vengeance IV australien qui ne fut pas incorporé en escadron. Il est exposé au Camden Air Museum.


Versions :

Vengeance I : Version construite pour la Grande-Bretagne par Northrop, moteur R-2600-A5B de 1600 hp. 200 exemplaires, livrés entre janvier et le 22 août 1942. 4 mitrailleuses de 7,7 mm dans les ailes et 2 en place arrière. 2 bombes de 500 livres en soute et 2 bombes de 250 livres sous les ailes.

Vengeance IA : Variante du Vengance I avec un moteur R-2600-19 de 1600 hp. 200 exemplaires, dont 99 pour l'Australie. Fut désigné A-31-NO avec la loi prêt-bail.

Vengeance II : Version construite par Vultee avant l'arrivée de la loi prêt-bail, 500 exemplaires. Peu de différence avec le Vengeance I. Le premier exemplaire de série vola en décembre 1941. 243 exemplaires furent réquisitionnés par l'USAAF et 122 furent livrés à l'Australie.

A-31C Vengeance III : Version construite par Vultee, similaire au Vengeance IA. 100 exemplaires.

XA-31A : Prototype modifié, accepté par l'USAAF en juin 1942. Model 88 pour Vultee.

XA-31B : XA-31A remotorisé avec un Pratt & Whitney XR-4360-1 Wasp Major de 3000 hp, pour essais en vol de ce moteur.

XA-31C : 1 Vengeance III remotorisé pour tester le Wright R-3350-18 Duplex Cyclone de 2200 hp en vol.

YA-31C : 5 Vengeance III remotorisés pour tester le R-3350-17 en vol.

A-35A : Version redessinée, à la fois pour l'USAAF et comme fourniture dans le cadre de la loi prêt-bail. 99 exemplaires.

L'A-35A était motorisé par un R-2600-13 ou 8 de 1700 hp. Il était armé de 4 mitrailleuses M2 Browning de 12,7 mm tirant vers l'avant et d'une cinquième en place arrière. L'aile surtout, avait une incidence de 4° au lieu de 0 sur les versions précédentes. La visibilité fut améliorée, mais au détriment de la précision du bombardement.

A-35B Vengeance IV : Version armée de 6 mitrailleuses tirant vers l'avant et de points d'emport pour bombes supplémentaires (total 2000 livres). Réservoirs auto-obturants et dérive redessinée. 831 exemplaires, dont 562 livrés à la RAF et 121 à la RAAF.

TBV-1 Georgia : Désignation du Vengeance au sein de l'US Navy.




http://fr.wikipedia.org/wiki/Vultee_A-31

http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/vultee-a-31-a-35-vengeance/

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-les-vultee-a-35-vengeance-francais-120096728.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Vultee_A-31_Vengeance

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=521

http://www.bharat-rakshak.com/IAF/History/1940s/Vengeance-Tales.html

http://www.aviastar.org/air/usa/vultee_vengeance.php

http://www.historyofwar.org/articles/weapons_vultee_vengeance.html

http://www.historyofwar.org/articles/weapons_vultee_vengeance_RAF.html

http://www.historyofwar.org/articles/weapons_vultee_A-31_vengeance.html

http://www.historyofwar.org/articles/weapons_vultee_A-35_vengeance.html

https://www.airforce.gov.au/raafmuseum/research/aircraft/series2/A27.htm
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 28/10/2014 09:48 Clansman
La fiche sur le site
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 28/10/2014 09:56 Jericho
Merci pour cette fiche, Clansman.

Je sais que c'était la guerre, mais plus de 1900 appareils construits pour une si petite carrière, je trouve ça assez impressionnant quand-même. :shock:
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 28/10/2014 12:19 Clansman
Sûr qu'il était pas brillant, ça fait vraiment "on achète ça car il y a rien d'autre".

Sinon pour le remorquage de cibles, il était bon. Et c'était important. :mrgreen:
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 28/10/2014 13:14 Jericho

Clansman a écrit

Sinon pour le remorquage de cibles, il était bon. Et c'était important. :mrgreen:
C'est clair que pour s’entraîner à dégommer les Stuka, il fallait un remorqueur de cible en piqué… :bonnet:
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 29/10/2014 20:15 Nico2
Merci pour cette fiche Clans, un appareil historique qui le méritait bien ! :)
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 29/10/2014 20:17 Clansman
Tu veux dire par là que c'était un F-35 avant l'heure ? :mrgreen:
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 29/10/2014 21:23 glwpatton
pas sur que le F35 atteigne 1900 exemplaires au final ! :p
Re: Vultee A-31/A-35 Vengeance à 29/10/2014 21:26 Jericho

glwpatton a écrit

pas sur que le F35 atteigne 1900 exemplaires au final ! :p
Peut-être pas, en effet, mais quel consécration pour ce bijou de la technologie s'il est finalement utilisé comme remorqueur de cible! :lol:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires