Rappels

Histoire de l'appareil

La désignation Yak-50 fut utilisée deux fois : une première fois pour un avion de chasse de 1949, et une deuxième fois pour un avion de voltige. Nous allons parler du deuxième aujourd'hui.

Celui-ci, dérivé du Yak-18, effectua son vol inaugural en 1975. C'est un monoplace à ailes basses, entièrement métallique, dont le train principal est rétractable tandis que la roulette de queue est fixe. Il est propulsé par un Vedeneyev M14, dont les versions P, PF et R fournissent une puissance entre 360 et 450 chevaux. Le rapport poids/puissance dont il bénéficie lui confère une excellente maniabilité, ce qui lui permit de devenir deux fois champion du monde aéronautique. Il fut d'ailleurs conçu pour participer aux championnats de 1976.

Mais la fatigue imposée à la cellule est telle que les appareils sont systématiquement ferraillés au bout de 50 heures de vol. Des ailes se rompirent en vol et il fallut les renforcer.

312 exemplaires furent construits de 1975 à 1986. Il servit en Union soviétique au sein de la DOSAAF, puis en Russie, avant d'être retiré du service. La Lituanie en aurait récupéré quelques exemplaires. Il reste 90 survivants, en état de vol, notamment entre les mains de collectionneurs. Il servit de base au biplace d'entraînement Yak-52, et fut remplacé par le Su-26 et le Yak-55.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Yakovlev Yak-50 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 910 kg (2 006 lbs)
  • Masse à vide : 750 kg (1 653 lbs)
  • Surface alaire : 15 m² (161 sq. ft)
  • Hauteur : 3,2 m (10,499 ft)
  • Envergure : 9,5 m (31,168 ft)
  • Longueur : 7,8 m (25,591 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 270 km/h (168 mph, 146 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 450 km/h (280 mph, 243 kts)
  • Vitesse de décrochage : 100 km/h (62 mph, 54 kts)
  • Vitesse de décollage : 130 km/h (81 mph, 70 kts)
  • Distance de décollage : 100 m (328 ft)
  • Vitesse d'atterrissage : 110 km/h (68 mph, 59 kts)
  • Distance d'atterrissage : 250 m (820 ft)
  • Facteur de charge maximal : 9 G
  • Facteur de charge minimal : 6 G
  • Distance franchissable : 500 km (311 mi, 270 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 000 m (13 123 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 11,3 m/s (37,073 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 400 km/h (249 mph, 216 kts)
  • Charge alaire, à vide : 50 kg/m² (10 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 60,667 kg/m² (12,426 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Vedeneyev M14R
  • Puissance unitaire : 336 kW (457 ch, 451 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 2

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Yakovlev Yak-50 à 13/07/2012 09:00 Clansman
La désignation Yak-50 fut utilisée deux fois : une première fois pour un avion de chasse de 1949, et une deuxième fois pour un avion de voltige. Nous allons parler du deuxième aujourd'hui.

Celui-ci, dérivé du Yak-18, effectua son vol inaugural en 1975. C'est un monoplace à ailes basses, entièrement métallique, dont le train principal est rétractable tandis que la roulette de queue est fixe. Il est propulsé par un Vedeneyev M14, dont les versions P, PF et R fournissent une puissance entre 360 et 450 chevaux. Le rapport poids/puissance dont il bénéficie lui confère une excellente maniabilité, ce qui lui permit de devenir deux fois champion du monde aéronautique. Il fut d'ailleurs conçu pour participer aux championnats de 1976.

Mais la fatigue imposée à la cellule est telle que les appareils sont systématiquement ferraillés au bout de 50 heures de vol. Des ailes se rompirent en vol et il fallut les renforcer.

312 exemplaires furent construits de 1975 à 1986. Il servit en Union soviétique au sein de la DOSAAF. Il reste 90 survivants, en état de vol, notamment entre les mains de collectionneurs. Il servit de base au biplace d'entraînement Yak-52, et fut remplacé par le Su-26 et le Yak-55.


La fiche sur le site


http://www.lesavions.net/index.php?option=com_content&task=view&id=23&Itemid=1

http://en.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_Yak-50_(1975)
Re: Yakovlev Yak-50 à 15/07/2012 22:42 d9pouces
Bon, j'allais demander comment il se plaçait par rapport au Su-26, mais je pensais le Su-26 plus vieux que ça (et donc qu'ils faisaient doublon).

Seulement 50 heures de vol ? Ça me semble quand même vraiment peu. Je sais que le Mosquito avait déjà une durée de vie de l'ordre de 80 heures de vol, mais vu l'ambiance de l'époque, ce n'était pas trop grave :bonnet:
Là, pour un avion de voltige, je trouve que c'est violent :shock:
Re: Yakovlev Yak-50 à 16/07/2012 08:50 Clansman
J'ai oublié de préciser que c'était valable pour les appareils du team soviétique. C'est effectivement violent. :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires