Rappels

Histoire de l'appareil

Le WK450 Watchkeeper est un drone de type ISTAR (Intelligence, surveillance, target acquisition, and reconnaissance) basé sur l'Elbit Hermes 450, utilisé par l'armée britannique en Afghanistan.

Au début des années 2000, l'armée britannique eut le besoin urgent d'un drone ISTAR, et commença par commander un système de Hermes 450 comme solution d'intérim. A la suite de quoi, BAE Systems, Lockheed Martin, Northrop Grumman et Thales UK furent invités à lui transmettre leurs propositions dans le cadre du programme Watchkeeper. En février 2002, Northrop Grumman et Thales UK furent présélectionnés.

La proposition de Thales UK utilise la cellule de l’Hermes 450B munie d’ailes hautes, équipée d’un moteur rotatif Wankel UAL R802 de 53 cv actionnant une hélice propulsive bipale. L’appareil est développé par U-TacS (UAV Tactical System Ltd), qui est constituée d’un consortium principalement constitué par Elbit System (51%) et Thales-UK.

Thales fut déclaré vainqueur en juillet 2004, et reçut en août 2005 un contrat d'une valeur de 800 millions de livres afin de fournir sa variante à l'armée britannique. Le ministère de la défense britannique dévoila le 15 juillet 2007 que le contrat concernait 54 exemplaires, ainsi que de nouvelles installations sur le terrain de Boscombe Down, des simulateurs à l'école d'artillerie, 13 stations de contrôle au sol, etc…

Le Watchkeeper devait à l'origine entrer en service en juin 2010, mais la participation israélienne posa des problèmes inattendus. En effet, il fallut obtenir l'autorisation des États-Unis pour exporter certains composants. Le vol inaugural du WK450 (en fait un Hermes 450B muni d’une partie de l’électronique d’un WK450) eut lieu à Megido en Israël en août 2008, et les tests en Israël prirent fin en juin 2009. Mais il ne vola en Angleterre dans sa configuration finale que le 14 avril 2010, au Parc Aberporth dans le pays de Galles. Le système "Watchkeeper" est entré en service au sein de la Royal Artillery en mars 2014, soit avec trois ans de retard sur ce qui était prévu à l’origine.

Le programme prit beaucoup de retard, et la capacité opérationnelle, repoussée d'abord à 2013, n'interviendra sans doute pas avant le printemps 2014. En janvier 2014, 26 drones ont été construits sur 54 et 14 stations de contrôle sur 15. Le solde des appareils devrait être livré durant les mois suivants. A ce moment, le Watchkeeper a accompli 600 vols et 950 heures de vol. Il a reçu un STDA (Statement of Type Design Assurance) en octobre 2013, et sa certification militaire le 5 mars 2014.

Le WK450 servira donc à l'observation, au réglage d'artillerie, au renseignement, à l'écoute électronique, à la reconnaissance, à la surveillance et à l'acquisition de cibles. Il remplacera alors l'Hermes 450. L'armée britannique, et plus précisément le British Army Royal Artillery, prévoit de conserver le Watchkeeper jusqu'en 2040, et éventuellement de l'équiper d'armes ou de systèmes d'atterrissage et de décollage autonomes. La station de guidage su sol est installée dans des containers installés sur des camions, permettant une excellente mobilité. Un système complet (3 drones et une station de contrôle) peut être transporté par un seul C-130. Un régiment est composé de 12 drones et de 3 stations.

Le 29 septembre 2014, le ministère de la défense britannique révélait le déploiement de plusieurs Watchkeeper en Afghanistan.

Le WK450 pèse 450 kg à pleine charge et est propulsé par un moteur Wankel. Son endurance est de 17 heures et sa charge utile de 150 kg : il peut emporter 2 réservoirs auxiliaires de 50 litres sous les ailes. Il peut opérer en tandem, le premier enregistre les renseignements sur le terrain et le second sert de relais de communication, permettant ainsi de doubler le rayon d’action. Il est également possible d’utiliser une liaison par satellite si nécessaire.

Le WK-450 est équipé de deux tourelles disposant d’équipements électro-optiques contenant des caméras TV et IR, des télémètres et désignateurs laser. Ses capteurs (notamment des appareils photographiques) sont utilisables de jour comme de nuit. Il dispose aussi d'un radar SAR/GMTI (synthetic aperture radar/ground moving target indicator) I-Master conçu par Thales, et d'un capteur électro-optique CoMPASS conçu par une filiale d'Elbit, El-op, de même qu’un système de repérage, identification et suivi automatique de cible et des équipements de surveillance électronique.

Le Watchkeeper est actuellement en concurrence avec le SAGEM Patroller, afin d'équiper l'ALAT qui recherche 30 drones tactiques pour remplacer ses Sperwer. D’autres pays seraient éventuellement intéressés, mais aucune autre commande n’a encore été effectuée.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

Thales WK450 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 450 kg (992 lbs)
  • Envergure : 10,5 m (34,449 ft)
  • Longueur : 6,1 m (20,013 ft)

Performances

  • Endurance maximale : 17 h

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 16/02/2014 07:07 Clansman
Le WK450 Watchkeeper est un drone de type ISTAR (Intelligence, surveillance, target acquisition, and reconnaissance) basé sur l'Elbit Hermes 450, utilisé par l'armée britannique en Afghanistan.

Au début des années 2000, l'armée britannique eut le besoin urgent d'un drone ISTAR, et commença par commander un système de Hermes 450 comme solution d'intérim. A la suite de quoi, BAE Systems, Lockheed Martin, Northrop Grumman et Thales UK furent invités à lui transmettre leurs propositions dans le cadre du programme Watchkeeper. En février 2002, Northrop Grumman et Thales UK furent présélectionnés.

Thales fut déclaré vainqueur en juillet 2004, et reçut en août 2005 un contrat d'une valeur de 800 millions de livres afin de fournir sa variante à l'armée britannique. Elbit et Thales se réunirent dans une joint-venture afin de fournir l'appareil. Le ministère de la défense britannique dévoila le 15 juillet 2007 que le contrat concernait 54 exemplaires, ainsi que de nouvelles installations sur le terrain de Boscombe Down, des simulateurs à l'école d'artillerie, des stations de contrôle au sol, etc…

Le Watchkeeper devait à l'origine entrer en service en juin 2010, mais la participation israélienne posa des problèmes inattendus. En effet, il fallut obtenir l'autorisation des Etats-Unis pour exporter certains composants. Le vol inaugural du WK450 eut lieu en Israël en août 2008, et les tests en Israël prirent fin en juin 2009. Mais il ne vola en Angleterre que le 14 avril 2010, au Parc Aberporth dans le pays de Galles. Il est entré en service en 2011.

Le programme prit beaucoup de retard, et la capacité opérationnelle, repoussée d'abord à 2013, n'interviendra sans doute pas avant le printemps 2014. En janvier 2014, 26 drones ont été construits sur 54 et 14 stations de contrôle sur 15. A l'heure actuelle, le Watchkeeper a accompli 600 vols et 950 heures de vol. Il semble toujours en attente d'une certification militaire, mais il a reçu un STDA (Statement of Type Design Assurance) en octobre 2013.

Le WK450 servira donc au réglage d'artillerie, au renseignement, à la reconnaissance, à la surveillance et à l'acquisition de cibles. Il remplacera alors l'Hermes 450. L'armée britannique, et plus précisément le British Army Royal Artillery, prévoit de conserver le Watchkeeper jusqu'en 2040, et éventuellement de l'équiper d'armes ou de systèmes d'atterrissage et de décollage autonomes. Un système complet (3 drones et une station de contrôle) peut être transporté par un seul C-130. Un régiment est composé de 12 drones et de 3 stations.

Le WK450 pèse 450 kg à pleine charge et est propulsé par un moteur Wankel. Son endurance est de 17 heures et sa charge utile de 150 kg : il peut emporter 2 réservoirs auxiliaires de 50 litres. Il peut opérer en tandem, le second WK450 servant de relais de communication. Ses capteurs (notamment des appareils photographiques) sont utilisables de jour comme de nuit. Il dispose aussi d'un radar SAR/GMTI (synthetic aperture radar/ground moving target indicator) I-Master conçu par Thales, un désignateur laser et un capteur électro-optique CoMPASS conçu par une filiale d'Elbit, El-op.

Le Watchkeeper est actuellement en concurrence avec le SAGEM Controller, afin d'équiper l'ALAT qui recherche 30 drones tactiques.


http://en.wikipedia.org/wiki/Thales_Watchkeeper_WK450

http://www.defensemedianetwork.com/videos/thales-watchkeeper-wk450-uav/

http://www.army-technology.com/projects/watchkeeper/

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=1122

http://defense-update.com/products/w/watchkeeper.htm

https://www.flightglobal.com/directory/detail.aspx?aircraftCategory=uav&manufacturerType=uav&navigationItemId=372&aircraftId=8105&manufacturer=3173&keyword=&searchMode=Manufacturer

http://www.ainonline.com/social-tags/watchkeeper-wk450
Re: Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 16/02/2014 07:36 Clansman
La fiche sur le site
Re: Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 17/02/2014 23:23 Nico2
Sympa cette fiche, bravo Clans.

Tu n'as pas chômé ces derniers temps.[/size:1akikbjg] :)
Re: Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 22/06/2014 09:21 Clansman
Bon ben, j'ai rajouté bcp d'éléments provenant du travail récent de Jéricho.

Voici le résultat final
Re: Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 22/06/2014 11:57 Ansierra117
La photo est très sympa :)
Re: Elbit/Thales WK450 Watchkeeper à 23/06/2014 21:17 Nico2
Excellent rendu visuel, une fois encore. :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires