Rappels

Histoire de l'appareil

Le Telemos était un projet de drone franco-britannique des années 2000.

Ce projet de drone date d'une tentative de rapprochement entre Britanniques et Français sur un certain nombre de points concernant la défense, notamment la conception et la construction en propre de drones de combats, et de combattre l'hégémonie américaine en ce domaine.

Le Telemos est dérivé du BAe Mantis, dont il reprend la configuration générale. Ailes droites, bimoteur, dérive en T, train tricycle rétractable, points d'emport sous les ailes permettant l'emport par exemple de bombes guidées (des AASM étaient par exemple envisagées). Sa masse maximale aurait été de 8 tonnes, avec une envergure de 24 mètres et une endurance de 24 heures.

BAe en restait le maître d’œuvre, mais Dassault coopérait étroitement, et exclusivement, avec la firme britannique : un sommet réunit Britanniques et Français à Londres en novembre 2010 et une lettre d'intention fut signée en mars 2011. Le nom de Telemos a été choisi en référence à l'Odyssée d'Homère, l'appareil portant le nom du devin qui prévint le cyclope Polyphème qu'il allait se faire crever l’œil par Ulysse.

Une maquette fut dévoilée au salon du Bourget de juin 2011. Des réacteurs ou des turbopropulseurs furent envisagés pour la motorisation, et la solution des turbopropulseurs était retenue sur cette maquette. Aucune spécification ne fut émise officiellement par les forces armées britanniques ou françaises.

Le Mantis, stocké dans de bonnes conditions, aurait peut-être servit de prototype au Telemos. Une des difficultés soulevées était la possibilité de rendre un appareil aussi grand compatible avec les règles de vols civils au Royaume-Uni. La livraison des premiers appareils était attendu à l'horizon 2015-2020.

Le Telemos était un des prétendants au programme "Scavenger", visant à doter la RAF d'un drone de combat de type MALE. Les concurrents étaient le Talarion d'EADS et l'Avenger (ou Predator-C) américain. Il devait également participer à des offres d'appel en Europe ou en Corée du Sud.

Des contrats étaient espérés pour le salon de Farnborough en 2012, BAe et Dassault tablant sur un financement de 500 millions d'€uros par chaque pays. Mais en juillet 2012, le programme fut abandonné, le nouveau gouvernement français préférant jouer la carte de la coopération européenne dans la conception de drones, dont le programme Talarion ou encore le FCAS (Future Combat Air System) attendu pour les années 2030-2040. Sans compter l'achat urgent de MQ-9 Reaper ou l'intérêt affiché pour le WK450 Watchkeeper.

Le Telemos était clairement une initiative privée, sans réel soutien gouvernemental de chaque côté de la Manche. On lui reprochait essentiellement de faire doublon avec le Talarion.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

BAE Systems/Dassault Telemos voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 8 000 kg (17 637 lbs)
  • Envergure : 24 m (79 ft)

Performances

  • Endurance maximale : 24 h

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
BAe/Dassault Telemos à 04/01/2015 08:58 Clansman
Le Telemos était un projet de drone franco-britannique des années 2000.

Ce projet de drone date d'une tentative de rapprochement entre Britanniques et Français sur un certain nombre de points concernant la défense, notamment la conception et la construction en propre de drones de combats, et de combattre l'hégémonie américaine en ce domaine.

Le Telemos est dérivé du BAe Mantis, dont il reprend la configuration générale. Ailes droites, bimoteur, dérive en T, train tricycle rétractable, points d'emport sous les ailes permettant l'emport par exemple de bombes guidées. Sa masse maximale aurait été de 8 tonnes, avec une envergure de 24 mètres et une endurance de 24 heures.

BAe en restait le maître d’œuvre, mais Dassault coopérait étroitement, et exclusivement, avec la firme britannique : un sommet réunit Britanniques et Français à Londres en novembre 2010 et une lettre d'intention fut signée en mars 2011. Le nom de Telemos a été choisi en référence à l'Odyssée d'Homère, l'appareil portant le nom du devin qui prévint le cyclope Polyphème qu'il allait se faire crever l’œil par Ulysse.

Une maquette fut dévoilée au salon du Bourget de juin 2011. Des réacteurs ou des turbopropulseurs furent envisagés pour la motorisation, et la solution des turbopropulseurs était retenue sur cette maquette. Aucune spécification ne fut émise officiellement par les forces armées britanniques ou françaises.

Le Mantis, stocké dans de bonnes conditions, aurait peut-être servit de prototype au Telemos. Une des difficultés soulevées était la possibilité de rendre un appareil aussi grand compatible avec les règles de vols civils au Royaume-Uni. La livraison des premiers appareils était attendu à l'horizon 2015-2020.

Le Telemos était un des prétendants au programme "Scavenger", visant à doter la RAF d'un drone de combat de type MALE. Les concurrents étaient le Talarion d'EADS et l'Avenger (ou Predator-C) américain. Il devait également participer à des offres d'appel en Europe ou en Corée du Sud.

Des contrats étaient espérés pour le salon de Farnborough en 2012, BAe et Dassault tablant sur un financement de 500 millions d'€uros par chaque pays. Mais en juillet 2012, le programme fut abandonné, le nouveau gouvernement français préférant jouer la carte de la coopération européenne dans la conception de drones, dont le programme Talarion ou encore le FCAS (Future Combat Air System) attendu pour les années 2030-2040. Sans compter l'achat urgent de MQ-9 Reaper ou l'intérêt affiché pour le WK450 Watchkeeper.

Le Telemos était clairement une initiative privée, sans réel soutien gouvernemental de chaque côté de la Manche. On lui reprochait essentiellement de faire doublon avec le Talarion.




http://supersonique.blogs.challenges.fr/archive/2011/06/08/telemos-talarion-le-retour-du-syndrome-eurofighter.html

http://www.opex360.com/2011/06/08/le-drone-male-de-dassault-aviation-et-de-bae-systems-sappellera-telemos/


http://en.wikipedia.org/wiki/BAE_Systems/Dassault_Telemos

http://www.baesystems.com/product/BAES_019764/telemos;baeSessionId=8Hc-8bpPozCgXaF4JzQfRCxIZL9WypVZvL7s4QaF5DTuiSEqm2Hk!-1533942798?_afrLoop=516954851638000&_afrWindowMode=0&_afrWindowId=null#!%40%40%3F_afrWindowId%3Dnull%26_afrLoop%3D516954851638000%26_afrWindowMode%3D0%26_adf.ctrl-state%3Dfrgaisoj9_4

http://www.thinkdefence.co.uk/2013/06/telemostalarionhammerhead-and-the-mystery-of-the-european-male/#MantisTelemos

http://dronewars.net/2012/07/26/wither-telemos-2/

http://www.uasvision.com/2012/07/05/bae-and-dassault-to-sign-telemos-male-uas-contract-at-farnborough/

http://www.defense-aerospace.com/article-view/feature/126333/telemos-revives-france%E2%80%99s-uav-wars.html

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraftsearch=BAE%20Systems-Dassault%20Telemos%20%28mock-up%29&distinct_entry=true
Re: BAe/Dassault Telemos à 04/01/2015 09:26 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Jan. 4, 2015, 9:15 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires