Rappels

  • Type : Missile air-air courte portée
  • Constructeur : drapeau Raytheon

Versions enregistrées

AIM-9A

Histoire
Première version, construite sous le nom d'AAM-N-7 Sidewinder I à seulement 240 exemplaires. La version de série sera l'AIM-9B.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 830 mm (111 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 559 mm (22 in)
  • Masse : 70,4 kg (155,206 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 3,2 km (1,99 mi, 1,73 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10,009 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9B

Histoire
Seconde version construite par Ford Aerospace et General Electric, d'abord sous le nom de AAM-N-7 Sidewinder IA, avant d'être renommé AIM-9B Sidewinder en 1963.

D'abord utilisé par l'US Navy, le missile a également été construit pour l'USAF sous le nom de GAR-8. La production prit fin en 1962 avec environ 80 000 exemplaires.

Le 24 septembre 1958, un F-86F taïwanais obtint la première victoire aérienne par missile sur un MiG-15 chinois, grâce à un AIM-9B de l'US Navy.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 830 mm (111 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 559 mm (22 in)
  • Masse : 70,4 kg (155,206 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 3,2 km (1,99 mi, 1,73 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10,009 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation
Raytheon AIM-9B

AIM-9C

Histoire
L'autodirecteur de l'AIM-9B était extrêmement limité, et pouvait très facilement viser le soleil à la place de la cible. L'US Navy demanda donc une version à guidage radar semi-actif, l'AIM-9C (initialement connu sous le nom de Sidewinder IC, IB pour certaines sources).

Seuls 1 000 exemplaires furent construits entre 1965 et 1967 et équipèrent les F-8U Crusader (permettant d'économiser des AIM-7 Sparrow beaucoup plus onéreux), et un grand nombre d'entre eux furent convertis en AGM-122A Sidearm.
Caractéristiques
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36
  • Portée maximale : 18 km (11 mi, 10 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Radar semi-actif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge annulaire Mk 48

AIM-9D

Histoire
L'AIM-9D est un AIM-9B amélioré, avec un nouveau moteur, une nouvelle charge et surtout un nouvel autodirecteur au champ plus étroit (2,5°) afin de limiter le bruit.

Environ 1 000 exemplaires furent construits par Philco-Ford et Raytheon entre 1965 et 1969.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 870 mm (113 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 88 kg (194 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36
  • Portée maximale : 18 km (11 mi, 10 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge annulaire Mk 48

AIM-9E

Histoire
L'AIM-9E est une amélioration des AIM-9B pour l'USAF : un nouvel autodirecteur est utilisé, utilisant un refroidissement thermoélectrique (par effet Peltier). Le missile peut ainsi rester refroidi sur le rail de tir sans limite de temps. Cependant, l'autodirecteur est plus long et davantage conique.

L'AIM-9E2 est une sous-version dotée d'un moteur dégageant moins de fumée.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 999,74 mm (118,1 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 559 mm (22 in)
  • Masse : 74 kg (164 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 4,2 km (2,61 mi, 2,27 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9F

Histoire
Également connue sous le nom de AIM-9B FGW.2, l'AIM-9F est une version produite en Allemagne  à 15 000 exemplaires. De plus, la plupart des missiles européens furent convertis à ce standard.

Cette version est très proche de l'AIM-9B, seul l'autodirecteur est changé en faveur d'un détecteur refroidi au CO2.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 908 mm (114 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 559 mm (22 in)
  • Masse : 75,8 kg (167,111 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 3,66 km (2,27 mi, 1,98 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10,009 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9G

Histoire
Basé sur l'AIM-9D, l'AIM-9G présente notamment de nouveaux modes de guidage, l'autodirecteur pouvant chercher des cibles sans être asservi au radar.

2 120 exemplaires ont été construits entre 1970 et 1972 par Raytheon. 

Une version d'entraînement désignée ATM-9G est également disponible.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 870 mm (113 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 87 kg (192 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36
  • Portée maximale : 18 km (11 mi, 10 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge annulaire Mk 48

AIM-9H

Histoire
Il s'agit d'une version de l'AIM-9G dotée d'un nouvel autodirecteur avec une électronique à état solide et des servo-commandes plus puissantes, permettant une plus grande agilité.

Environ 7 700 exemplaires furent construits par Philco Ford et Raytheon entre 1972 et 1974.

L'ATM-9H est une version captive pour s'entraîner avec l'autodirecteur.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 870 mm (113 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 84 kg (185 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36 mod 6
  • Portée maximale : 18 km (11 mi, 10 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge annulaire Mk 48

AIM-9J Sidewinder Rb. 24J

Histoire
L'AIM-9J est un AIM-9E modifié, avec notamment une électronique révisée et des surfaces de contrôle en double-delta ainsi que des servo-commandes plus puissantes pour augmenter son agilité.

Un certain nombre d'AIM-9E furent convertis à ce standard (ils sont alors appelés AIM-9J2), mais des munitions neuves furent également fabriquées (AIM-9J1 et AIM-9J3). La plupart des 10 000 exemplaires construits sont d'anciens AIM-9E modifiés.
Il a également été construit en Suède sous le nom de Rb. 24J.
Caractéristiques
  • Longueur : 3 070,86 mm (120,9 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 579,12 mm (22,8 in)
  • Masse : 78 kg (172 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 14,5 km (9,01 mi, 7,829 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9L

Histoire
L'AIM-9L est d'abord un AIM-9H amélioré sur presque tous les plans :


  • un nouvel autodirecteur capable de traquer une cible sous tous les aspects,

  • un nouveau moteur plus performant,

  • une nouvelle charge militaire WDU-17/B,

  • une fusée de proximité optique DSU-15/B,

  • des surfaces de contrôle améliorées en double canard (comme l'AIM-9J).



Au total, plus de 16 000 exemplaires ont été construits par Philco-Ford, Raytheon, BGT et Mitsubishi.
Il a été utilisé au combat (avec succès) par les Harrier britanniques lors de la guerre des Malouines en 1982.

Différentes versions d'entraînement existent, comme l'ATM-9L (pour les tirs d'entraînement), le CATM-9L (missile captif), ou le DATM-9L pour l'entraînement au sol (aussi connu sous le nom de GDU-6/C). Le NATM-9L est une version équipée de matériel d'évaluation.

Il est désigné Rb 74 en Suède.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 850 mm (112 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 85,3 kg (188,054 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 36
  • Portée maximale : 17,7 km (10,998 mi, 9,557 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B
Raytheon AIM-9L

AIM-9M Sidewinder

Histoire
Alors que l'AIM-9L est presque un missile neuf, l'AIM-9M n'est que très légèrement amélioré par rapport au −9L, avec surtout un autodirecteur refroidi en circuit fermé (pour une plus grande sensibilité à basse altitude) et une plus grande résistance aux contres-mesures. Il présente également un moteur dégageant moins de fumée, afin de le rendre moins repérable.

Cette version est uniquement utilisée par les États-Unis, à plus de 7 000 exemplaires.
Différentes sous-versions existent, dont notamment  l'AIM-9M-8 pour l'US Navy et l'AIM-9M-9 pour l'USAF avec encore une meilleure résistance aux contres-mesures, une fusée optique DSU-15B/B et un moteur Mk 36 mod 11.
L'AIM-9M-10 est un AIM-9M-8 légèrement modifié pour son emport par les F/A-18E/F Super Hornet.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 850 mm (112 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 86,001 kg (189,6 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Bermite / Hercules Mk 36 mod 9
  • Portée maximale : 17,7 km (10,998 mi, 9,557 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B
Raytheon AIM-9M Sidewinder

AIM-9N Sidewinder

Histoire
Il s'agit d'un nouveau nom des AIM-9J1, des AIM-9E améliorés destinés à l'exportation.
Caractéristiques
  • Longueur : 3 070,86 mm (120,9 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 579,12 mm (22,8 in)
  • Masse : 78 kg (172 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 14,5 km (9,01 mi, 7,829 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9P Sidewinder

Histoire
L'AIM-9P est une version conçue à la demande de l'USAF, initialement en vue d'équiper certaines armées étrangères qui n'avaient pas les moyens ou n'étaient pas autorisées à acheter l'AIM-9L. Cependant, un nombre important des 21 000 missiles produits (certains étant des AIM-9B/E/J modifiés) équipent tout de même l'USAF. Plusieurs sous-versions co-existent :

  • AIM-9P-1, avec la fusée de proximité optique DSU-15/B,

  • AIM-9P-2 au moteur sans fumée,

  • AIM-9P-3 avec le moteur du AIM-9P-2, une nouvelle charge moins sensible et un autodirecteur amélioré (certaines sources disent que la fusée d'origine est conservée, d'autres que la fusée est la DSU-15/B,

  • AIM-9P-4 est un AIM-9P-3 avec un autodirecteur reprenant les avancées du AIM-9M,

  • AIM-9P-5 est un AIM-9P-4 avec des contre-contre-mesures améliorées


Caractéristiques
  • Longueur : 3 070,86 mm (120,9 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 579,12 mm (22,8 in)
  • Masse : 78 kg (172 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Thiokol Mk 17
  • Portée maximale : 14,5 km (9,01 mi, 7,829 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 4,54 kg (10 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation

AIM-9Q Sidewinder

Histoire
L'AIM-9Q est un projet de l'US Navy d'amélioration de l'AIM-9M. Peu d'informations sont disponibles, le projet a été probablement abandonné ou été renommé en une des sous-versions de l'AIM-9M.
Caractéristiques
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B

AIM-9R Sidewinder

Histoire
Le programme AIM-9R a été lancé en 1986 par l'US Navy, afin d'obtenir un remplaçant aux AIM-9M.
Le principal changement devait être un autodirecteur WGU-19/B. Un premier tir réussi eu lieu en 1990, mais l'absence de financement eu raison du projet en 1992.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 850 mm (112 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 88 kg (193 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Bermite / Hercules Mk 36 mod 9
  • Portée maximale : 19,315 km (12,002 mi, 10,429 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B

AIM-9S Sidewinder

Histoire
L'AIM-9S est presque identique à l'AIM-9M ; seules ses contre-contre-mesures électroniques ont été fortement dégradées afin de vendre le missile à des clients étrangers.
À ce jour, le seul client connu est la Turquie.
Caractéristiques
  • Longueur : 2 850 mm (112 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Masse : 86,001 kg (189,6 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Bermite / Hercules Mk 36 mod 9
  • Portée maximale : 17,7 km (10,998 mi, 9,557 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 11 kg (25 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B

AIM-9X

Histoire
La chute du Mur de Berlin permit à l'Occident de tester les derniers missiles soviétiques R-73 combinés au viseur de casque du MiG-29. Des essais et un certain nombre de simulations montrèrent une nette supériorité du R-73 sur ses équivalents occidentaux.

Comme les États-Unis avaient abandonné l'idée d'équiper leurs appareils d'AIM-132 ASRAAM, une nouvelle version du Sidewinder fut créée.

Cet AIM-9X conserve le moteur et la charge de l'AIM-9M mais la cellule est entièrement nouvelle, avec notamment un empennage et des canards plus petits afin de minimiser la traînée. De plus, comme les autres missiles de la même génération, la tuyère est orientable pour augmenter l'agilité.

Le missile est plus petit que ses prédécesseurs afin d'entrer dans les soutes des F-22 et F-35, mais il reste compatible avec les rails lance-missiles existant, comme les LAU-7/A, -127/A, -128/A and -129/A.

Différentes versions d'entraînement sont disponibles : CATM-9X (missile captif), DATM-9X (entraînement au sol), NATM-9X (version instrumentée).
Caractéristiques
  • Longueur : 3 020 mm (119 in)
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 280 mm (11 in)
  • Masse : 85 kg (187 lbs)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36
  • Portée maximale : 41 km (25 mi, 22 nm)
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif
  • Masse de la charge : 9,435 kg (20,8 lbs)
  • Charge utile : Charge à fragmentation annulaire WDU-17/B
Raytheon AIM-9X

ZAIM-9K

Histoire
L'AIM-9K devait être un AIM-9H amélioré, mais l'US Navy abandonna le projet pour rejoindre celui du AIM-9L (d'où la désignation commençant par un Z), afin d'avoir un unique missile pour les deux armées.
Caractéristiques
  • Diamètre : 127 mm (5 in)
  • Envergure : 630 mm (25 in)
  • Propulsion : Moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk 36 mod 6
  • Vitesse initiale : Mach 2,5
  • Guidage : Infrarouge passif

Appareils

Images

Images

Forum

Il n'y a pas encore de sujet dédié. En attendant d'en créer un, voici les derniers messsages de la catégorie Armements aériens.
Voir la catégorie complète » Créer un nouveau sujet »
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 17:33 Ansierra117
Le type qui tient ce blog est un gars de mon école (pour situer son âge). Un grand complotiste qui a réussi à s'engueuler à propos de ce type de munitions avec l'historien Pierre Razoux pendant une conférence sur la 2e guerre du Golfe. Quand je lis l'article, je constate que c'est donc définitivement un grand malade.
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 18:02 Sharky 125
Il ne me semble pas très au fait de certaines choses. Le A10 n'a pas de mitrailleuses mais un canon de 30mm, le canon Vulcan. C'est un canon automatique type Gatling, une mitrailleuse tire des balles, un canon tire des obus. Sur la photo, la munition du bas n'est pas une roquette anti char, mais un obus de mortier anti personnel, on voit très bien la queue porte-charges. La longueur de la fusée d'ogive est caractéristique des obus anti personnel. Elle est faite pour provoquer la mise à feu avant que le corps de l'obus ne touche le sol afin que les shrapnels ne soient pas en partie absorbés par la terre. Les bombes de 125 kg DFR sont également équipées de ce genre de fusée.
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 18:36 Cinétic
De plus, les munitions qu'il montre ne ressemblent absolument pas à des munitions contenant de l'uranium.
Par contre ça, ouais si c'est français ou US, c'est probable que c'est à l'uranium appauvri:
Image

Encore plus, une de ses munitions est en bleu, code OTAN pour dire "munition d'exercice" et il n'y a pas d'uranium appauvri pour des munitions d'exercices, pas plus que d'explosif.

Sinon, la couverture "mylar" pour protéger des radiations dans le coffre, c'est aussi efficace que le papier alu sur le crane pour empêcher les aliens de lire dans tes pensées.

La munition du dessus ressemble à un obus de 40mm Bofors mais on le voit pas entièrement, donc pas certain. Si on considère que ce type d'obus existait lors de la 2ème GM, les chances alors qu'il contienne de l'uranium sont nulles.

Conclusion, le type est un horrible photographe (il cache les inscriptions de la munition pour pouvoir mettre son adresse mail l'imbéc**), n'a aucune idée du sujet dont il parle, et est un conspirationniste irrécupérable.

Ceci confirme clairement que l’uranium est utilisé dans des missiles, contrairement à ce que l’ICBUW affirme désespérément.
Mais ce n'est pas des missiles que t'as dans ton coffre! Il pourrais aussi bien dire que ça confirme qu'il y a de l'uranium dans les baïonnettes car on a pas vu ou parlé du moindre missile (ou baïonnettes) auparavant dans son article.
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 19:00 glwpatton

Sharky 125 a écrit

Sur la photo, la munition du bas n'est pas une roquette anti char, mais un obus de mortier anti personnel, on voit très bien la queue porte-charges. La longueur de la fusée d'ogive est caractéristique des obus anti personnel. Elle est faite pour provoquer la mise à feu avant que le corps de l'obus ne touche le sol afin que les shrapnels ne soient pas en partie absorbés par la terre. Les bombes de 125 kg DFR sont également équipées de ce genre de fusée.

Merci Sharky !
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 19:19 Sharky 125
L'uranium appauvri a beaucoup d'utilisations. La quille d'un des bateaux de Tabarly en était lestée, elle a ensuite été récupérée par Dassault pour lester des lance missiles Sidewinder sur les Mirages F1 espagnols.
La munition du haut me semble bien à moi aussi être un 40mm Bofors.
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 20:41 d9pouces
J'en profite pour poser mes questions idiotes :D
est-ce que le seul intérêt de l'uranium appauvri est sa densité ?

Pour la munition du haut, on a l'impression qu'il y a des ailettes à l'arrière, un peu comme certaines roquettes, non ?
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 21:09 FlorentPirot
Bonjour,
J'ai beaucoup, beaucoup progressé dans mes recherches depuis cette histoire avec ces munitions. Je me demandais en fait simplement si le phénomène atmosphérique que l'on observe dans la deuxième photo de l'article (non seulement un halo mais surtout une forme triangulaire absolument anormale dans le halo lunaire, halo qui est incomplet) était plutôt provoqué par des particules bêta (Th234 et Pa234m) ou gamma (la petite raie d'émission de U238).
Cet article vous donnera des informations assez précises sur l'emploi d'uranium dans les missiles antichar et les bombes guidées ainsi que les missiles de croisière mais j'ai beaucoup d'autres choses en stock, consultez les articles récents sur ma page (celui-ci par exemple).
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 21:21 Jericho
Je ne suis pas un connaisseur des obus de mortier de gros calibre (je n'avais utilisé que des 60mm), mais j'ai pas mal utilisé le Panzerfaust 3, qui était notre arme antichar durant mes dernières années d'armée et je suis à peu près certain que la munition du bas est une roquette du Panzerfaust 3. Par contre, il y a eu plusieurs versions avec des tubes à l'avant plus ou moins long et muni, ou non, d'une première charge explosive pour contrer les blindages réactifs. Bleu pour exercice dans l'OTAN, c'est exact (mais pas chez nous :hehe: ).
Quelques images ici, avec la bonne couleur.
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 21:30 FlorentPirot
Oui, Panzerfaust 3, c'est exactement ce que j'avais trouvé, et c'est pour armure réactive (UEB-RA). C'est surtout l'autre ogive que je cherchais à reconnaître…
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 21:42 Ansierra117
Florent, il n'y a pas 3 kg d'uranium dans chaque missile de croisière et encore moins dans un missile Hellfire ou Maverick. C'est totalement faux. Renseigne-toi sur le prix de l'uranium (peu importe avec quel isotope), tu vas vite comprendre pourquoi. Et pour renforcer mon assertion, le Tomahawk n'est pas un missile servant à pénétrer un quelconque blindage pour lequel se justifierait l'emploi d'uranium appauvri, comme un obus de 120mm par exemple

Les articles sont bourrés de biais de ce genre…
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 22:31 Jericho
La munition du haut ne me fait pas vraiment penser à un obus… Il semble d'une seule pièce (pas de douille) et du même diamètre sur toute sa longueur. De plus, comme le fait remarquer D9, il semble y avoir encore quelques chose à l'arrière. ça ne pourrait pas plutôt être une partie de roquette (genre air-sol) ? Comme un peu ici, sur les exemples en haut à droite, même si c'est pas ces modèles là…
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 22:40 FlorentPirot
Ansierra 117 : l'uranium appauvri ne coûte pas cher du tout, il y en a d'énormes stocks. Par contre l'utilisation d'autres isotopes plus réactifs augmente beaucoup la facture. Explications de la technologie : https://assopyrophor.org/2017/04/25/de-la-possibilite-dutiliser-du-thorium-228-pour-produire-des-armements/
La présence de plomb 208 en très grandes quantités dans les dents d'enfants malformés ne laisse aucun doute. Il ne pourrait pas être là si le seul isotope utilisé était U238 car celui ci met énormément de temps à se décomposer.

L'ogive me faisait penser à un vieux missile TOW en fait (utilisés à Canjuers, dans le coin où j'ai acheté ces munitions - notez que maintenant les surplus n'ont plus le droit de vendre de tels objets).
Re: Identification de munitions à 04/05/2017 23:35 Jericho

FlorentPirot a écrit

L'ogive me faisait penser à un vieux missile TOW en fait (utilisés à Canjuers, dans le coin où j'ai acheté ces munitions - notez que maintenant les surplus n'ont plus le droit de vendre de tels objets).
Le TOW fait dans les 152mm de diamètre, cette "munition", à vue de nez par rapport à la roquette du PzF, doit faire dans les 65 à 70mm, non? Si mon hypothèse devait être juste, en France on pourrait aussi avoir les roquettes SNEB de 68mm.
C'est difficile de chercher sans les dimensions (calibre, longueur, etc.).
Re: Identification de munitions à 05/05/2017 09:04 Sharky 125

d9pouces a écrit

J'en profite pour poser mes questions idiotes :D
est-ce que le seul intérêt de l'uranium appauvri est sa densité ?

Oui c'est surtout sa densité qui est intéressante et il est moins cher que le tungstène. La haute densité de l'uranium permet d'avoir des projectiles sous calibrés (exemple l'obus flèche) de masse élevée. La haute vitesse initiale combinée à une masse élevée et une surface frontale (maitre couple) faible donne un énergie surfacique à l'impact très élevée et une bonne conservation de cette énergie lors de tirs à longue distance. A l'impact l'énergie cinétique élevée se transforme en partie en travail mécanique pour percer le blindage et surtout en une énorme quantité de chaleur suffisante pour provoquer l'inflammation des munitions et du carburant embarqués dans un blindé. Le second avantage des ces munitions, c'est qu'elles ne contiennent pas d'explosif, donc pas besoin de fusée d'amorçage et conditions de stockage facilitées. Leur inconvénient, c'est qu'à l'impact la température élevée et la fusion, même partielle, rendent l'uranium beaucoup plus radioactif. Les personnels, militaires et journalistes, qui sont venus constater les dégâts après l'attaque américaine sur la route de Bassora lors de la première guerre du golfe, en ont fait l'amère experience.
Re: Identification de munitions à 05/05/2017 19:19 glwpatton

Sharky 125 a écrit

rendent l'uranium beaucoup plus radioactif.

Plus exactement la radioactivité de la matière ne change pas mais son impact sur les organismes est décuplée du fait de la dispersion des particules/atomes d'uranium.

Sharky 125 a écrit

Les personnels, militaires et journalistes, qui sont venus constater les dégâts après l'attaque américaine sur la route de Bassora lors de la première guerre du golfe, en ont fait l'amère experience.

Effectivement…
Re: Identification de munitions à 15/05/2017 15:35 FlorentPirot
Alors Panzerfaust 3 UEB (Uran Explosive Bomb puisque WDU veut dire "Explosive" http://www.designation-systems.net/usmilav/asetds/u-w.html#_WDU et non Dummy, d'ailleurs la munition allemande d'exercice c'est le DM 10 https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_von_Bundeswehrmunition vraiment bizarre qu'il y ait deux munitions d'exercice, la prétendue Ubung doit être une version d'exportation)
Pour celle du bas c'est aussi certain, on voit tout simplement l'uranium, c'est la matière, U3F6, extrêmement, extrêmement ductile, là il n'est pas en alliage donc c'est une charge creuse. Au milieu on le voit très très bien, c'est gris et "gras". Certains actinides peuvent se couper au couteau…

AU FAIT LES GARS : vous êtes au courant qu'ils chargent ces missiles avec des éléments à courte demi vie ? Qui émettent des gammas de HAUTE ENERGIE (Ti208, Na24) qui sont donc indétectable avec un Geiger normal, qui ne détecte pas les rayons gammas au dessus de 2 MeV.
Un pilote d'avion de chasse par exemple est naturellement très exposé lors des missions. Mais c'est rien par rapport à tous les braves types qui vont aller se rouler dans la boue à côté des sites visés…
Re: Identification de munitions à 15/05/2017 16:16 Ansierra117
Tu n'es pas là pour faire de la politique ou du prosélytisme. C'est pas le but de ce forum. Tu as demandé de l'aide pour identifier des munitions, des forumeurs t'en ont donné, le reste c'est à modérer, d'autant qu'on pourrait te répondre "and so what ?"
Re: Identification de munitions à 21/05/2017 11:54 Nico2

Ansierra117 a écrit

Tu n'es pas là pour faire de la politique ou du prosélytisme.

Jusqu'ici, je ne vois rien de choquant.

Ansierra117 a écrit

C'est pas le but de ce forum.

Pour sûr :). Cf. la charte.

Ansierra117 a écrit

Tu as demandé de l'aide pour identifier des munitions, des forumeurs t'en ont donné, le reste c'est à modérer, d'autant qu'on pourrait te répondre "and so what ?"

Dans le même temps, un forum reste un lieu de discussion ;) .

Si ça vire au HS, on regroupera les messages déviants sous le sujet idoine.
Re: Identification de munitions à 28/05/2017 11:49 FlorentPirot
Je ne crois pas avoir fait de politique ou de prosélytisme, je signale quelque chose qui représente une menace pour la santé des soldats. Saviez-vous qu'en Italie de nombreux soldats malades (leucémies, lymphomes etc) ont obtenu des compensations significatives après procès ?
Voici une photo où l'on voit très bien la charge creuse. Forme incurvée autour de la lune. Effet chambre à brouillard des particules beta moins du Pa234m et du Th234.
https://pyrophor.files.wordpress.com/2016/11/dsc_0385.jpg?w=552&h=825
Merci à Jericho pour l'identification de la roquette SNEB.

Edit Nico 2 - photo mise en lien - merci de respecter la charte concernant la publication de photos non prises par l'auteur du post[/size:27vgx2ti]
MAU-169 à 11/09/2017 10:45 fredgrs
Bonjour,

Le MAU-169 L/B est monté sur le BGU-48 Enhanced Paveway 2.

Peut il être monté sur d'autres versions ? J'ai un peu perdu de vue la liste des modèles du 169…

Merci

Fred

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:55, modifié le . ©AviationsMilitaires