Rappels

Histoire de l'appareil

Les IAI Bird Eye sont des drones légers de reconnaissance tactique munis de moteurs électriques.

Les Bird Eye sont développés par la division Malat du groupe israélien IAI (Israel Aerospace Industries Ltd). Ces drones de reconnaissance tactique appareils sont propulsés par un moteur électrique actionnant une hélice bipale. Ce moyen de propulsion peu bruyant permet une grande discrétion, même à basse altitude. Différentes versions sont construites, la plupart d’entre elles sont équipées d’ailes en flèches recourbées vers le bas à leurs extrémités et sont démunies d’empennages. 

Le matériel de reconnaissance est constitué d’une caméra optique ou IR située dans une sphère sous le fuselage.

Ces appareils sont en général lancés à la main ou avec un élastique et peuvent être gérés par une seule personne. Les images recueillies sont retransmises en temps réel au poste de contrôle. L’atterrissage se fait en général en basculant l’appareil sur le dos, limitant les risques d’abimer le matériel électro-optique. Sur la plupart des versions, cette opération s’effectue automatiquement à l’ouverture du parachute de récupération qui est en position ventrale, retournant ainsi le drone.

Ces appareils facilement mis en service, permettent à de petites unités d’effectuer des missions de reconnaissance aérienne sans être dépendantes des unités spécialisées, améliorant ainsi leur autonomie et leur mobilité.

En 2014, ils sont en service au sein des forces israéliennes et russes.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • IAI Bird Eye 100 : Version de base. Moteur électrique.
  • IAI Bird Eye 400 : Version à l'envergure plus grande. Moteur électrique.
  • IAI Bird Eye 500 : Configuration légèrement différente des précédents modèles. Moteur électrique.
  • IAI Bird Eye 600 : Dérivé agrandi du Bird Eye 400. Moteur électrique.
  • IAI Bird Eye 650 : Version modernisée du Bird Eye 400. Moteur électrique.
  • IAI Bird Eye 650D : Bird Eye 650 avec un moteur thermique.
  • Oboronprom Zastava : Bird Eye 400 construit sous licence en Russie.

Pays exploitant actuellement cet appareil

IAI Bird Eye 650 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 11 kg (24 lbs)
  • Masse à vide : 9,8 kg (21,605 lbs)
  • Envergure : 3 m (10 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 120 km/h (75 mph, 65 kts)
  • Vitesse de croisière : 74 km/h (46 mph, 40 kts)
  • Endurance maximale : 6 h
  • Rayon d'action : 20 km (12 mi, 11 nm)
  • Distance franchissable : 260 km (162 mi, 140 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 267 m (13 999 ft)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
IAI Bird Eye à 17/12/2014 09:30 Jericho
Les IAI Bird Eye sont des drones légers de reconnaissance tactique munis de moteurs électriques.

Les Bird Eye sont développés par la division Malat du groupe israélien IAI (Israel Aerospace Industries Ltd). Ces drones de reconnaissance tactique appareils sont propulsés par un moteur électrique actionnant une hélice bipale. Ce moyen de propulsion peu bruyant permet une grande discrétion, même à basse altitude. Différentes versions sont construites, la plupart d’entre elles sont équipées d’ailes en flèches recourbées vers le bas à leurs extrémités et sont démunies d’empennages.
Le matériel de reconnaissance est constitué d’une caméra optique ou IR située dans une sphère sous le fuselage.
Ces appareils sont en général lancés à la main ou avec un élastique et peuvent être gérés par une seule personne. Les images recueillies sont retransmises en temps réel au poste de contrôle. L’atterrissage se fait en général en basculant l’appareil sur le dos, limitant les risques d’abimer le matériel électro-optique. Sur la plupart des versions, cette opération s’effectue automatiquement à l’ouverture du parachute de récupération qui est en position ventrale, retournant ainsi le drone.

Ces appareils facilement mis en service, permettent à de petites unités d’effectuer des missions de reconnaissance aérienne sans être dépendantes des unités spécialisées, améliorant ainsi leur autonomie et leur mobilité.

En 2014, ils sont en service au sein des forces israéliennes et russes.


Versions :
Bird Eye 100: Version de base, capable d’être engagée en quelques minutes, et dont les premiers vols ont été effectués en 2003. Le Bird Eye 100 peut être utilisé par un seul soldat, y compris pour le décollage effectué à l’aide d’une catapulte à élastique ou simplement lancés à la main. Avec une heure d’autonomie, il est capable de couvrir une zone de 5km de côté représentant 25km2. Sa propulsion électrique le rend très discret.

Bird Eye 400: Version de dimensions un peu plus importantes, il peut également être utilisé par une seule personne. Pesant 5,6kg, il est de préférence lancé à l’aide d’un élastique. Son fuselage est profilé, ses ailes en flèches sont recourbées vers le bas à leurs extrémités, et il est démuni d’empennage. Quatre poignées sur le dos de l’appareil permettent, entre autre, de le tenir fermement pour le lancement. L’atterrissage se fait sur le dos, afin de ne pas endommager l’équipement électro-optique situé sous le fuselage. Propulsé par un moteur électrique, son autonomie est d’environ 2h et son rayon d’action de 10km. Chaque système comprend trois drones, un système de lancement et de guidage. Le drone est équipé d’un système de pilotage automatique qui le guide durant le décollage et l’atterrissage. Durant le vol de reconnaissance, il est en général piloté manuellement, mais il dispose également d’un système de pilotage automatique, programmable avant le décollage, qui le dirige de façon autonome. Le Bird Eye 400 est équipé d’une tourelle munie d’une sphère contenant des caméras optique et IR qui retransmettent les images en temps réel. Le vol s’effectue en général à environ 300 mètres au dessus du sol.
Le prototype effectue son premier vol en 2003 et le système Bird Eye 400 est opérationnel en 2005.
Il est en service dans plusieurs pays, dont la Russie.

Bird Eye 500 : D’abord désigné "Spy II", cet appareil vole pour la première fois en 2003. Bon marché, facile à mettre en œuvre, cet appareil ne possède pas la même configuration que les autres Bird Eye. Son fuselage est étroit, prolongé par une poutre de queue munie, à son extrémité, d’une dérive et d’un empennage classiques. Les ailes, droites, sont en position haute. Une petite nacelle-moteur est installée à l’arrière du fuselage, l’hélice bipale propulsive tournant au dessus de la poutre de queue. La motorisation est assurée par un moteur électrique permettant une grande discrétion acoustique. Le Bird Eye 500 est équipé, selon les besoins, d’une caméra optique ou IR, retransmettant en temps réel les images filmées. Il fonctionne de manière autonome grâce à un système de contrôle en vol automatisé qui lui permet de traiter une surface de 10km de côté (100km2) en passant par des points de passage déterminés.
Il peut être lancé à la main ou à l’aide d’un élastique. Pratique pour effectuer des missions de reconnaissances pour de petites unités, il est utilisable par une équipe de deux hommes. Le drone et son système de contrôle en vol sont transportés dans deux conteneurs de la taille de valises. Facile à monter, le système est opérationnel en quelques minutes.
Le Bird Eye 500 peut être utilisé par des civils comme des militaires. Il effectue ses missions de reconnaissance en volant en général à une altitude de 300m/sol.

Bird Eye 600 : Version dérivée du Bird Eye 400, il a effectué son premier vol en 2008. Il possède un fuselage profilé, des ailes en flèches fixées au dessus du fuselage et il n’a pas de dérive. Il est propulsé par un moteur électrique, lui permettant une bonne discrétion acoustique. L’hélice bipale est située au niveau des ailes, au dessus du fuselage. Transporté démonté, il est opérationnel en 15 minutes. Plus grand que le Bird Eye 400, il peut emporter une caméra optique et une caméra thermique dans le nez. Le vol est programmé avant le décollage, une fois lancé le Bird Eye 600 effectue sa mission de manière autonome. Les informations sont envoyées en temps réel aux opérateurs du poste de conduite.

Bird Eye 650 : Version dérivée du Bird Eye 400, il a effectué son premier vol en 2010. Il possède un fuselage profilé dépourvu de dérive et ses ailes en flèche, en position médiane, sont recourbées vers le bas à leurs extrémités. Une tourelle sphérique sous le fuselage abrite le matériel de reconnaissance constitué de caméras optiques et thermiques. L’hélice bipale propulsive est située à l’arrière du fuselage. Lors du décollage, de l’atterrissage ou des phases de vol plané, l’hélice se replie vers l’arrière pour diminuer la résistance à l’air. Des poignées sur le dessus du fuselage permettent une bonne prise en main lors des manipulations. Le Bird Eye 650 prend l’air à l’aide d’un élastique ou d’une rampe munie d’une catapulte. Le moteur électrique est alimenté par des batteries ou des piles à combustibles, ces dernières lui permettent de faire passer son autonomie de trois à six heures. L’ensemble du système est composé du matériel de contrôle au sol, des sources d’alimentation électriques, du système de liaison de données et de l’équipement de maintenance et de réparation. Une équipe de deux hommes suffit à le transporter et le déployer sur le terrain. Le vol est programmé avant le décollage, une fois lancé le Bird Eye 650 effectue sa mission de manière autonome, en général à une altitude de 300 à 500m au dessus du sol. Les informations sont envoyées en temps réel aux opérateurs du poste de conduite grâce au système de liaison de données.

Bird Eye 650D : Version du Bird Eye 650 muni d’un moteur thermique lui permettant d’avoir suffisamment de puissance pour transporter jusqu’à 5,5 kg de charge utile constituée de caméras HD et IR. Pour cela, le moteur thermique, placé à l’avant, entraine une hélice bipale. Le fuselage est élargi et l’envergure augmentée. La masse maximale au décollage est de 30kg, son rayon d’action est de 50km et son autonomie peut atteindre 20 à 24 heures selon la charge utile emportée. Cette version pourrait également être très utile aux forces navales.


Utilisateurs militaires :
Israël : Différentes versions en service au sein de l’armée israélienne.

Russie : Bird Eye 400 en service depuis septembre 2010 dans l’armée.


Caractéristiques Bird Eye 100:
Longueur : 0,800m
Envergure : 0,850m
Masse maximale au décollage : 1,30kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur électrique.

Performances :
Endurance : 1h
Rayon d’action : 5km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Caractéristiques Bird Eye 400:
Longueur : 0,80m
Envergure : 2,2m
Masse maximale au décollage : 5,6kg
Charge utile : 1,2kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur électrique.

Performances :
Vitesse max : 83km/h
Endurance : 2h
Rayon d’action : 10km
Distance franchissable : 120km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Caractéristiques Bird Eye 500:
Longueur : 1,60m
Envergure : 2,00m
Masse à vide : 4,15kg
Masse maximale au décollage : 5,0kg
Charge utile : 0,85kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur électrique.

Performances :
Vitesse max : 111km/h
Endurance : 1h
Rayon d’action : 10km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Caractéristiques Bird Eye 600:
Envergure : 3,0m
Masse à vide : 7,0kg
Masse maximale au décollage : 8,5kg
Charge utile : 1,5kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur électrique.

Performances :
Plafond opérationnel : 4’267m
Endurance : 2h
Rayon d’action : 10km
Distance franchissable : 260km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Caractéristiques Bird Eye 650:
Envergure : 3,0m
Masse à vide : 9,8kg
Masse maximale au décollage : 11,0kg
Charge utile : 1,2kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur électrique.

Performances :
Vitesse max : 120km/h
Vitesse de croisière : 74km/h
Plafond opérationnel : 4’267m
Endurance : 6h
Rayon d’action : 20km
Distance franchissable : 260km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Caractéristiques Bird Eye 650D :
Masse maximale au décollage : 30kg
Charge utile : 5,5kg
Points d’attache : 0

Moteur :
Moteur thermique.

Performances :
Endurance : 24h
Rayon d’action : 50km

Armement :
Sans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Liens internet :
http://en.wikipedia.org/wiki/IAI_Bird-Eye
https://ru.wikipedia.org/wiki/Bird-Eye_400
http://he.wikipedia.org/wiki/Bird-Eye_400
http://defense-update.com/20140708_birdeye650d.html#.VHXsktLF92A
http://www.iai.co.il/2013/35099-34720-en/IAI.aspx
http://www.iai.co.il/2013/35099-39739-en/IAI.aspx
http://www.airforce-technology.com/projects/birdeye400/
http://www.flightglobal.com/news/articles/iai-birdeye-endurance-passes-20h-399765/
http://www.flightglobal.com/news/articles/iai-stretches-birdeye-400-endurance-400880/
http://www.flightglobal.com/news/articles/iai-unveils-bird-eye-650-uav-338193/
http://www.deagel.com/Tactical-Unmanned-Air-Vehicles/Bird-Eye-100_a000176002.aspx
http://www.deagel.com/Tactical-Unmanned-Air-Vehicles/Bird-Eye-400_a000176003.aspx
http://www.deagel.com/Tactical-Unmanned-Air-Vehicles/Bird-Eye-500_a000176001.aspx
http://www.deagel.com/Tactical-Unmanned-Air-Vehicles/Bird-Eye-600_a000176004.aspx
http://www.flightglobal.com/blogs/ariel-view/2014/07/high-demand-advanced-mini-uas/
Re: IAI Bird Eye à 17/12/2014 20:34 Clansman
J'ai un souci avec la dernière version : c'est 650 D ou E ?

La fiche sur le site en attendant

Y'a plus de vidéos que de photos, c'est dingue…
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 03:13 Jericho

Clansman a écrit

J'ai un souci avec la dernière version : c'est 650 D ou E ?
Non, non! C'est moi qui ai eu un soucis, pas toi! :mrgreen:

C'est 650D. Merci.


Clansman a écrit

La fiche sur le site en attendant

Y'a plus de vidéos que de photos, c'est dingue…
Merci Clansman!
Visiblement, les pubs passent mieux avec les films. :hehe:
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 08:20 Clansman
T'avais des insomnies ? :D
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 09:49 Jericho

Clansman a écrit

T'avais des insomnies ? :D
Ouaip! Tout à coup, au milieu d'un rêve, une voix m'a dit:
"Lève-toi et marche: tu as merdé sur la fiche d'un drone du Roi David!"
Alors je suis allé corriger… :bonnet:
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 10:07 Paxwax
Tu es sur que la voix ne te demandait pas justement d'etre critique sur les drones du roi David? Parce que Jericho, c' est en Palestine, pas en Israel. :mrgreen:
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 10:12 Trident
Merci pour la fiche Jericho.

Et chapeau Paxwax.
Re: IAI Bird Eye à 18/12/2014 10:32 Jericho

Paxwax a écrit

Tu es sur que la voix ne te demandait pas justement d'etre critique sur les drones du roi David? Parce que Jericho, c' est en Palestine, pas en Israel. :mrgreen:
C'est peut-être pas faux: après tout, le Roi David était aussi de Palestine… :D
Re: IAI Bird Eye à 20/12/2014 22:13 Nico2
Beau boulot, merci pour cette fiche Jericho.
Re: IAI Bird Eye à 22/12/2014 10:42 Jericho

Nico2 a écrit

Beau boulot, merci pour cette fiche Jericho.
Merci à toi. ;)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 décembre 2014 20:04, modifié le . ©AviationsMilitaires