Rappels

Histoire de l'appareil

Au début des années 1930, Yakovlev étudia un appareil d'entraînement biplace plus moderne que le biplan Po-2. Le nouvel appareil, désigné AIR-10, s'inspirait de l'AIR-9, était monoplan et biplace en tandem, les cockpits étant séparés et ouverts. Il était construit en bois et métal et disposait d'un moteur Shvetsov M-11E de 150 chevaux. Son train d'atterrissage était classique et fixe.

Le prototype vola le 11 juillet 1935. Il remporta le concours face à ses concurrents et il fut approuvé par les VVS. Afin de simplifier sa construction, seul le bois fut utilisé. Un moteur Renault Bengali de 120 chevaux fut testé, sans succès. Le moteur M-11G, de 110 chevaux, fut sélectionné pour la série. De plus, AIR représentant les initiales d'Alexey Ivanovich Rykov, exécuté en 1938, Yakovlev choisit prudemment de désigner l'appareil Ya-20.

La production en série commença en septembre 1937. L'appareil fut alors désigné UT-2 (uchebno-trenirovochnyi, avion d'entraînement basique et avancé). Il se montra difficile à piloter, avec une tendance à se mettre en vrille. Il fut remplacé par l'UT-2 (1940) doté d'un moteur M-11D de 125 chevaux.

Afin d'améliorer sa stabilité, Yakovlev redessina l'aile et agrandit la dérive. le bord d'attaque devenait en flèche et non plus droit. Cela donna l'UT-2M apparu en 1941. L'UT-2 et l'UT-2M furent les principales versions construites.

D'autres versions apparurent : l'UT-2N qui servit à tester des amortisseurs de train d'atterrissage, l'UT-2V d'entrainement au bombardement, l'UT-2MV d'attaque au sol légère (il emportait 200 kg de bombes et apparut en 1942), l'UT-2L à cockpit fermé qui, apparu en 1943, servirait de base au Yak-18, et le VT-2 à flotteurs. L'UT-2 pouvait également être équipé de skis.

Outre l'Union soviétique, il fut utilisé par la France au sein du Régiment Normandie-Niemen, la Hongrie (33 exemplaires), la Mongolie, la Pologne (47 exemplaires au sein de la force aérienne, au moins 1 dans la marine), la Roumanie et la Yougoslavie.

7243 exemplaires furent construits de 1937 à 1946. Utilisé après-guerre jusque dans les années 1950 (1956 pour la Yougoslavie), il reçut le nom de code OTAN "Mink". Malgré des modifications, il n'eut jamais une bonne tenue en vol et fut remplacé par le Yak-18 pour l'entraînement de base et le Yak-11 pour l'entraînement avancé. Il eut également une carrière dans les aéroclubs d'URSS.

Versions référencées

  • Yakovlev UT-2 : Première version de série.
  • Yakovlev UT-2 : Version de 1940, dotée d'un moteur M-11D.
  • Yakovlev UT-2L : Version à cockpit fermé. Base du futur Yak-18.
  • Yakovlev UT-2M : Version à l'aile redessinée.
  • Yakovlev UT-2MV : Version d'attaque et de bombardement léger.
  • Yakovlev UT-2N : Banc d'essais pour train d'atterrissage.
  • Yakovlev UT-2V : Version d'entraînement au bombardement.
  • Yakovlev VT-2 : Version à flotteurs.

Yakovlev UT-2 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 940 kg (2 072 lbs)
  • Masse à vide : 628 kg (1 385 lbs)
  • Surface alaire : 17,12 m² (184,278 sq. ft)
  • Hauteur : 2,99 m (9,81 ft)
  • Envergure : 10,2 m (33,465 ft)
  • Longueur : 7,15 m (23,458 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 99 km/h (62 mph, 53 kts)
  • Distance franchissable : 1 130 km (702 mi, 610 nm)
  • Plafond opérationnel : 5 000 m (16 404 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 3,3 m/s (10,827 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 210 km/h (130 mph, 113 kts)
  • Charge alaire, à vide : 36,682 kg/m² (7,513 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 54,907 kg/m² (11,246 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Shvetsov M-11D
  • Puissance unitaire : 92 kW (125 ch, 123 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Yakovlev UT-2 à 11/08/2012 06:38 Clansman
Au début des années 1930, Yakovlev étudia un appareil d'entraînement biplace plus moderne que le biplan Po-2. Le nouvel appareil, désigné AIR-10, s'inspirait de l'AIR-9, était monoplan et biplace en tandem, les cockpits étant séparés. Il était également construit en bois et métal et il disposait d'un moteur Shvetsov M-11E de 150 chevaux. Son train d'atterrissage était classique et fixe. Un moteur Renault Bengali de 120 chevaux fut testé, sans succès.

Le prototype vola le 11 juillet 1935. Il remporta le concours face à ses concurrents et il fut approuvé par les VVS. Afin de simplifier sa construction, seul le bois fut utilisé. Le moteur M-11G, de 110 chevaux, fut sélectionné pour la série. De plus, AIR représentant les initiales d'Alexey Ivanovich Rykov, exécuté en 1938, Yakovlev choisit de désigner l'appareil Ya-20.

La production en série commença en septembre 1937. L'appareil fut alors désigné UT-2 (uchebno-trenirovochnyi, avion d'entraînement basique et avancé). Il se montra difficile à piloter, avec une tendance à se mettre en vrille. Il fut remplacé par l'UT-2 (1940) doté d'un moteur M-11D de 125 chevaux.

Afin d'améliorer sa stabilité, Yakovlev redessina l'aile et agrandit la dérive. le bord d'attaque devenait en flèche et non plus droit. Cela donna l'UT-2M apparu en 1941. L'UT-2 et l'UT-2M furent les principales versions construites.

D'autres versions apparurent : l'UT-2N qui servit à tester des amortisseurs de train d'atterrissage, l'UT-2V d'entrainement au bombardement, l'UT-2MV d'attaque au sol légère (il emportait 200 kg de bombes et apparut en 1942), l'UT-2L à cockpit fermé qui, apparu en 1943, servirait de base au Yak-18, et le VT-2 à flotteurs. L'UT-2 pouvait également être équipé de skis.

Outre l'Union soviétique, il fut utilisé par la France au sein du Régiment Normandie-Niemen, la Hongrie (33 exemplaires), la Mongolie, la Pologne (47 exemplaires au sein de la force aérienne, au moins 1 dans la marine), la Roumanie et la Yougoslavie.

7243 exemplaires furent construits de 1937 à 1946. Utilisé après-guerre jusque dans les années 1950 (1956 pour la Yougoslavie), il reçut le nom de code OTAN "Mink". Malgré des modifications, il n'eut jamais une bonne tenue en vol et fut remplacé par le Yak-18 pour l'entraînement de base et le Yak-11 pour l'entraînement avancé. Il eut également une carrière dans les aéroclubs d'URSS.



La fiche sur le site



http://fr.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_UT-2

http://jn.passieux.free.fr/html/YakUt2.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Yakovlev_UT-2

http://www.aviastar.org/air/russia/yak_ut-2.php
Re: Yakovlev UT-2 à 11/08/2012 11:39 PCmax

Clansman a écrit

Au début des années 1930, Yakovlev étudia un appareil…
…Un moteur Renault Bengali de 120 chevaux fut testé, sans succès.
…Il se montra difficile à piloter, avec une tendance à se mettre en vrille.
… Malgré des modifications, il n'eut jamais une bonne tenue en vol

Aaah… rien ne vaut de bosser bien tranquille dans une bonne vieille prison Russe. :roll:
Re: Yakovlev UT-2 à 11/08/2012 14:56 Cinétic

Clansman a écrit

De plus, AIR représentant les initiales d'Alexey Ivanovich Rykov, exécuté en 1938

Normal, il n'a pas été condamné pour sabotage mais pour "esprit défaitiste".
Donc exit le bureau d'étude au goulag et direct le peloton d'exécution.
Non mais! Oser dire que la vodka finlandaise est meilleure que la russe… :tsss:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires