Rappels

Histoire de l'appareil

Dès après la seconde guerre mondiale, l'US Navy se vit confier, en même temps que l'USAF, la responsabilité de porter le feu nucléaire. Cette décision du Congrès faisait suite à un débat houleux et une rivalité entre les 2 armées.

L'US Navy commanda donc, le 24 juin 1946, à North American un vecteur de la bombe atomique. Il devait être un bombardier moyen, embarquable sur les porte-avions de la classe Exeter. Cependant, les bombes nucléaires à l'époque étaient très encombrantes et pesaient plus de 4500 kg. Il fallut de plus convaincre le Congrès de la nécessité d'un tel appareil, mais le début de la guerre froide s'en chargea. North American proposa donc le NA-146, nommé AJ Savage par l'US Navy.

Le XAJ-1 Savage effectua son vol inaugural le 3 juillet 1948. 2 autres prototypes furent construits, mais connurent des accidents.

L'appareil se présentait sous forme d'un bimoteur, dont l'empennage était à dièdre positif. A ses 2 moteurs R-2800 s'ajoutait un réacteur J33, et la possibilité d'ajouter des fusées JATO. Ces moteurs différents utilisaient le même carburant, et donnaient une vitesse de 740 km/h. Bien que l'appareil sembla massif, ses lignes aérodynamiques étaient pures et il n'était pas tellement plus lent que certains appareils à réaction de l'époque. Ce réacteur était surtout utilisé pour le décollage, des manoeuvres d'évasion, ou au-dessus de la cible. Il disposait d'une cabine et d'une soute pressurisées, mais par d'armement défensif. Après 1952, il pouvait emporter une bombe Mark 5 équipée d'une tête de 60 kilotonnes.

Le AJ-1 (futur A-2A) fut la première version construite en série, à 55 exemplaires. Le premier vola en mai 1949, et fut livré au squadron VC-5 le 13 septembre 1949. Les premiers appontages eurent lieu le 31 août 1950 sur le Coral Sea. Ils prirent l'alerte nucléaire et restèrent cantonnés à ce rôle, même lors de la guerre de Corée. Une fois remplacés par les AJ-2, la plupart furent convertis en ravitailleurs et servirent lors de la tentative de record de vitesse "Project Bullet" de John Glenn sur F8U.

Les AJ-2P (futur RA-2B) étaient une variante de reconnaissance photographique. La cabine mieux pressurisée lui permettait de voler plus haut, et la soute à bombe était occupée par 18 appareils photographiques K-33, K-34, et K-37. Un appareil photo K-38 fut également placé dans le nez. Ces appareils effectuèrent des missions de reconnaissance en Asie, et plusieurs appareils furent perdus, abattus par des MiG. 30 exemplaires furent construits, dont le premier effectua son vol inaugural le 6 mars 1952.

L'AJ-2 (futur A-2B) fut la nouvelle variante de bombardement, dérivée de l'AJ-2P qui avait démontré un bon potentiel. Sa dérive avait été agrandie, son empennage n'avait plus de dièdre, sa capacité en carburant accrue, ses moteurs étaient plus puissants et sa soute aménagée de façon à recevoir une torpille nucléaire qui ne fut jamais installée. Le prototype vola le 19 février 1953. 55 AJ-2 furent construits et entrèrent en service en novembre 1953, remplaçant les AJ-1.

Ses cibles auraient été les installations navales de la Mer Noire, de la Péninsule de Kola, de la mer Baltique et Vladivostok. Il aurait éventuellement pu atteindre Moscou, mais sans espoir de retour.
En 1956, ils furent remplacés par l'A3D dans le rôle de frappe nucléaire. En 1960, ils furent basés à terre, et en 1962, rebaptisés A-2. En juin 1964, les derniers appareils, des RA-2B, furent retirés du service.

Bien qu'il reste un appareil peu connu, ce fut le premier bombardier nucléaire embarqué. Sur 143 exemplaires construits, un seul a survécu et est exposé au National Museum of Naval Aviation de Pensacola.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • North American XAJ-1 : Prototypes, 3 exemplaires.
  • North American A-2A AJ-1 : Version initiale de série, 55 exemplaires.
  • North American A-2B AJ-2 : 2e version de série, 55 exemplaires.
  • North American RA-2B AJ-2P : Version de reconnaissance, qui a donné naissance au A-2B. 30 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

North American A-2A AJ-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 23 161 kg (51 061 lbs)
  • Masse à vide : 12 500 kg (27 558 lbs)
  • Surface alaire : 78 m² (840 sq. ft)
  • Hauteur : 6,2 m (20,341 ft)
  • Envergure : 21,8 m (71,522 ft)
  • Longueur : 19,2 m (62,992 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 2 786 km (1 731 mi, 1 504 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 436 m (40 800 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 14,7 m/s (48,228 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 758 km/h (471 mph, 409 kts)
  • Charge alaire, à vide : 160,256 kg/m² (32,823 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 296,936 kg/m² (60,817 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Allison J33-A-1
  • Puissance unitaire : 2 087 kgp (20 kN, 4 600 lbf)
  • 2 moteurs à cylindres en étoile Pratt & Whitney R-2800-44W
  • Puissance unitaire : 1 790 kW (2 433 ch, 2 400 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
A-2 (AJ) Savage à 11/02/2011 14:17 Clansman
Dès après la seconde guerre mondiale, l'US Navy se vit confier, en même temps que l'USAF, la responsabilité de porter le feu nucléaire. Cette décision du Congrès faisait suite à un débat houleux et une rivalité entre les 2 armées.

L'US Navy commanda donc, le 24 juin 1946, à North American un vecteur de la bombe atomique. Il devait être un bombardier moyen, embarquable sur les porte-avions de la classe Exeter. Cependant, les bombes nucléaires à l'époque étaient très encombrantes et pesaient plus de 4500 kg. Il fallut de plus convaincre le Congrès de la nécessité d'un tel appareil, mais le début de la guerre froide s'en chargea. North American proposa donc le NA-146, nommé AJ Savage par l'US Navy.

Le XAJ-1 Savage effectua son vol inaugural le 3 juillet 1948. 2 autres prototypes furent construits, mais connurent des accidents.

L'appareil se présentait sous forme d'un bimoteur, dont l'empennage était à dièdre positif. A ses 2 moteurs R-2800 s'ajoutait un réacteur J33, et la possibilité d'ajouter des fusées JATO. Ces moteurs différents utilisaient le même carburant, et donnaient une vitesse de 740 km/h. Bien que l'appareil sembla massif, ses lignes aérodynamiques étaient pures et il n'était pas tellement plus lent que certains appareils à réaction de l'époque. Ce réacteur était surtout utilisé pour le décollage, des manoeuvres d'évasion, ou au-dessus de la cible. Il disposait d'une cabine et d'une soute pressurisées, mais par d'armement défensif. Après 1952, il pouvait emporter une bombe Mark 5 de 60 megatonnes.

Le AJ-1 (futur A-2A) fut la première version construite en série, à 55 exemplaires. Le premier vola en mai 1949, et fut livré au squadron VC-5 le 13 septembre 1949. Les premiers appontages eurent lieu le 31 août 1950 sur le Coral Sea. Ils prirent l'alerte nucléaire et restèrent cantonnés à ce rôle, même lors de la guerre de Corée. Une fois remplacés par les AJ-2, la plupart furent convertis en ravitailleurs et servirent lors de la tentative de record de vitesse "Project Bullet" de John Glenn sur F8U.

Les AJ-2P (futur RA-2B) étaient une variante de reconnaissance photographique. La cabine mieux pressurisée lui permettait de voler plus haut, et la soute à bombe était occupée par 18 appareils photographiques K-33, K-34, et K-37. Un appareil photo K-38 fut également placé dans le nez. Ces appareils effectuèrent des missions de reconnaissance en Asie, et plusieurs appareils furent perdus, abattus par des MiG. 30 exemplaires furent construits, dont le premier effectua son vol inaugural le 6 mars 1952.

L'AJ-2 (futur A-2B) fut la nouvelle variante de bombardement, dérivée de l'AJ-2P qui avait démontré un bon potentiel. Sa dérive avait été agrandie, son empennage n'avait plus de dièdre, sa capacité en carburant accrue, ses moteurs étaient plus puissants et sa soute aménagée de façon à recevoir une torpille nucléaire qui ne fut jamais installée. Le prototype vola le 19 février 1953. 55 AJ-2 furent construits et entrèrent en service en novembre 1953, remplaçant les AJ-1.

Ses cibles auraient été les installations navales de la Mer Noire, de la Péninsule de Kola, de la mer Baltique et Vladivostok. Il aurait éventuellement pu atteindre Moscou, mais sans espoir de retour.
En 1956, ils furent remplacés par l'A3D dans le rôle de frappe nucléaire. En 1960, ils furent basés à terre, et en 1962, rebaptisés A-2. En juin 1964, les derniers appareils, des RA-2B, furent retirés du service.

Bien qu'il reste un appareil peu connu, ce fut le premier bombardier nucléaire embarqué. Sur 143 exemplaires construits, un seul a survécu et est exposé au National Museum of Naval Aviation de Pensacola.



http://www.avionslegendaires.net/north-american-aj-1-aj-2-savage.php

http://en.wikipedia.org/wiki/North_American_AJ_Savage

http://www.aviastar.org/air/usa/na_savage.php

http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/aj.htm

http://collections.naval.aviation.museum/emuwebdoncoms/pages/doncoms/Display.php?irn=16010697&QueryPage=/Query.php

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=518

http://www.boeing.com/history/bna/ajsavage.htm
Re: A-2 (AJ) Savage à 11/02/2011 17:00 Cinétic
J' ai une correction à apporter sur la bombe nucléaire mark 5. ;)
Il y a plusieurs versions
Puissance: 6, 16, 55, 60, 100, et 120 kilotonnes
Masse: de 1372.1 kg à 1440.2 kg

sources:
http://www.strategic-air-command.com/weapons/nuclear_bomb_chart.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Mark_5_nuclear_bomb
Re: A-2 (AJ) Savage à 11/02/2011 17:12 Clansman
Euh oui, 60 kilotonnes donc. Merci pour la correction et le lien bien sympa vers les armes nucléaires US !

Hop, sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires