Rappels

Histoire de l'appareil

En 1944, il était temps de remplacer le Dauntless et de trouver un bombardier destiné à couler les porte-avions japonais. L'appareil devait être monoplace, embarqué, avoir une grande autonomie et être torpilleur et/ou bombardier en piqué. La légende veut que l'équipe d'Ed Heinemann l'ait conçu en une nuit blanche à l'hôtel, mais bien entendu elle est fausse et l'appareil est l'aboutissement d'une lignée à la gestation difficile. Les prototypes furent commandés le 6 juillet 1944.

Le prototype, encore appelé XBT2D-1 Dauntless II, décolla le 18 mars 1945 entre les mains de Laverne Brown. 6 prototypes furent construits, soit 1 XBT2D-1, 3 XBT2D-1N, 1 XBT2D-1P et 1 XBT2D-1Q. Il prit le nom d'AD-1 Skyraider en février 1946, et fut livré au VA-19A en décembre la même année.

L'AD-1, construit à 252 exemplaires, fut la première version de série. Il est suivi de l'AD-1Q, une version biplace équipée de CME construite à 35 exemplaires.

L'AD-2 vola en 1948. Cette version incluait un cockpit plus ergonomique afin de répondre aux récriminations des pilotes, des ailes renforcées, un train d'atterrissage modifié afin de rétracter complétement les roues. De fait, son poids augmenta de 1225 kg, réduisant son autonomie malgré une capacité de carburant accrue de 60 litres. Il fut construit à 156 exemplaires. L'AD-2D servit à recueillir des échantillons après des tests nucléaires et l'AD-2Q (21 exemplaires) était un biplace équipé de CME. L'AD-2QU, construit à un exemplaire, devait servir au remorquage de cibles.

L'AD-3 apparaît en 1950. Il bénéficie d'un nouveau cockpit, d'une nouvelle hélice, d'un nouveau train d'atterrissage. Mais il s'alourdit encore de 450 kg. Il fut construit à 125 exemplaires. L'AD-3N en est une version d'attaque de nuit (15 exemplaires), l'AD-3Q une variante de guerre électronique (23 exemplaires), l'AD-3QU est destiné au remorquage de cibles, et l'AD-3W est un avion-radar construit à 31 exemplaires. 2 prototypes d'un AD-3S destiné à la lutte anti-sous-marine furent également construits.

L'AD-4 est pourvu d'un moteur plus fiable et moins gourmand, le Wright R3350-26WA. Il reçoit également un pare-brise blindé et une crosse d'appontage renforcée. Il fut construit à 372 exemplaires. L'AD-4B (165 exemplaires) était dédié à la frappe nucléaire, l'AD-4L (63 exemplaires modifiés) était équipé d'un système de dégivrage. L'AD-4N, destiné à l'attaque de nuit, emportait 3 hommes dont 2 opérateurs radars qui accédaient à l'avion par une porte vitrée de chaque côté du fuselage. Il fut construit à 307 exemplaires.

L'Armée de l'air française en utilisa 113 exemplaires à partir de 1960, remplaçant les P-47D au sein de 3 escadres de chasse, la 20e, 21e et 22e. Les appareils furent dépourvus de l'équipement radar et de la crosse d'appontage, et seront déployés en Algérie, à Djibouti et à Madagascar. Ils seront retirés du service en 1976. 8 d'entre eux furent reversés au Gabon vers 1972, et retirés du service vers 1984. D'autres exemplaires furent cédés au Tchad, et utilisés entre 1975 et 1981. Une quinzaine furent livrés au Cambodge en 1965.

100 AD-4N échangèrent leur équipements radars contre une plus grande charge offensive (3600 kg et 2 canons de 20 mm) lors de la guerre de Corée, ce qui donna naissance à l'AD-4NA. Cette version fut rebaptisée A-1D en 1962.

39 autres appareils furent équipés d'un système de dégivrage, donnant l'AD-4NL. L'AD-4Q (39 exemplaires) était équipé de CME et l'AD-4W était un avion-radar, construit à 168 exemplaires. La Royal Navy en utilisa 50 exemplaires, équipé d'un radar APS-20, sous l'appellation Skyraider AEW.1 au sein du 849 NAS. Ils entrèrent en service en 1951 et furent déployés à Suez en 1956. Ils furent remplacés en 1960 par les Gannet. 12 à 14 exemplaires furent reversés à la Suède, qui les utilisa de 1962 à 1974 comme remorqueurs de cibles. Une compagnie civile les mettait en œuvre pour le compte de la force aérienne suédoise.

La Navy demanda d'en dériver un appareil de lutte anti sous-marine, ce qui donna l'AD-5. Cet appareil vola le 17 août 1951. Le fuselage fut élargi et allongé, la dérive agrandie. L'équipage est de 4 personnes, 2 pilotes côte-à-côte et 2 opérateurs radars. Il fut construit à 212 exemplaires. Rebaptisé A-1E en 1962, il servit même, grâce à son compartiment arrière, d'appareil de transport de troupes (12 personnes), de blessés (4) voire de fret (907 kg) sous l'appellation UE-1E. Il eut également pour rôle la reconnaissance, photographique ou d'objectifs. Il fut une fois de plus décliné en versions d'attaque de nuit (AD-5N, puis A-1G, c'est un quadriplace construit à 239 exemplaires), de guerre électronique (AD-5Q, puis EA-1F, un quadriplace résultant de 54 appareils convertis) ou en avion-radar (AD-5W, puis EA-1E, un triplace construit à 218 exemplaires). Un exemplaire d'AD-5S, équipé d'un MAD, fut également construit.

L'AD-6, à capacité nucléaire, combinait les ailes et le train d'atterrissage renforcée de l'AD-4 avec le cockpit reaménagé et les charges supplémentaires de l'AD-5. L'AD-6 fut utilisé au Vietnam, équipé de CME et d'un cockpit mieux protégé. Il fut rebaptisé A-1H en 1962. 713 exemplaires furent construits.

L'AD-7 fut la dernière version produite (72 exemplaires). A capacité nucléaire, elle est équipée d'un train d'atterrissage et d'ailes renforcées, d'un moteur R3350-26WB plus puissant, lui permettant d'emporter 6350 kg de charges offensives. Il fut rebaptisé A-1J en 1962.

Arrivé trop tard pour participer à la 2e guerre mondiale, il fut engagé pour la première fois en Corée contre les trains ou les navires. 128 appareils furent perdus en contrepartie des missions accomplies, mais il descendit un Po-2 au cours de la guerre. En 1954, des Skyraiders descendirent 2 La-7 chinois.

Il connut son heure de gloire au Vietnam, où ses capacités de lutte anti-guérilla firent merveille. Il servit dans le même rôle en Algérie. En effet, sa basse vitesse, sa robustesse lui permettait d'attaquer les cibles avec précision, même si ça le rendait vulnérable à la DCA. Il servit également à escorter les hélicoptères en missions SAR. Les sud-Vietnamiens en utilisèrent une centaine, dont la plupart furent capturés. 201 appareils furent perdus, dont 3 par des appareils ennemis. En contrepartie, les Skyraiders descendirent 2 MiG-17. Les Skyraiders ex-français furent également utilisés en Afrique.

3180 exemplaires furent produits de 1945 au 18 février 1958. Dernier bombardier monomoteur à pistons à être construit, c'est aussi le plus puissant. Il s'est montré plus performant et plus agile qu'on ne l'espérait, mais son moteur avait tendance à être fragile. Il fut surnommé "Spad", en référence justement à un autre avion célèbre. Il en reste plusieurs survivants, dont certains encore en état de vol, y compris en France.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Douglas XBT2D-1 : Prototype.
  • Douglas XBT2D-1N : 3 prototypes d'une version triplace d'attaque de nuit.
  • Douglas XBT2D-1P : Un prototype d'une version de reconnaissance.
  • Douglas XBT2D-1Q : Prototype d'une version de guerre électronique, un exemplaire.
  • Douglas AD-1 : Version initiale de série, 252 exemplaires.
  • Douglas AD-1Q : Version biplace de guerre électronique, 35 exemplaires.
  • Douglas AD-1QU : Version destinée au remorquage de cibles.
  • Douglas XAD-2 XBT2D-2 : Prototype de la version AD-2, un exemplaire.
  • Douglas AD-2 : Version légèrement modifiée, 156 exemplaires.
  • Douglas AD-2Q : Version biplace de guerre électronique, 21 exemplaires.
  • Douglas AD-2QU : Version destinée au remorquage de cibles, 1 exemplaire.
  • Douglas AD-3 : Version légèrement modifiée, 125 exemplaires.
  • Douglas AD-3E : Version de lutte anti sous-marine, 2 AD-3W modifiés.
  • Douglas AD-3N : Version d'attaque de nuit, 15 exemplaires.
  • Douglas AD-3Q : Version de guerre électronique, 23 exemplaires.
  • Douglas AD-3QU : Version destinée au remorquage de cibles. Furent construits et livrés comme AD-3Q.
  • Douglas AD-3S : Version de lutte anti-sous marine, 2 AD-3N modifiés.
  • Douglas AD-3W : Avion-radar, 31 exemplaires.
  • Douglas A-1D AD-4NA : AD-4N dépourvu de radar, mais avec une capacité d'emport de charge plus élevée. 100 exemplaires.
  • Douglas AD-4 : Version remotorisée, 372 exemplaires.
  • Douglas AD-4B : Version emportant une bombe nucléaire, 165 exemplaires.
  • Douglas AD-4L : Version équipée d'un système de dégivrage, 63 exemplaires modifiés.
  • Douglas AD-4N : Version d'attaque de nuit, 307 exemplaires.
  • Douglas AD-4Q : Version biplace de guerre électronique, 39 exemplaires.
  • Douglas AD-4W : Version triplace de veille aérienne, 168 exemplaires.
  • Douglas A-1E AD-5 : Version dédiée à la lutte sous-marine. 212 exemplaires.
  • Douglas EA-1E AD-5W : Avion radar construit à 218 exemplaires.
  • Douglas UA-1E : Version utilitaire du AD-5.
  • Douglas EA-1F AD-5Q : Version de guerre électronique, 54 appareils modifiés.
  • Douglas A-1G AD-5N : Version d'attaque de nuit, 239 exemplaires.
  • Douglas A-1H AD-6 : Version combinant les avantages de l'AD-4 et de l'AD-5. 713 exemplaires.
  • Douglas A-1J AD-7 : Ultime version du Skyraider, 72 exemplaires.
  • Douglas Skyraider AEW.1 : Désignation des AD-4W britanniques. 50 exemplaires.

Douglas A-1H AD-6 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 11 340 kg (25 000 lbs)
  • Masse à vide : 5 429 kg (11 969 lbs)
  • Surface alaire : 37,19 m² (400,31 sq. ft)
  • Hauteur : 4,78 m (15,682 ft)
  • Envergure : 15,25 m (50,033 ft)
  • Longueur : 11,84 m (38,845 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 319 km/h (198 mph, 172 kts)
  • Distance franchissable : 2 118 km (1 316 mi, 1 144 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 687 m (28 500 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 14,5 m/s (47,572 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 518 km/h (322 mph, 280 kts)
  • Charge alaire, à vide : 145,98 kg/m² (29,899 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 304,921 kg/m² (62,453 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Wright R-3350-26WA
  • Puissance unitaire : 2 013 kW (2 737 ch, 2 700 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
A-1 (AD) Skyraider. à 04/02/2011 15:06 Clansman
On va parler de Spad, ici. :mrgreen:


En 1944, il était temps de remplacer le Dauntless et de trouver un bombardier destiné à couler les porte-avions japonais. L'appareil devait être monoplace, embarqué, avoir une grande autonomie et être torpilleur et/ou bombardier en piqué. La légende veut que l'équipe d'Ed Heinemann l'ait conçu en une nuit blanche à l'hôtel, mais bien entendu elle est fausse et l'appareil est l'aboutissement d'une lignée à la gestation difficile. Les prototypes furent commandés le 6 juillet 1944.

Le prototype, encore appelé XBT2D-1 Dauntless II, décolla le 18 mars 1945 entre les mains de Laverne Brown. 6 prototypes furent construits, soit 1 XBT2D-1, 3 XBT2D-1N, 1 XBT2D-1P et 1 XBT2D-1Q. Il prit le nom d'AD-1 Skyraider en février 1946, et fut livré au VA-19A en décembre la même année.

L'AD-1, construit à 252 exemplaires, fut la première version de série. Il est suivi de l'AD-1Q, une version biplace équipée de CME construite à 35 exemplaires.

L'AD-2 vola en 1948. Cette version incluait un cockpit plus ergonomique afin de répondre aux récriminations des pilotes, des ailes renforcées, un train d'atterrissage modifié afin de rétracter complétement les roues. De fait, son poids augmenta de 1225 kg, réduisant son autonomie malgré une capacité de carburant accrue de 60 litres. Il fut construit à 156 exemplaires. L'AD-2D servit à recueillir des échantillons après des tests nucléaires et l'AD-2Q (21 exemplaires) était un biplace équipé de CME. L'AD-2QU, construit à un exemplaire, devait servir au remorquage de cibles.

L'AD-3 apparaît en 1950. Il bénéficie d'un nouveau cockpit, d'une nouvelle hélice, d'un nouveau train d'atterrissage. Mais il s'alourdit encore de 450 kg. Il fut construit à 125 exemplaires. L'AD-3N en est une version d'attaque de nuit (15 exemplaires), l'AD-3Q une variante de guerre électronique (23 exemplaires), l'AD-3QU est destiné au remorquage de cibles, et l'AD-3W est un avion-radar construit à 31 exemplaires. 2 prototypes d'un AD-3S destiné à la lutte anti-sous-marine furent également construits.

L'AD-4 est pourvu d'un moteur plus fiable et moins gourmand, le Wright R3350-26WA. Il reçoit également un pare-brise blindé et une crosse d'appontage renforcée. Il fut construit à 372 exemplaires. L'AD-4B (165 exemplaires) était dédié à la frappe nucléaire, l'AD-4L (63 exemplaires modifiés) était équipé d'un système de dégivrage. L'AD-4N, destiné à l'attaque de nuit, emportait 3 hommes dont 2 opérateurs radars qui accédaient à l'avion par une porte vitrée de chaque côté du fuselage. Il fut construit à 307 exemplaires.

L'Armée de l'air française en utilisa 113 exemplaires à partir de 1960, remplaçant les P-47D au sein de 3 escadres de chasse, la 20e, 21e et 22e. Les appareils furent dépourvus de l'équipement radar et de la crosse d'appontage, et seront déployés en Algérie, à Djibouti et à Madagascar. Ils seront retirés du service en 1976. 8 d'entre eux furent reversés au Gabon vers 1972, et retirés du service vers 1984. D'autres exemplaires furent cédés au Tchad, et utilisés entre 1975 et 1981. Une quinzaine furent livrés au Cambodge en 1965.

100 AD-4N échangèrent leur équipements radars contre une plus grande charge offensive (3600 kg et 2 canons de 20 mm) lors de la guerre de Corée, ce qui donna naissance à l'AD-4NA. Cette version fut rebaptisée A-1D en 1962.

39 autres appareils furent équipés d'un système de dégivrage, donnant l'AD-4NL. L'AD-4Q (39 exemplaires) était équipé de CME et l'AD-4W était un avion-radar, construit à 168 exemplaires. La Royal Navy en utilisa 50 exemplaires, équipé d'un radar APS-20, sous l'appellation Skyraider AEW.1 au sein du 849 NAS. Ils entrèrent en service en 1951 et furent déployés à Suez en 1956. Ils furent remplacés en 1960 par les Gannet. 12 exemplaires furent reversés à la Suède, qui les utilisa de 1962 à 1974 comme remorqueurs de cibles.

La Navy demanda d'en dériver un appareil de lutte anti sous-marine, ce qui donna l'AD-5. Cet appareil vola le 17 août 1951. Le fuselage fut élargi et allongé, la dérive agrandie. L'équipage est de 4 personnes, 2 pilotes côte-à-côte et 2 opérateurs radars. Il fut construit à 212 exemplaires. Rebaptisé A-1E en 1962, il servit même, grâce à son compartiment arrière, d'appareil de transport de troupes (12 personnes), de blessés (4) voire de fret (907 kg) sous l'appellation UE-1E. Il eut également pour rôle la reconnaissance, photographique ou d'objectifs. Il fut une fois de plus décliné en versions d'attaque de nuit (AD-5N, puis A-1G, c'est un quadriplace construit à 239 exemplaires), de guerre électronique (AD-5Q, puis EA-1F, un quadriplace résultant de 54 appareils convertis) ou en avion-radar (AD-5W, puis EA-1E, un triplace construit à 218 exemplaires). Un exemplaire d'AD-5S, équipé d'un MAD, fut également construit.

L'AD-6, à capacité nucléaire, combinait les ailes et le train d'atterrissage renforcée de l'AD-4 avec le cockpit reaménagé et les charges supplémentaires de l'AD-5. L'AD-6 fut utilisé au Vietnam, équipé de CME et d'un cockpit mieux protégé. Il fut rebaptisé A-1H en 1962. 713 exemplaires furent construits.

L'AD-7 fut la dernière version produite (72 exemplaires). A capacité nucléaire, elle est équipée d'un train d'atterrissage et d'ailes renforcées, d'un moteur R3350-26WB plus puissant, lui permettant d'emporter 6350 kg de charges offensives. Il fut rebaptisé A-1J en 1962.

Arrivé trop tard pour participer à la 2e guerre mondiale, il fut engagé pour la première fois en Corée contre les trains ou les navires. 128 appareils furent perdus en contrepartie des missions accomplies, mais il descendit un Po-2 au cours de la guerre. En 1954, des Skyraiders descendirent 2 La-7 chinois.

Il connut son heure de gloire au Vietnam, où ses capacités de lutte anti-guérilla firent merveille. Il servit dans le même rôle en Algérie. En effet, sa basse vitesse, sa robustesse lui permettait d'attaquer les cibles avec précision, même si ça le rendait vulnérable à la DCA. Il servit également à escorter les hélicoptères en missions SAR. Les sud-Vietnamiens en utilisèrent une centaine, dont la plupart furent capturés. 201 appareils furent perdus, dont 3 par des appareils ennemis. En contrepartie, les Skyraiders descendirent 2 MiG-17. Les Skyraiders ex-français furent également utilisés en Afrique.

3180 exemplaires furent produits de 1945 au 18 février 1958. Dernier bombardier monomoteur à pistons à être construit, c'est aussi le plus puissant. Il s'est montré plus performant et plus agile qu'on ne l'espérait, mais son moteur avait tendance à être fragile. Il fut surnommé "Spad", en référence justement à un autre avion célèbre. Il en reste plusieurs survivants, dont certains encore en état de vol, y compris en France.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Douglas_AD_Skyraider

http://www.avionslegendaires.net/douglas-a-1-skyraider.php

http://www.ajbs.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=89%3Adouglas-ad4n-qskyraiderq&catid=3%3Ales-warbirds&Itemid=10&lang=fr

http://www.ampaa.fr/les-avions-de-lampaa/ad4n-skyraider/

http://stef76.chez.com/aviation/usa/a1.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Douglas_A-1_Skyraider

http://www.vectorsite.net/ava1spad.html

http://www.warbirdalley.com/a1.htm

http://www.skyraider.org/
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 07/02/2011 12:00 Clansman
Le Skyraider sur le site
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 07/02/2011 20:12 d9pouces
Au passage, c'est un avion qu'il faut absolument voir en meeting, son bruit est vraiment inimitable ! La plupart des autres avions font vraiment pâle figure à côté.
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 07/02/2011 21:13 sefianiy
Voici un reportages photo sur la réfection de la paroi pare-feu et la dépose-repose du moteur d'un Skyraider. Long, impressionnant et fabuleux: http://pics-aeronef.discutfree.com/t4776-entretien-du-skyraider-tres-lourd :-)
AD-4N Skyraider. à 15/04/2012 10:46 stanak
US Navy
Image

US Marines
Image
March field à 03/04/2013 20:56 stanak
EA-1E
Image
Pima (AZ, USA) à 23/05/2013 07:53 stanak
EA-1F
US Navy
Image
ce modèle de contre-mesures électroniques est resté en service jusque fin 79
Houston TX 2014 à 23/11/2014 09:17 stanak
A-1D
USAF
Image
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 23/11/2014 12:35 Nico2
Joli !
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 24/11/2014 07:54 Tandure
Tu as rempli tes cartes au cours de ton périple pour notre plus grande joie!
Joli ce Sky
(et les autres appareils aussi!)[/size:3musxap7]
Merci Stanak
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 24/11/2014 12:34 stanak
merci c'est sympa

3600 photos en 10jours, j'ai fait mieux comme séjour
mais le Show de Houston est assez exceptionnel dans le genre

pas fait au statique, beaucoup de monde autour des avions sans protection
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 24/11/2014 12:49 Jericho
C'est vrai que nous nous fait partager de magnifiques images! ;)


stanak a écrit

3600 photos en 10jours, …
Ah qu'il est loin le bon vieux temps de l'argentique… :p
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 08/02/2018 23:04 Cinétic
Énorme blague de l'US Navy pour fêter les 6 millions de livres (2,7 millions de kg) de bombes sur le Vietnam en Octobre 1965. :mrgreen:
A-1H Skyraider tout en puissance!
http://www.midwaysailor.com/midwayva25bomb/

Image

Image
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 09/02/2018 08:12 d9pouces
Une nouvelle forme d'attaque bactériologique ? Chargées, ça peut faire des dégâts !
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 09/02/2018 13:29 Jericho
Il lui manque juste un élément pour qu'on puisse le désigner comme étant un "avion de chasse" ! :bonnet:
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 09/02/2018 17:33 ciders
Il me semble que des frappes avec des éviers avaient déjà eu lieu quelques années auparavant en Corée, pour montrer la précision des Skyraider.
Re: A-1 (AD) Skyraider. à 09/02/2018 20:41 d9pouces
guidés laser ? :bonnet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires