Rappels

Histoire de l'appareil

Origines :

En 1946, Dans le cadre d’un plan ambitieux de renforcement de ses armées et notamment de son armée de l’air, la France envisagea de s’équiper d’une centaine de bombardiers. L’industrie aéronautique française fut donc sollicitée pour répondre à 2 objectifs principaux :
Relancer l’industrie aéronautique nationale et combler le retard technologique pris durant la seconde guerre mondiale tout en désengageant le pays de sa dépendance envers les matériels étrangers.

Sous l’impulsion de Charles de Gaulle et de son ministre de l’air Charles Tillon, une série de projets aéronautiques et notamment de bombardiers voient le jour.
L’idée de remettre à niveau le quadrimoteur Bréguet 482 conçu avant guerre fut bien vite abandonnée au profit de 2 projets concurrents : Le NC-270 de la SNCAC (Société Nationale de Construction Aéronautique du Centre) fut ainsi mis en concurrence avec le SO-4000 de la SNCASO (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Ouest).

Les contrats passés par l’Etat concernaient les études et développement de deux avions expérimentaux (maquettes volantes) ainsi que d’un prototype de bombardier à réaction. Celui qui gagnerait l’appel d’offre devrait fournir 60 appareils. Pour le SO-4000 le contrat d’études passés avec l’Etat fut signé le 25 mai 1946.

La SNCASO commença alors le développement de deux modèles à échelle un demi :

Le premier modèle dénommé SO-M1 immatriculé « F-WFDJ » était en fait un planeur conçu pour explorer l’aérodynamique et les contraintes structurales du projet. Le SO-M1 fit son premier vol en septembre 1949 lancé d’un avion porteur (SE-161 « Languedoc ») et avec Jacques Guignard aux commandes. Le vol s’effectua sans problème particulier. D’autres vols d’essais suivirent toujours lancé par un avion porteur (Soit SE-161 soit Heinkel 274 AAS ).

Le second modèle appelé SO-M2 et immatriculé F-WFDR était un modèle motorisé à l’échelle un demi représentatif du véritable prototype. Il était alimenté par un unique réacteur Rolls Royce Derwent 5 de 1600 kg de poussée. Il effectua son premier vol le 13 avril 1949 avec Jacques Guignard aux commandes et fut le premier appareil à réaction français à atteindre les 1000 km/h en palier le 09 mai 1950.

Ces deux modèles fournirent les informations nécessaires et les grandes lignes de développement du prototype du SO-4000 « Vautour ».

Prototype :

Le prototype SO-4000 officiellement nommé « Vautour » était un biréacteur monoplan entièrement métallique à aile en flèche. Un seul appareil fut construit.

Le prototype du SO-4000 n°01 immatriculé « F-WBBI » fit son premier vol le 15 mars 1951 à Orléans-Bricy aux mains de Daniel Rastel et de son ingénieur Paul Pistrak. Pourtant, les essais avaient démarrés bien plus tôt, en avril 1950. Mais lors d’essais de roulement l’appareil engagea fortement à gauche, sortit de la piste, cassa son train et finit sa course sur le ventre. La remise en état nécessita près de six mois de travaux et, alors que le projet était déjà annulé par le Ministère de la Défense, la SNCASO décida de procéder aux premiers vols à ses propres frais.

Suite aux incidents lors des essais de roulage, la société décida de profiter du délai de remise en état pour modifier certains éléments comme les aérofreins et les volets ou installer un siège éjectable en place arrière. Le prototype du SO-4000 fut enfin prêt en 1951 et effectua un court vol le 15 mars. D’emblée il fut considéré comme instable avec une forte tendance au roulis. Le vol fut donc limité et s’effectua train sorti.

Devant l’ampleur des modifications à apporter et alors que le projet était porté sur fonds propres par la SNCASO, il fut décidé que ce premier vol serait également le dernier. Le SO-4000 finit donc sa carrière comme appareil expérimental et l’Armée de l’Air laissa de côté la mission de bombardement stratégique jusque dans les années soixante, avec l’arrivée du Mirage IV. L’appareil finira sa carrière près de Bourges comme cible pour les artilleurs.

La production :

Malgré une volonté de réarmer les forces aériennes françaises grâce à des projets ambitieux, la France fut confrontée à de gros problèmes financiers dus aux dépenses de reconstruction et aux conflits coloniaux qui débutèrent peu après la fin de la seconde guerre mondiale. De plus, les retards technologiques accumulés pendant les années quarante firent que nombreux projets furent dépassés avant même leurs mises en production.

Ce fut le cas du SO-4000 qui, sous motorisé et très instable, laissa rapidement place au projet de SO-4050 Vautour « II » , un bombardier tactique qui reprenait certaines caractéristiques du Vautour « I ». Cette deuxième version du Vautour allait d’ailleurs connaître un certain succès en France et à l’exportation.


Texte de Foxkilo02, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Sud-Ouest SO.4000 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 25 360 kg (55 909 lbs)
  • Masse à vide : 13 920 kg (30 688 lbs)
  • Surface alaire : 75 m² (807 sq. ft)
  • Hauteur : 5,78 m (18,963 ft)
  • Envergure : 17,86 m (58,596 ft)
  • Longueur : 20,11 m (65,978 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 850 km/h (528 mph, 459 kts)
  • Distance franchissable : 1 900 km (1 181 mi, 1 026 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 000 m (32 808 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 11 m/s (36 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 960 km/h (597 mph, 518 kts)
  • Charge alaire, à vide : 185,6 kg/m² (38,014 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 338,133 kg/m² (69,255 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs à compresseur centrifuge Rolls-Royce Nene 102
  • Puissance unitaire : 2 268 kgp (22 kN, 5 000 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
SNCASO 4000 "Vautour" à 14/05/2013 17:28 foxkilo02
Une fiche proto pour terminer la journée… (de travail !!! :mrgreen: )

Origines

En 1946, Dans le cadre d’un plan ambitieux de renforcement de ses armées et notamment de son armée de l’air, la France envisagea de s’équiper d’une centaine de bombardiers. L’industrie aéronautique française fut donc sollicitée pour répondre à 2 objectifs principaux :
Relancer l’industrie aéronautique nationale et combler le retard technologique pris durant la seconde guerre mondiale tout en désengageant le pays de sa dépendance envers les matériels étrangers.
Sous l’impulsion de Charles de Gaulle et de son ministre de l’air Charles Tillon, une série de projets aéronautiques et notamment de bombardiers voient le jour.
L’idée de remettre à niveau le quadrimoteur Bréguet 482 conçu avant guerre fut bien vite abandonnée au profit de 2 projets concurrents : Le NC-270 de la SNCAC (Société Nationale de Construction Aéronautique du Centre) fut ainsi mis en concurrence avec le SO-4000 de la SNCASO (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Ouest)
Les contrats passés par l’Etat concernaient les études et développement de deux avions expérimentaux (maquettes volantes) ainsi que d’un prototype de bombardier à réaction. Celui qui gagnerait l’appel d’offre devrait fournir 60 appareils.
Pour le SO-4000 le contrat d’études passés avec l’Etat fut signé le 25 mai 1946.
La SNCASO commença alors le développement de deux modèles à échelle un demi :

Le premier modèle dénommé SO-M1 immatriculé « F-WFDJ » était en fait un planeur conçu pour explorer l’aérodynamique et les contraintes structurales du projet. Le SO-M1 fit son premier vol en septembre 1949 lancé d’un avion porteur (SE-161 « Languedoc ») et avec Jacques Guignard aux commandes. Le vol s’effectua sans problème particulier. D’autres vols d’essais suivirent toujours lancé par un avion porteur (Soit SE-161 soit Heinkel 274 AAS )

Le second modèle appelé SO-M2 et immatriculé F-WFDR était un modèle motorisé à l’échelle un demi représentatif du véritable prototype. Il était alimenté par un unique réacteur Rolls Royce Derwent 5 de 1600 kg de poussée. Il effectua son premier vol le 13 avril 1949 avec Jacques Guignard aux commandes et fut le premier appareil à réaction français à atteindre les 1000 km/h en palier le 09 mai 1950.

Ces deux modèles fournirent les informations nécessaires et les grandes lignes de développement du prototype du SO-4000 « Vautour ».

Prototype :

Le prototype SO-4000 officiellement nommé « Vautour » était un biréacteur monoplan entièrement métallique à aile en flèche. Un seul appareil fut construit.
Le prototype du SO-4000 n°01 immatriculé « F-WBBI » fit son premier vol le 15 mars 1951 à Orléans-Bricy aux mains de Daniel Rastel et de son ingénieur Paul Pistrak. Pourtant, les essais avaient démarrés bien plus tôt, en avril 1950. Mais lors d’essais de roulement l’appareil engagea fortement à gauche, sortit de la piste, cassa son train et finit sa course sur le ventre. La remise en état nécessita près de six mois de travaux et, alors que le projet était déjà annulé par le Ministère de la Défense, la SNCASO décida de procéder aux premiers vols à ses propres frais.
Suite aux incidents lors des essais de roulage, la société décida de profiter du délai de remise en état pour modifier certains éléments comme les aérofreins et les volets ou installer un siège éjectable en place arrière. Le prototype du SO-4000 fut enfin prêt en 1951 et effectua un court vol le 15 mars. D’emblée il fut considéré comme instable avec une forte tendance au roulis. Le vol fut donc limité et s’effectua train sorti. Devant l’ampleur des modifications à apporter et alors que le projet était porté sur fonds propres par la SNCASO, il fut décidé que ce premier vol serait également le dernier. Le SO-4000 finit donc sa carrière comme appareil expérimental et l’Armée de l’Air laissa de côté la mission de bombardement stratégique jusque dans les années soixante, avec l’arrivée du Mirage IV.
L’appareil finira sa carrière près de Bourges comme cible pour les artilleurs.

La production

Malgré une volonté de réarmer les forces aériennes françaises grâce à des projets ambitieux, la France fut confrontée à de gros problèmes financiers dus aux dépenses de reconstruction et aux conflits coloniaux qui débutèrent peu après la fin de la seconde guerre mondiale. De plus, les retards technologiques accumulés pendant les années quarante firent que nombreux projets furent dépassés avant même leurs mises en production. Ce fut le cas du SO-4000 qui, sous motorisé et très instable, laissa rapidement place au projet de SO-4050 Vautour « II » , un bombardier tactique qui reprenait certaines caractéristiques du Vautour « I ». Cette deuxième version du Vautour allait d’ailleurs connaître un certain succès en France et à l’exportation.

Caractéristiques du SO 4000:

Rôle : Bombardier expérimental
Date du premier vol : 15 mars 1951
Date de mise en service dans l’Armée de l’Air : jamais mis en service
Équipage : 2
Motorisation : 2 Hispano-Suiza 104 « Nene »
Puissance : 2270 kgp chacun
Longueur : 20,11 m
Hauteur : 5,78 m
Envergure : 17,86 m
Masse à vide : 13920 kg
Masse max. : 25360 kg

Performances estimées

Vitesse de croisière : 850 km/h à 9000 mètres
Vitesse max. : 960 km/h
Vitesse ascensionnelle : 11 m/s
Plafond pratique : 10 000 m
Autonomie : 1900 km

Armement (théorique) :

3800 kg de bombes

Sources:

Aviafrance
xplanes
flightglobal
Re: SNCASO 4000 "Vautour" à 14/05/2013 20:52 Nico2
Très bien cette fiche, belle présentation de surcroît :) .

Index modifié, intégration sur le site prochaine grâce à Clans.
Re: SNCASO 4000 "Vautour" à 16/05/2013 12:19 Clansman
Et hop

Sous-motorisé… Disons qu'il était surdimensionné par rapport aux réacteurs de l'époque.
Re: SNCASO 4000 "Vautour" à 16/05/2013 15:09 Paxwax
Belle fiche, Foxkilo02. Juste 2 petites fautes de frappe a signaler:

"Mais lors d’essais de roulement l’appareil engagea fortement à gauche, sortie de la piste…"

"La remise en état nécessita près de six mois de travaux et, alors que le projet fut déjà annulé par le Ministère de la Défense, la SNCASO décida de procéder aux premiers vols à ses propres frais."
Re: SNCASO 4000 "Vautour" à 16/05/2013 15:18 foxkilo02
Merci Paxwax pour avoir débusqué ces boulettes ce qui m'a d'ailleurs permis d'en trouver une autre…

Clans a écrit

Sous-motorisé… Disons qu'il était surdimensionné par rapport aux réacteurs de l'époque.

En fait les Hispano-Suiza 104 « Nene » étaient clairement inadaptés à l'appareil.
Mais, ils étaient disponibles !!! en attendant la véritable motorisation prévue à savoir les premiers réacteurs français Rateau-Anxionnaz qui devaient, en principe, atteindre les 2 tonnes de poussée.(Vue la sous motorisation chronique de nos appareils, on peut toujours le croire ) :mrgreen:

Après l'unique vol du SO-4000 et devant le manque de puissance criant de ses réacteurs , la SNCASO envisagea même d’installer 2 Armstrong-Siddeley Sapphire de 3250 kg de poussée. Mais les Services Officiels de l’État avaient déjà enterré le programme …
Re: SNCASO 4000 "Vautour" à 16/05/2013 15:52 Clansman
En fait les Hispano-Suiza 104 « Nene » étaient clairement inadaptés à l'appareil.

Toutes les sources que j'ai lue parlent de 102, alors je sais pas trop à quel saint me vouer. :interr:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:54, modifié le . ©AviationsMilitaires