Rappels

Histoire de l'appareil

En 1947, Walter Beech proposa un appareil d'entraînement basique, dérivé de son Bonanza. Le nouvel appareil, le Beech 45, se voulait particulièrement économique, d'entretien facile, mais avec d'excellentes performances.

L'appareil se présente comme un avion à ailes basses, avec un habitacle en tandem et le train d'atterrissage tricycle rétractable du Bonanza. Sa cellule, ses ailes et sa dérive furent redessinées. Le fuselage était métallique (principalement en magnésium), avec un revêtement travaillant. Il peut encaisser des facteurs de charges compris entre +10G et -4,5G.

3 Beech 45 furent construits, plus comme démonstrateurs que comme prototypes. Ils étaient alors équipés d'un Continental E-185-8 de 185 hp. Le premier d'entre eux effectua son vol inaugural le 2 décembre 1948 à Wichita, avec Vern L. Carstens aux commandes.

L'USAF décida d'évaluer l'appareil en février 1949, en même temps que le Fairchild YT-31 et le Temco T-35. Son but était alors de se procurer un avion d'entraînement de base, et le 24 mars elle se prononçait pour le T-31. Beech revint à la charge en montrant l'aspect très économique du Beech 45, et une nouvelle évaluation fut décidée.

Celle-ci eut lieu en 1950, Beech présentant le Model A45T, ou YT-34. Celui avait reçu un moteur Continental E-225-8 de 225 ch, à la suite d'un reproche de l'USAF sur le manque de puissance du Beech 45. A la suite de plusieurs péripéties, dont le déclenchement de la guerre de Corée et la préférence marquée de l'US Navy pour le YT-31, le YT-34 fut finalement sélectionné le 4 mars 1953. Des 3 prototypes, le premier (50-735) fut cédé à l'US Army pour des tests d'armement et d'attaque au sol, les 2 autres furent feraillés.

Le T-34A, la première version de série, était destinée à l'USAF. Ils entrèrent en service en septembre 1953, et l'USAF reçut 350 appareils jusqu'en 1956. Ils remplacèrent le T-6 comme avion standard d'entraînement de base, puis assurèrent les 30 premières heures de vol lorsque le T-28 entra en service. Ils furent retirés du service en 1961, lorsque l'USAF passa à l'entraînement tout-réacteur et les remplaça par le T-37.

Les droits de production du T-34A furent cédés au Canada, qui construisit 25 appareils pour sa force aérienne et 100 appareils pour l'USAF. Le premier appareil canadien vola en mai 1954. Cependant, seuls 2 promotions de pilotes furent entraînées sur T-34 avant le retrait de l'appareil. Si les T-34A utilisés par l'USAF et le Canada portaient la désignation constructeur A-45, les T-34A vendus à d'autres pays reçurent la dénomination B-45 : leur instrumentation était effectivement différente.

Le Japon sélectionna le T-34A en octobre 1953. 20 appareils furent livrés (sauf un qui fut perdu) en mars 1954, et Fuji en construisit 173 sous licence. La force aérienne reçut 134 appareils, la Marine au total 20 et l'armée de terre au total 19. Les Philippines en reçurent 36 et l'Indonésie 1. Les appareils construits par Fuji avaient une cellule en aluminium et allaient donner naissance au Fuji T-3. Le Japon retira ses derniers T-34 en 1982.

L'Argentine reçut 15 appareils en 1957 et FMA en assembla 75. Il lui en reste 31. La Bolivie reçut 8 T-34A ex-vénézueliens en 2004. Le Chili reçut 66 appareils commandés à partir de 1953, qui furent utilisés jusqu'en 1994. La force navale Chilienne reçut 6 appareils à partir de 1966, qui furent employés jusqu'en 1980. La Colombie commanda 42 T-34A en octobre 1953. Rééquipé en 1999 de moteurs de 285 ch, ils reçurent alors la dénomination de T-34M. Il en reste 10 en service.
L'Equateur reçut 24 T-34A à partir de 1977. Ils ne sont plus en service.

L'Espagne reçut 25 T-34A ex-USAF en 1957. Désignés E-17, ils furent retirés du service en 1989. L'Indonésie reçut plus de 40 T-34A (Un Fuji T-34A, 20 B-45 et 20 T-34A ex-USAF) en 1959. Ils furent remplacés par le T-34C en 1978. L'armée de l'air péruvienne reçut 6 T-34A, remplacés par des Zlin 242, et la marine 2 exemplaires, remplacés par des T-34C. Les Philippines reçurent, outre les 36 Fuji T-34 en 1958, 20 T-34A. Ils furent retirés du service en 1997. Le Salvador utilisa 6 T-34A de 1954 à 1995.

La Turquie reçut 25 T-34A, dont 24 ex-canadiens, qu'elle utilisa de 1956 à 1993. L'Uruguay reçut 19 T-34A en 1977, puis 23 appareils ex-espagnols en 1991. Ils furent remplacés en 2000 par des SF-260. La marine uruguayenne, elle, reçut 7 T-34A, dont 6 ex-Chiliens. Le Vénézuela reçut 41 T-34A, utilisés de 1959 à 2000 jusqu'à leur remplacement par des SF-260.

L'US Navy, elle, évalua les YT-34 et YT-35 fin 1953, avant de choisir le T-34 le 17 juin 1954. La version qui lui est dédiée s'appelle le T-34B, et se distingue du T-34A par son antenne radio, des freins sur le train principal, et quelques autres détails. Elle reçut 423 exemplaires, livrés entre 1954 et 1957. Ils entrèrent en service au sein du VT-1, basé à NAS Saufley Field. Comme dans l'USAF, ils servaient aux 30e premières heures de vol avant le passage au T-28. Ils furent remplacés par le T-34C dans les années 1980, après une carrière sans accidents et un roulement des cellules permettant le sauvegarde de leur potentiel.

Le T-34B s'est également vendu à l'exportation : la Bolivie utilise toujours 6 appareils ex-uruguayains reçus en 2000. La Marine mexicaine utilisa 5 appareils, dont 3 D-45 (l'équivalent civil du T-34B), de 1958 à 1994. La République Dominicaine reçut 12 appareils ex-US Navy en 1977, qui furent retirés en 2000. L'Uruguay reçut un T-34B pour sa marine en 1966, puis 25 appareils pour son armée de l'air en 1977. Ils ne sont plus en service depuis 2010.

En 1973, l'US Navy demanda à Beech de moderniser le T-34B. La principale modification visait à remplacer le moteur à piston d'origine par un turbopropulseur, en l'occurence un Pratt & Whitney PT6A-25 détaré à 400 ch. L'appareil devait remplacer les T-34 et T-28. L'avionique fut modernisée, les ailes empruntées au Beech Baron, le train d'atterrissage au Beech Duke, la dérive agrandie, la structure renforcée. L'appareil pesait 450 kg de mieux et sa capacité en carburant passait à 473 litres. 2 T-34B furent modifiés en YT-34C.

Le premier YT-34C effetua son vol inaugural le 21 septembre 1973. Les essais montrèrent la nécessité d'améliorer la sortie de vrille, ce qui fut fait. 353 appareils furent commandés en trois lots par l'US Navy et livrés entre 1977 et 1981, en 1984 puis en 1989 et 1990. Ils entrèrent en service au sein du VT-2, et furent finalement remplacés par le T-6 Texan II en 2011. L'US Army employa 6 exemplaires pour des missions d'observation et de reconnaissance, et l'USMC une poignée également.

Le T-34C, désigné Turbo Mentor, fut également vendu à Taïwan (44 exemplaires, 36 en service actuellement). Quand à l'Algérie, elle reçut 6 exemplaires d'une version civile, le Turbine Mentor 34C.

Le T-34C-1 est une variante d'attaque au sol et d'entraînement au tir. Il est équipé d'un viseur CA-513 et de 4 points d'emport sous les ailes. Il peut donc emporter 545 kg de charges offensives, dont des bombes d'entraînement, des lance-roquettes LAU-32 ou LAU-59, des pods-canon SUU-11, des missiles AGM-22A, ou remorquer une cible TA8X. Son moteur est détaré à 550 ch.

Il fut vendu à la Marine Argentine (15 exemplaires reçus en 1978. 6 d'entre eux effectuèrent des missions de reconnaissance armés lors de la guerre des Malouines, avant que les Anglais n'en détruisirent 3 et en capturèrent 1. La Marine argentine l'utilise toujours aujourd'hui. L'Equateur en reçut 24 : 21 pour son armée de l'air (il lui en reste 15) et 3 pour sa marine (il lui en reste 2). Le Gabon en reçut 4 en 1982, déployés au sein de la garde présidentielle. Ils semblent toujours être en service.

L'Indonésie a reçut 25 appareils à partir de 1978. Il en reste 14, en cours de remplacement par le KT-1 sud-coréen. Le Maroc en a reçut 12, commandés en 1975. Ils sont toujours en service. La Marine péruvienne en a reçut 6 en 1978, il en reste 5 en service. La Force navale uruguayenne a reçut 3 appareils, qui ne sont plus en service. Cette version fut également évaluée par l'Armée de l'air, qui lui préféra l'Epsilon.

Le AT-34 était une version d'attaque au sol, pourvue d'un turbopropulseur Allison 250B-17D, d'une structure renforcée et d'une capacité en carburant de 303 litres. Proposée par General Motors au Salon du Bourget en 1987, elle ne connut pas le succès.

Outre tous ces pays utilisateurs, il faut citer la force aérienne mexicaine qui utilisa 4 T-34 de 1959 à 1981 (version inconnue), ainsi que la NASA (3 T-34C), la Civil Air Patrol, l'US Forest Service, un bon nombre d'utilisateurs civils (y compris le Portugal qui utilisa 3 T-34B).

Au total, plus de 2300 T-34 furent construits, dont 1904 T-34A et B. Il fut considéré par ses utilisateurs comme un excellent appareil, robuste et fiable. Les appareils civils furent cloués au sol en 2004, à la suite de crashs lors de combats simulés. Les appareils revolèrent avec des restrictions quand à leur évolutions.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Versions référencées

  • Beech YT-34 : Prototypes. 3 exemplaires.
  • Beech T-34A : Version destinée à l'USAF. 450 exemplaires.
  • Beech T-34B : Version destinée à l'US Navy. 423 exemplaires.
  • Beech T-34C Mentor : Version remotorisée avec un turbopropulseur.
  • Beech T-34C-1 : Version du T-34C doté de capacités d'attaque au sol.
  • Beech AT-34 : Version d'attaque au sol.
  • Fuji T-34A : Version construite sous licence au Japon par Fuji. 173 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Beech T-34C Mentor voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 300 kg (9 480 lbs)
  • Masse à vide : 2 960 kg (6 526 lbs)
  • Surface alaire : 16,69 m² (179,65 sq. ft)
  • Hauteur : 2,92 m (9,58 ft)
  • Envergure : 10,16 m (33,333 ft)
  • Longueur : 8,75 m (28,707 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 396 km/h (246 mph, 214 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 519 km/h (322 mph, 280 kts)
  • Vitesse de décrochage : 98 km/h (61 mph, 53 kts)
  • Facteur de charge maximal : 6 G
  • Facteur de charge minimal : -3 G
  • Distance franchissable : 1 311 km (815 mi, 708 nm)
  • Plafond opérationnel : 9 144 m (30 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 7,5 m/s (24,606 ft/s)
  • Charge alaire, au décollage : 257,639 kg/m² (52,769 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 177,352 kg/m² (36,325 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-25C
  • Puissance unitaire : 559 kW (760 ch, 750 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Crash d'un T-34C taïwanais le 15 décembre 2010

    Un T-34C de la Force Aérienne Taïwanaise s'est écrasé le 15 décembre, tuant son pilote Liu Che-hung et l'instructeur Niu Peng-yu à bord. L'appareil s'est écrasé à 14h02, après 54 minutes de vol et les deux corps ont pu être retrouvés dans les débris.

    Les causes de l'accident ne sont pas encore connues.

Images

Images

Média externes

picture
picture
picture
picture

Forum

Sujet complet »
Beech T-34 Mentor à 19/05/2011 12:50 Clansman
En 1947, Walter Beech proposa un appareil d'entraînement basique, dérivé de son Bonanza. Le nouvel appareil, le Beech 45, se voulait particulièrement économique, d'entretien facile, mais avec d'excellentes performances.

L'appareil se présente comme un avion à ailes basses, avec un habitacle en tandem et le train d'atterrissage tricycle rétractable du Bonanza. Sa cellule, ses ailes et sa dérive furent redessinées. Le fuselage était métallique (principalement en magnésium), avec un revêtement travaillant. Il peut encaisser des facteurs de charges compris entre +10G et -4,5G.

3 Beech 45 furent construits, plus comme démonstrateurs que comme prototypes. Ils étaient alors équipés d'un Continental E-185-8 de 185 hp. Le premier d'entre eux effectua son vol inaugural le 2 décembre 1948 à Wichita, avec Vern L. Carstens aux commandes.

L'USAF décida d'évaluer l'appareil en février 1949, en même temps que le Fairchild YT-31 et le Temco T-35. Son but était alors de se procurer un avion d'entraînement de base, et le 24 mars elle se prononçait pour le T-31. Beech revint à la charge en montrant l'aspect très économique du Beech 45, et une nouvelle évaluation fut décidée.

Celle-ci eut lieu en 1950, Beech présentant le Model A45T, ou YT-34. Celui avait reçu un moteur Continental E-225-8 de 225 ch, à la suite d'un reproche de l'USAF sur le manque de puissance du Beech 45. A la suite de plusieurs péripéties, dont le déclenchement de la guerre de Corée et la préférence marquée de l'US Navy pour le YT-31, le YT-34 fut finalement sélectionné le 4 mars 1953. Des 3 prototypes, le premier (50-735) fut cédé à l'US Army pour des tests d'armement et d'attaque au sol, les 2 autres furent feraillés.

Le T-34A, la première version de série, était destinée à l'USAF. Ils entrèrent en service en septembre 1953, et l'USAF reçut 350 appareils jusqu'en 1956. Ils remplacèrent le T-6 comme avion standard d'entraînement de base, puis assurèrent les 30 premières heures de vol lorsque le T-28 entra en service. Ils furent retirés du service en 1961, lorsque l'USAF passa à l'entraînement tout-réacteur et les remplaça par le T-37.

Les droits de production du T-34A furent cédés au Canada, qui construisit 25 appareils pour sa force aérienne et 100 appareils pour l'USAF. Le premier appareil canadien vola en mai 1954. Cependant, seuls 2 promotions de pilotes furent entraînées sur T-34 avant le retrait de l'appareil. Si les T-34A utilisés par l'USAF et le Canada portaient la désignation constructeur A-45, les T-34A vendus à d'autres pays reçurent la dénomination B-45 : leur instrumentation était effectivement différente.

Le Japon sélectionna le T-34A en octobre 1953. 20 appareils furent livrés (sauf un qui fut perdu) en mars 1954, et Fuji en construisit 173 sous licence. La force aérienne reçut 134 appareils, la Marine au total 20 et l'armée de terre au total 19. Les Philippines en reçurent 36 et l'Indonésie 1. Les appareils construits par Fuji avaient une cellule en aluminium et allaient donner naissance au Fuji T-3. Le Japon retira ses derniers T-34 en 1982.

L'Argentine reçut 15 appareils en 1957 et FMA en assembla 75. Il lui en reste 31. La Bolivie reçut 8 T-34A ex-vénézueliens en 2004. Le Chili reçut 66 appareils commandés à partir de 1953, qui furent utilisés jusqu'en 1994. La force navale Chilienne reçut 6 appareils à partir de 1966, qui furent employés jusqu'en 1980. La Colombie commanda 42 T-34A en octobre 1953. Rééquipé en 1999 de moteurs de 285 ch, ils reçurent alors la dénomination de T-34M. Il en reste 10 en service.
L'Equateur reçut 24 T-34A à partir de 1977. Ils ne sont plus en service.
L'Espagne reçut 25 T-34A ex-USAF en 1957. Désignés E-17, ils furent retirés du service en 1989. L'Indonésie reçut plus de 40 T-34A (Un Fuji T-34A, 20 B-45 et 20 T-34A ex-USAF) en 1959. Ils furent remplacés par le T-34C en 1978. L'armée de l'air péruvienne reçut 6 T-34A, remplacés par des Zlin 242, et la marine 2 exemplaires, remplacés par des T-34C. Les Philippines reçurent, outre les 36 Fuji T-34 en 1958, 20 T-34A. Ils furent retirés du service en 1997. Le Salvador utilisa 6 T-34A de 1954 à 1995. La Turquie reçut 25 T-34A, dont 24 ex-canadiens, qu'elle utilisa de 1956 à 1993. L'Uruguay reçut 19 T-34A en 1977, puis 23 appareils ex-espagnols en 1991. Ils furent remplacés en 2000 par des SF-260. La marine uruguayenne, elle, reçut 7 T-34A, dont 6 ex-Chiliens. Le Vénézuela reçut 41 T-34A, utilisés de 1959 à 2000 jusqu'à leur remplacement par des SF-260.

L'US Navy, elle, évalua les YT-34 et YT-35 fin 1953, avant de choisir le T-34 le 17 juin 1954. La version qui lui est dédiée s'appelle le T-34B, et se distingue du T-34A par son antenne radio, des freins sur le train principal, et quelques autres détails. Elle reçut 423 exemplaires, livrés entre 1954 et 1957. Ils entrèrent en service au sein du VT-1, basé à NAS Saufley Field. Comme dans l'USAF, ils servaient aux 30e premières heures de vol avant le passage au T-28. Ils furent remplacés par le T-34C dans les années 1980, après une carrière sans accidents et un roulement des cellules permettant le sauvegarde de leur potentiel.

Le T-34B s'est également vendu à l'exportation : la Bolivie utilise toujours 6 appareils ex-uruguayains reçus en 2000. La Marine mexicaine utilisa 5 appareils, dont 3 D-45 (l'équivalent civil du T-34B), de 1958 à 1994. La République Dominicaine reçut 12 appareils ex-US Navy en 1977, qui furent retirés en 2000. L'Uruguay reçut un T-34B pour sa marine en 1966, puis 25 appareils pour son armée de l'air en 1977. Ils ne sont plus en service depuis 2010.

En 1973, l'US Navy demanda à Beech de moderniser le T-34B. La principale modification visait à remplacer le moteur à piston d'origine par un turbopropulseur, en l'occurence un Pratt & Whitney PT6A-25 détaré à 400 ch. L'appareil devait remplacer les T-34 et T-28. L'avionique fut modernisée, les ailes empruntées au Beech Baron, le train d'atterrissage au Beech Duke, la dérive agrandie, la structure renforcée. L'appareil pesait 450 kg de mieux et sa capacité en carburant passait à 473 litres. 2 T-34B furent modifiés en YT-34C.

Le premier YT-34C effetua son vol inaugural le 21 septembre 1973. Les essais montrèrent la nécessité d'améliorer la sortie de vrille, ce qui fut fait. 353 appareils furent commandés en trois lots par l'US Navy et livrés entre 1977 et 1981, en 1984 puis en 1989 et 1990. Ils entrèrent en service au sein du VT-2, et furent finalement remplacés par le T-6 Texan II en 2011. L'US Army employa 6 exemplaires pour des missions d'observation et de reconnaissance, et l'USMC une poignée également.

Le T-34C, désigné Turbo Mentor, fut également vendu à Taïwan (44 exemplaires, 36 en service actuellement). Quand à l'Algérie, elle reçut 6 exemplaires d'une version civile, le Turbine Mentor 34C.

Le T-34C-1 est une variante d'attaque au sol et d'entraînement au tir. Il est équipé d'un viseur CA-513 et de 4 points d'emport sous les ailes. Il peut donc emporter 545 kg de charges offensives, dont des bombes d'entraînement, des lance-roquettes LAU-32 ou LAU-59, des pods-canon SUU-11, des missiles AGM-22A, ou remorquer une cible TA8X. Son moteur est détaré à 550 ch.

Il fut vendu à la Marine Argentine (15 exemplaires reçus en 1978. 6 d'entre eux effectuèrent des missions de reconnaissance armés lors de la guerre des Malouines, avant que les Anglais n'en détruisirent 3 et en capturèrent 1. La Marine argentine l'utilise toujours aujourd'hui. L'Equateur en reçut 24 : 21 pour son armée de l'air (il lui en reste 15) et 3 pour sa marine (il lui en reste 2). Le Gabon en reçut 4 en 1982, déployés au sein de la garde présidentielle. Ils semblent toujours être en service. L'Indonésie a reçut 25 appareils à partir de 1978. Il en reste 14, en cours de remplacement par le KT-1 sud-coréen. Le Maroc en a reçut 12, commandés en 1975. Ils sont toujours en service. La Marine péruvienne en a reçut 6 en 1978, il en reste 5 en service. La Force navale uruguayenne a reçut 3 appareils, qui ne sont plus en service. Cette version fut également évaluée par l'Armée de l'air, qui lui préféra l'Epsilon.

Le AT-34 était une version d'attaque au sol, pourvue d'un turbopropulseur Allison 250B-17D, d'une structure renforcée et d'une capacité en carburant de 303 litres. Proposée par General Motors au Salon du Bourget en 1987, elle ne connut pas le succès.

Outre tous ces pays utilisateurs, il faut citer la force aérienne mexicaine qui utilisa 4 T-34 de 1959 à 1981 (version inconnue), ainsi que la NASA (3 T-34C), la Civil Air Patrol, l'US Forest Service, un bon nombre d'utilisateurs civils (y compris le Portugal qui utilisa 3 T-34B).

Au total, plus de 2300 T-34 furent construits, dont 1904 T-34A et B. Il fut considéré par ses utilisateurs comme un excellent appareil, robuste et fiable. Les appareils civils furent cloués au sol en 2004, à la suite de crashs lors de combats simulés. Les appareils revolèrent avec des restrictions quand à leur évolutions.


La fiche sur le site



http://fr.wikipedia.org/wiki/Beechcraft_T-34_Mentor

http://www.avionslegendaires.net/beechcraft-t-34-mentor-turbo-mentor.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Beechcraft_T-34_Mentor

http://www.t-34.com/home/home.asp

http://www.warbirdalley.com/t34.htm

http://www.nitroplanes.com/t34.html

http://www.history.navy.mil/planes/t-34.html

http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/t-34.htm

http://www.aviastar.org/air/usa/beech_45.php
Beech T-34A Mentor à 14/04/2012 17:44 stanak
Image
Image
El Centro (CA, USA) à 30/05/2013 20:43 stanak
Beechcraft T-34C Turbo Mentor
US Navy
Image
Rionagro 2015 à 31/07/2015 07:35 stanak
Image
Colombie air force
T-34A
Image
Re: Beech T-34 Mentor à 16/04/2017 09:43 stanak
Image
Fuji T-34A
ec JASDF
Image
124 exemplaires produits sous license par Fuji utilisés au Japon
dont 62 KM-2 pour JMSDF, 2 (appelés TL-1) pour JGSDF
50 T-3 (KM-2B) pour JASDF
m'en manque 10 :interr:
http://www.uswarplanes.net/t34.html
Re: Beech T-34 Mentor à 16/04/2017 14:12 Clansman
Peut-être de vrais T-34A car les KM-2, TL-1 et T-3 sont à part sur cette fiche et assez différents, en fait.
Kanoya (JPN) à 17/04/2017 10:15 stanak
j'énumérais uniquement la production nippone

le mien est une production locale
————————————-

75 Fuji T-34A (FM-1 à FM-75) pour l'AF (7 reversés à la Marine)
49 Fuji T-34A (KD-1 à KD-49) pour l'AF (10 reversés à l'armée, 3 à la Marine)
26 Fuji LM-1 (LM-3 à LM-29) pour l'Army
62 Fuji KM-2 (TM-1 à TM-64) pour la Marine,
2 Fuji TL-1 (TM-60 et 61) pour l'Army (puis reversés à la Marine)
——
214 fabriqués sous licence

21 T-34A importés (serial CG-##)
11 pour l'AF
10 pour la Marine (6 reversés à l'AF)

pour résumer :
le Japon a utilisé 235 T-34 (toutes versions)

les avions transférés d'une arme à l'autre ont servi 1 à 2 ans en général

la JASDF a utilisé au total 141 appareils (124 Fuji T-34A et 17 Beech T-34A)
la JMSDF a utilisé au total 84 appareils (10 Fuji T-34A, 62 KM-2, 2 TL-1 et 10 Beech T-34A)
la JGSDF a utilisé au total 38 appareils (10 Fuji T-34A, 26 LM-1 et 2 TL-1)

KM-2
ex JMSDF
Image

———————————
Philippines Air Force
37 Fuji T-34A (FM-76 à FM-112)
Re: Beech T-34 Mentor à 17/04/2017 11:13 Clansman
Sauf que 75 + 49, ça fait 124 et non 108…
Re: Beech T-34 Mentor à 17/04/2017 11:27 stanak
travail du lundi :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires