Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Entraînement
  • Constructeur : drapeau Aerotec
  • 155 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

Aerotech proposa son modèle A-122 à la force aérienne brésilienne, afin de remplacer les Fokker S-11 et S-12. Baptisé Uirapuru, l'appareil se présentait comme un avion d'entraînement de base biplace côte-à-côte. Il avait des ailes basses et un train tricycle fixe.

Le prototype effectua son vol inaugural le 2 juin 1965, équipé d'un moteur Avco-Lycoming O-235-C1 de 108 ch.

La première version de série fut dénommée A-122A et était propulsée par un Lycoming O-320A de 150 ch. La force aérienne brésilienne en commanda 30 exemplaires, désignés T-23A, en octobre 1967. Les livraisons débutèrent en 1969. Il fallut rajouter une quille ventrale, afin d'améliorer l'efficacité des commandes lors des sorties de vrille. Plusieurs accidents mortels avaient mis en lumière ce défaut, qui fut corrigé grâce aux indications d'un survivant. 2 lots supplémentaires, de 30 et de 16 appareils, furent commandés.

Au total, le Brésil utilisa donc 76 T-23 de 1970 à 1984 (immatriculés 0940 à 0999 et 1730 à 1745), qui furent remplacés par le Neiva T-25 Universal. La Bolivie reçut 19 A-122A (commandés en 1974, ils furent affectés au Collège d’aviation militaire d’El Trompillo. Ils sont toujours en service au sein de l'Escuadrón 210 du Grupo Aéreo de Entrenamiento 21) et le Paraguay 14 (8 commandés en 1975, plus 6 appareils ex-brésiliens reçus gratuitement en 1986. Ils remplacèrent le Fokker S-11 et furent remplacés à partir de 1992 par le T-35 chilien. Ils étaient encore en service à l’académie de l’air de Nhu-Guazu en 2007, mais il n'en restait plus qu'un en conditions opérationnelles en 2009).

En 1980, la force aérienne brésilienne demanda à Aerotec un dérivé de l'A-122. Nommé A-132A Uirapuru II, puis Tangara, l'appareil avait un moteur plus puissant, un fuselage plus long et redessiné, une envergure accrue. Son prototype prit l'air le 27 mars 1981. Le Brésil, qui envisageait d'en commander 100 sous la dénomination T-23B, laissa tomber l'idée et se tourna vers les appareils en tandem. En revanche, il intéressa la Bolivie, qui en commanda 6 en 1986. Ils furent utilisés jusqu'en 1992 par l’École de pilotage de Santa Cruz.

Une version civile, l'A-132B, fut envisagée avec un moteur moins puissant. Elle n'eut pas de suite. Quand au prototype, il fut utilisé pour des essais en vol entre 1990 et 2004 par l'Institut Technique de la force aérienne brésilienne, avant d'être cédé à l’Aéro-club de São José dos Campos. Il fut alors rééquipé avec un moteur Lycoming IO-360-C de 200 hp, prélevé sur un Socata ST-10 Diplomate.

L'A-122B, destiné au marché civil, bénéficiait d'une canopée redessinée. 30 exemplaires furent vendus. L'A-122C, lui, fut désigné T-23C.

La production prit fin en 1977, avec 155 exemplaires construits (prototypes inclus).

Versions référencées

  • Aerotec A-122A : Version export basée sur le T-23A.
  • Aerotec A-122B : Version civile.
  • Aerotec A-122C : Version améliorée afin de prévenir les problèmes de vrille.
  • Aerotec A-132A Tangara : Version plus puissante.
  • Aerotec A-132B : Version civile de l'A-132A, non construite.
  • Aerotec T-23A : Désignation au sein de la force aérienne brésilienne.
  • Aerotec T-23C : Désignation militaire de l'A-122C.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Aerotec T-23A voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 840 kg (1 852 lbs)
  • Masse à vide : 540 kg (1 190 lbs)
  • Surface alaire : 13,5 m² (145,313 sq. ft)
  • Hauteur : 2,7 m (8,858 ft)
  • Envergure : 8,5 m (27,887 ft)
  • Longueur : 6,6 m (21,654 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 185 km/h (115 mph, 100 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 306 km/h (190 mph, 165 kts)
  • Vitesse de décrochage : 89 km/h (55 mph, 48 kts)
  • Distance franchissable : 800 km (497 mi, 432 nm)
  • Plafond opérationnel : 5 182 m (17 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 4 m/s (13 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 225 km/h (140 mph, 122 kts)
  • Charge alaire, à vide : 40 kg/m² (8 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 62,222 kg/m² (12,744 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Lycoming O-320-B2B
  • Puissance unitaire : 119 kW (162 ch, 160 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Aerotech T-23 Uirapuru à 09/06/2011 11:31 Clansman
Aerotech proposa son modèle A-122 à la force aérienne brésilienne, afin de remplacer les Fokker S-11 et S-12. Baptisé Uirapuru, l'appareil se présentait comme un avion d'entraînement de base biplace côte-à-côte. Il avait des ailes basses et un train tricycle fixe.

Le prototype effectua son vol inaugural le 2 juin 1965, équipé d'un moteur Avco-Lycoming O-235-C1 de 108 ch.

La première version de série fut dénommée A-122A et était propulsée par un Lycoming O-320A de 150 ch. La force aérienne brésilienne en commanda 30 exemplaires, désignés T-23A, en octobre 1967. Les livraisons débutèrent en 1969. Il fallut rajouter une quille ventrale, afin d'améliorer l'efficacité des commandes lors des sorties de vrille. Plusieurs accidents mortels avaient mis en lumière ce défaut, qui fut corrigé grâce aux indications d'un survivant. 2 lots supplémentaires, de 30 et de 16 appareils, furent commandés.

Au total, le Brésil utilisa donc 76 T-23 de 1970 à 1984 (immatriculés 0940 à 0999 et 1730 à 1745), qui furent remplacés par le Neiva T-25 Universal. La Bolivie reçut 19 A-122A (commandés en 1974, ils furent affectés au Collège d’aviation militaire d’El Trompillo. Ils sont toujours en service au sein de l'Escuadrón 210 du Grupo Aéreo de Entrenamiento 21) et le Paraguay 14 (8 commandés en 1975, plus 6 appareils ex-brésiliens reçus gratuitement en 1986. Ils remplacèrent le Fokker S-11 et furent remplacés à partir de 1992 par le T-35 chilien. Ils étaient encore en service à l’académie de l’air de Nhu-Guazu en 2007, mais il n'en restait plus qu'un en conditions opérationnelles en 2009).

En 1980, la force aérienne brésilienne demanda à Aerotec un dérivé de l'A-122. Nommé A-132A Uirapuru II, puis Tangara, l'appareil avait un moteur plus puissant, un fuselage plus long et redessiné, une envergure accrue. Son prototype prit l'air le 27 mars 1981. Le Brésil, qui envisageait d'en commander 100 sous la dénomination T-23B, laissa tomber l'idée et se tourna vers les appareils en tandem. En revanche, il intéressa la Bolivie, qui en commanda 6 en 1986. Ils furent utilisés jusqu'en 1992 par l’École de pilotage de Santa Cruz.

Une version civile, l'A-132B, fut envisagée avec un moteur moins puissant. Elle n'eut pas de suite. Quand au prototype, il fut utilisé pour des essais en vol entre 1990 et 2004 par l'Institut Technique de la force aérienne brésilienne, avant d'être cédé à l’Aéro-club de São José dos Campos. Il fut alors rééquipé avec un moteur Lycoming IO-360-C de 200 hp, prélevé sur un Socata ST-10 Diplomate.

L'A-122B, destiné au marché civil, bénéficiait d'une canopée redessinée. 30 exemplaires furent vendus. L'A-122C, lui, fut désigné T-23C.

La production prit fin en 1977, avec 155 exemplaires construits (prototypes inclus).


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/Aerotec_Uirapuru

http://en.wikipedia.org/wiki/Aerotec_Uirapuru

http://en.wikipedia.org/wiki/Aerotec_Uirapuru_II

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraft_genericsearch=Aerotec%20A-122%20Uirapuru&distinct_entry=true

http://jetphotos.net/showphotos.php?aircraft=Aerotec%20A-122%20Uirapuru
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 09/06/2011 21:03 Trident
Clans, tu as terminé déjà toutes les fiches des avions à réactions pour te lancer dans celles des ULM ?
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 09/06/2011 21:54 Jericho
Meuh non, voyons! C'est les planeurs qu'il vient de terminer.
Mais maintenant qu'il n'a plus de tisane des Landes, il lui faut un petit moteur pour l'aider à planer encore un peu… :mrgreen:


Bon, OK, ne vous énervez pas: je retourne à mes fiches de losers… [/size:1gvodvup] :bonnet:

Edit: N'empêche, qu'il descend pas souvent de ses appareils, vu la quantité de fiches qu'il est capable de faire… :costaud:
Oui, bon, y'en a d'autres aussi qui ont de sacrés débits, moi qui suis du genre "plume laborieuse", j'dis bravo!
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 10/06/2011 10:08 Clansman
Je sens dans vos interventions un mépris latent pour les avions à pistons. Avant de piloter un chasseur, faut pourtant bien apprendre les bases. Mais bon, je vous pardonne, moi aussi j'ai eu des préjugés contre les tagazous. :mrgreen:
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 10/06/2011 12:49 Jericho

Clansman a écrit

… Avant de piloter un chasseur, faut pourtant bien apprendre les bases… :mrgreen:

Merci, mais après les fiches des Pilatus P2, P3, PC7, PC-9 et PC-21 … je crois que je l'ai aussi compris… :bonnet:


Pis c'est pas pour rien si j'ai commencé avec ces appareils: j'apprends… [/size:2gknfqjx]
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 10/06/2011 14:17 Clansman
vu la quantité de fiches qu'il est capable de faire…

En tout cas, merci ! Mais c'est vrai que la pratique aidant, ça va vite maintenant.

Clans, tu as terminé déjà toutes les fiches des avions à réactions pour te lancer dans celles des ULM ?

En même temps, c'est vrai : tous les avions de combat sont faits.
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 10/06/2011 16:43 Trident
En même temps, c'est vrai : tous les avions de combat sont faits.

d'où mon impressionnisme …. :bonnet:
Re: Aerotech T-23 Uirapuru à 10/06/2011 17:51 Clansman
Il reste les prototypes. :bonnet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires