Rappels

Histoire de l'appareil

Le milieu des années 1930 fut marqué par les effets de la crise économique débutée en 1929. Les industries d'armement souffrirent de la baisse des budgets militaires, ce qui put parfois retarder la modernisation des forces armées de certains pays. Mais la perspective de plus en plus proche d'un nouveau conflit en Europe et la nécessité de remplacer les matériels les plus anciens eut aussi un effet positif, notamment au Royaume-Uni.

A cette époque, il apparut évident que les avions biplans arrivaient au bout de leurs possibilités. Des recherches furent lancées pour développer des concepts monoplans, agiles et rapides. L'emport de canons sur les nouveaux chasseurs était une idée très séduisante, mais elle s'avéra problématique. Ces armes alourdissaient les avions et réduisaient leur autonomie, en réduisant la place accordée aux réservoirs de carburant. C'est à ce moment-là qu'apparut un nouveau concept : celui des chasseurs multimoteurs, qui devait rencontrer un succès équivalent, notamment en Allemagne et aux Etats-Unis.

En 1935, le ministère de l'Air britannique publia la note F.37/35, demandant aux constructeurs britanniques de concevoir un chasseur tout-temps, armé de quatre canons. Cinq entreprises répondirent à cet appel d'offres : Boulton Paul, Bristol, Hawker, Supermarine et Westland. Cette dernière fut la seule à proposer un appareil véritablement satisfaisant. Deux prototypes furent officiellement commandés au printemps 1937, sous la désignation Westland P.9. Le premier de ces prototypes effectua son premier vol le 11 octobre 1938. Ces importants délais s'expliquaient notamment par les graves difficultés rencontrées par le constructeur désigné pour les moteurs, Rolls-Royce.

Au début de l'année 1939, près de 400 exemplaires furent officiellement commandés par le gouvernement britannique. Il fallut encore plus d'un an pour que les premiers Whirlwind de série parviennent aux unités de la RAF. Cela devait contribuer de manière très négative à la carrière du Westland Whirlwind.

Le Whirlwind était un appareil monoplace bimoteur, de construction entièrement métallique. Le fuselage monocoque, couvert de feuilles de magnésium, avait la forme d'un long tube. Les ailes droites étaient montées en position basse, en avant du cockpit, chacune supportant l'un des moteurs. La dérive comportait un empennage unique, placé en position haute. Le train d'atterrissage se constituait de deux jambes principales, s'escamotant dans les nacelles des moteurs et d'une roulette de queue.

Le pilote prenait place dans un cockpit couvert d'une verrière arrondie, offrant un excellent champ de vision sur tous les côtés. L'aérodynamique avait été très soignée : les moteurs étaient intégrés à deux nacelles de forme allongée, en avant du cockpit. Ces moteurs, des Rolls-Royce Peregrine, entraînaient chacun une hélice métallique tripale. Ils assuraient des performances plus que convenables à l'appareil. Toutefois, ils manquaient cruellement de fiabilité et souffrirent de très nombreuses pannes durant le service actif du Whirlwind.

L'atout majeur du Westland Whirlwind était son armement, constitué de quatre canons de calibre 20 mm, tous installés dans le nez. Deux bombes de 225 kg pouvaient en outre être montées sous la voilure.

La carrière du Whirlwind fut malheureusement plus brève que ce qu'avaient escompté les ingénieurs de Westland. Les problèmes de moteur, la nécessité de disposer de pistes à revêtement en dur pour utiliser convenablement l'appareil, l'arrivée croissante de matériels plus modernes (notamment les nouvelles variantes de Supermarine Spitfire ou le Hakwer Typhoon) et les lenteurs de la production conduisirent le gouvernement britannique à stopper la production à la fin de l'année 1941. A cette date, seuls 112 appareils de série avaient été construits. Les derniers exemplaires encore en service furent officiellement rayés des contrôles en janvier 1944. Un unique exemplaire fut livré aux Etats-Unis, pour des essais.

Seuls deux squadrons de la RAF furent équipés de Whirlwind : les squadrons 263 (à l'automne 1941) puis 137 (à l'automne 1940). Ces unités furent engagées d'abord contre les chasseurs allemands : plusieurs Bf 109 furent ainsi descendus, souvent surpris par les quatre canons du Whirlwind. Par la suite, les bonnes performances du Whirlwind à basse altitude incitèrent les officiers de la RAF à les engager dans des missions d'attaque au sol. De nombreux raids furent menés sur le continent, notamment contre des infrastructures ferroviaires et les locomotives allemandes, contre lesquelles les obus de 20 mm se révélèrent très efficaces.

Les Whirlwind participèrent aussi aux attaques contre les navires allemands dans la Manche. Pierre Clostermann évoque par exemple la participation des appareils du squadron 137 contre le cargo allemand Münsterland, à Cherbourg, en octobre et novembre 1943.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Westland P.9 : Prototype du Whirlwind, 2 exemplaires.
  • Westland Whirlwind I : Unique version de série, 114 exemplaires.
  • Westland Whilwind II : 67 Whirlwind I modifiés pour l'attaque au sol.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Westland Whirlwind I voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 5 191 kg (11 445 lbs)
  • Masse à vide : 3 769 kg (8 310 lbs)
  • Surface alaire : 23 m² (250 sq. ft)
  • Hauteur : 3,35 m (11 ft)
  • Envergure : 14 m (45 ft)
  • Longueur : 9,845 m (32,3 ft)

Performances

  • Vitesse de décrochage : 153 km/h (95 mph, 83 kts)
  • Distance franchissable : 1 287 km (800 mi, 695 nm)
  • Plafond opérationnel : 9 235 m (30 300 ft)
  • Vitesse maximale HA : 579 km/h (360 mph, 313 kts)
  • Charge alaire, à vide : 162,292 kg/m² (33,24 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 223,517 kg/m² (45,78 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en V Rolls-Royce Peregrine I
  • Puissance unitaire : 660 kW (897 ch, 885 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Westland Whirlwind à 09/10/2011 18:24 ciders
Historique :

Le milieu des années 1930 fut marqué par les effets de la crise économique débutée en 1929. Les industries d'armement souffrirent de la baisse des budgets militaires, ce qui put parfois retarder la modernisation des forces armées de certains pays. Mais la perspective de plus en plus proche d'un nouveau conflit en Europe et la nécessité de remplacer les matériels les plus anciens eut aussi un effet positif, notamment au Royaume-Uni.

A cette époque, il apparut évident que les avions biplans arrivaient au bout de leurs possibilités. Des recherches furent lancées pour développer des concepts monoplans, agiles et rapides. L'emport de canons sur les nouveaux chasseurs était une idée très séduisante, mais elle s'avéra problématique. Ces armes alourdissaient les avions et réduisaient leur autonomie, en réduisant la place accordée aux réservoirs de carburant. C'est à ce moment-là qu'apparut un nouveau concept : celui des chasseurs multimoteurs, qui devait rencontrer un succès équivalent, notamment en Allemagne et aux Etats-Unis.

En 1935, le ministère de l'Air britannique publia la note F.37/35, demandant aux constructeurs britanniques de concevoir un chasseur tout-temps, armé de quatre canons. Cinq entreprises répondirent à cet appel d'offres : Boulton Paul, Bristol, Hawker, Supermarine et Westland. Cette dernière fut la seule à proposer un appareil véritablement satisfaisant. Deux prototypes furent officiellement commandés au printemps 1937, sous la désignation Westland P.9. Le premier de ces prototypes effectua son premier vol le 11 octobre 1938. Ces importants délais s'expliquaient notamment par les graves difficultés rencontrées par le constructeur désigné pour les moteurs, Rolls-Royce.

Au début de l'année 1939, près de 400 exemplaires furent officiellement commandés par le gouvernement britannique. Il fallut encore plus d'un an pour que les premiers Whirlwind de série parviennent aux unités de la RAF. Cela devait contribuer de manière très négative à la carrière du Westland Whirlwind.

Le Whirlwind était un appareil monoplace bimoteur, de construction entièrement métallique. Le fuselage monocoque, couvert de feuilles de magnésium, avait la forme d'un long tube. Les ailes droites étaient montées en position basse, en avant du cockpit, chacune supportant l'un des moteurs. La dérive comportait un empennage unique, placé en position haute. Le train d'atterrissage se constituait de deux jambes principales, s'escamotant dans les nacelles des moteurs et d'une roulette de queue.

Le pilote prenait place dans un cockpit couvert d'une verrière arrondie, offrant un excellent champ de vision sur tous les côtés. L'aérodynamique avait été très soignée : les moteurs étaient intégrés à deux nacelles de forme allongée, en avant du cockpit. Ces moteurs, des Rolls-Royce Peregrine, entraînaient chacun une hélice métallique tripale. Ils assuraient des performances plus que convenables à l'appareil. Toutefois, ils manquaient cruellement de fiabilité et souffrirent de très nombreuses pannes durant le service actif du Whirlwind.

L'atout majeur du Westland Whirlwind était son armement, constitué de quatre canons de calibre 20 mm, tous installés dans le nez. Deux bombes de 225 kg pouvaient en outre être montées sous la voilure.

La carrière du Whirlwind fut malheureusement plus brève que ce qu'avaient escompté les ingénieurs de Westland. Les problèmes de moteur, la nécessité de disposer de pistes à revêtement en dur pour utiliser convenablement l'appareil, l'arrivée croissante de matériels plus modernes (notamment les nouvelles variantes de Supermarine Spitfire ou le Hakwer Typhoon) et les lenteurs de la production conduisirent le gouvernement britannique à stopper la production à la fin de l'année 1941. A cette date, seuls 112 appareils de série avaient été construits. Les derniers exemplaires encore en service furent officiellement rayés des contrôles en janvier 1944. Un unique exemplaire fut livré aux Etats-Unis, pour des essais.

Seuls deux squadrons de la RAF furent équipés de Whirlwind : les squadrons 263 (à l'automne 1941) puis 137 (à l'automne 1940). Ces unités furent engagées d'abord contre les chasseurs allemands : plusieurs Bf 109 furent ainsi descendus, souvent surpris par les quatre canons du Whirlwind. Par la suite, les bonnes performances du Whirlwind à basse altitude incitèrent les officiers de la RAF à les engager dans des missions d'attaque au sol. De nombreux raids furent menés sur le continent, notamment contre des infrastructures ferroviaires et les locomotives allemandes, contre lesquelles les obus de 20 mm se révélèrent très efficaces.

Les Whirlwind participèrent aussi aux attaques contre les navires allemands dans la Manche. Pierre Clostermann évoque par exemple la participation des appareils du squadron 137 contre le cargo allemand Münsterland, à Cherbourg, en octobre et novembre 1943.

………………………………………………………………………………………

Caractéristiques :

Version :

Westland Whirlwind Mk.1

Type :

Chasseur-bombardier

Equipage :

1 pilote

Moteur :

2 Rolls-Royce Peregrine à refroidissement liquide, de 12 cylindres en V, d'une puissance unitaire de 860 ch

Poids :

Masse à vide : 3 770 kg
Masse maximale au décollage : 5 175 kg

Performances :

Vitesse maximale : 580 km/h
Vitesse à 4 570 m avec un chargement extérieur : 434 km/h
Vitesse ascensionnelle : 472 m/mn
Plafond opérationnel : 9 100 m
Autonomie : 1 300 km

Dimensions :

Envergure : 13,72 m
Hauteur : 3,53 m
Longueur : 9,85 m
Surface alaire : 23,22 mètres carrés

Armement :

4 canons Hispano HS.404 de calibre 20 mm (60 obus par tube)
Charge militaire extérieure : environ 450 kg (généralement 2 bombes de 225 kg)

………………………………………………………………………………………

Images :

:arrow: Site intéressant, présentant des profils en couleur et des photographies sur différents angles de vue
Re: Westland Whirlwind à 09/10/2011 23:25 PCmax
Bel avion qui devait faire du dégât !
Avec un peu plus de gras sur la taille et un enpenage "normal", il aurait eu des airs du Mosquito…
Re: Westland Whirlwind à 10/10/2011 09:04 ciders
Il a justement été "tué" en partie par le Mosquito, qui se contruisait facilement et qui fut adapté pour toutes les tâches possibles et imaginables.

Le gros problème, ça a surtout été ses moteurs. Les Peregrine étaient vraiment de mauvais moteurs. Et les contraintes de la guerre ont empêché leur remplacement.
Re: Westland Whirlwind à 24/08/2012 14:37 Clansman
La fiche sur le site

Dis donc, 4 canons de 20 mm, ça devait dépoter sévère.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires