Rappels

  • Pays : drapeau Italie
  • Date de création :
  • Date de démantèlement :
Gio. Ansaldo & C est une ancienne société industrielle italienne, créée en 1853 à Sampierdarena, près de Gênes, dans le but de développer une industrie nationale de locomotive à vapeur et de matériel ferroviaire nationale. Elle reprend les infrastructures de l’entreprise de mécanique Taylor & Prandi récemment mise en faillite et sa gestion est confiée au jeune et brillant ingénieur en mécanique Giovanni Ansaldo, professeur à l'Université de Gênes.
L’unification de l’Italie va augmenter la concurrence et Gio. Ansaldo & C élargi sa production aux bateaux, ainsi qu’aux équipements électrique et militaire, avant de cesser la production de matériel ferroviaire en 1871. Elle compte également plusieurs fonderies et aciéries.
En 1903, Ansaldo et W.G. Armstrong Whitworth & C. Ltd. créent la société Gio. Ansaldo Armstrong & Co., un complexe industriel d'une capacité de 16’000 travailleurs, qui est ensuite dissout en 1912. Parmi ses réalisations les plus connues d’Ansaldo dans la marine militaire, on trouve plusieurs croiseurs blindés de la classe Garibaldi et le cuirassé Giulio Cesare.
 
Durant la première guerre mondiale, Ansaldo augmente sa production d’arme et de navires. Elle développe également des avions, principalement utilisés pour la reconnaissance aérienne. En 1917, lors de la défaite de Caporetto durant laquelle l'armée italienne perd une partie importante de son artillerie, Ansaldo envoie immédiatement tous ses canons disponibles sur la rive du Piave, avant même l'arrivée des troupes en retraite, permettant ainsi l’organisation de la ligne de résistance qui stoppera les forces austro-hongroises et allemandes. Cette initiative a ensuite été largement utilisée à des fins publicitaires.
 
Durant le conflit, Ansaldo construit à lui seul 46% de l'ensemble de l'artillerie construite en Italie, environ 3’000 avions et 1’574 moteurs d'avion, 96 navires de guerre, 200’000 tonnes de navires marchands et 10 millions de munitions. À la fin de la guerre, en 1918, Ansaldo est la plus grande entreprise italienne et emploie 80’000 personnes dans des dizaines d'usines et de filiales.
 
La crise financière d’après-guerre touche de plein fouet Ansaldo, qui doit convertir sa production aux besoins civils. Après plusieurs tentatives, l’entreprise obtient finalement des aides financières de banques, mais la famille Perrone doit lâcher l’entreprise. Cette dernière est ensuite reprise par l’IRI (Istituto per la Ricostruzione Industriale) et produit de nombreux navires, alors que son département militaire met au point plusieurs prototypes de nouveaux chars d’assaut. En 1925, la division aéronautique est rachetée par FIAT (Fabbrica Italiana Automobili Torino) et elle est renommée dès 1926 FIAT-Ansaldo.
 
En 1993, Ansaldo est entièrement intégré à Finmeccanica S.p.a. et fait partie, depuis 2017, de Leonardo.
 

L'Entre-Deux-Guerres et la montée des périls

Les débuts de l'aviation et la Première Guerre Mondiale

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Il n'y a pas encore de sujet dédié. En attendant d'en créer un, voici les derniers messsages de la catégorie Questions générales et techniques.
Voir la catégorie complète » Créer un nouveau sujet »
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 17:19 ciders
Autre hypothèse : pulvérisation du cockpit à l'impact.

Après faut voir. Est-ce que le A-6 avait un parachute de freinage ? Il ne me semble pas mais il faudrait vérifier.
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 18:57 redge
Il venait d'un porte avion, le Nimitz, je suis au Panama.
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 19:01 ciders
Celui-ci donc : https://aviation-safety.net/wikibase/wiki.php?id=57231
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 19:26 redge
Oui, celui ci meme
Re: parachute siege ejectable à 20/05/2019 11:39 Sharky 125
Suite à un choc frontal, il me semble peu probable que les sièges partent. Un peu plus de précisions sur le parachute pourrait me guider: taille, couleur… Sur un siège il y a trois parachutes: le drogue (ou extracteur), le stabilisateur et le parachute pilote. S'il y a un parachute frein, il se trouve généralement à l'arrière de l'appareil.
Re: parachute siege ejectable à 21/05/2019 19:10 redge
voici une photo, je ne sais pas ce que ça représente
Re: parachute siege ejectable à 22/05/2019 15:29 Sharky 125
C'est une des broches de sécurité que l'on place quand l'avion est au sol. Il y en a plusieurs sur un siège éjectable, en vol elles sont placées dans une pochette sur le côté gauche du siège.
Re: parachute siege ejectable à 23/05/2019 14:20 redge
ça viendrait donc du cockpit;
Nous allons refaire une autre expé mieux préparé pour retrouver plus de choses,
merci pour votre aide
Plaquette de jonction BA - A vendre si interresser à 07/06/2019 02:49 Pierrax
[attachment=0:3il37p5f]<!– ia0 –>IMG0310A.jpg<!– ia0 –>[/attachment:3il37p5f] Je voudrai me debarrasser de cet objet recuperer apres avoir parler a un pilote de Mirage 2000 qui s'est ejecter suite a un probleme technique (pas de réponse palonnier) dans les année 2000 a Gruissan..
Si quellqu'un peu me dire sa valeurs ou si interresser contacter moi au 0645539630 merci
Re: j ai trouvé c est des pieces de mirage IIIC à 22/07/2019 16:22 olive1111
Bonjour, je viens de débarquer et de voire votre post. J'avais 6 ans à l'époque mais je me souviens de deux ou trois choses intéressantes. Les deux avions sont entrés en collision lors d'un exercice en altitude dans les environs de Charleville-Mézières. L'un des pilotes est parvenu à s'éjecter mais a été blessé. Je n'ai pas d'info sur le sort de l'autre. La collision a produit de très nombreux débris, dont certainement ceux que vous avez retrouvés. L'un d'eux est tombé à quelques mètres de mon grand père à l'époque, qui était occupé à travailler sur son toit. S'agissant d'un petit morceau (environ 20 cm), il l'avait conservé. Il habitait alors pas très loin de la zone du crash. Car il y a eu crash de l'un des deux avions sur la maison du Maire de DAMOUZY, sans faire de tués, mais trois blessés quand même chez les pompiers intervenus par la suite. A l'époque je me souviens que j'étais terrorisé car je pensais que des morceaux pouvaient encore retomber plusieurs jours après… Je me souviens aussi que quand j'étais chez mes grands parents ma terreur c'était les passages bas et rapides de chasseurs, qui étaient très fréquents. Ils habitaient La Havetière, soit à la périphérie de Charleville. Et ça me paraissait vraiment bas. Mais bon cet accident a du se produire en altitude. Il faudrait peut être demander au journal l'ardennais s'ils peuvent ressortir des archives de l'époque. Sans doute. Mon grand père avait gardé toutes les coupures de presse de l'époque mais je ne crois pas les avoir gardées (enfin, mes parents). De quel côté avez vous retrouvé ces débris ? A coup sur dans le secteur ARREUX-DAMOUZY-MELLIER FONTAINE (je crois que c'est à la verticale de Mellier que la collision s'est produite). Bien à vous. Olivier
Identification de nez Mirage III ? à 18/08/2019 19:11 jmkz1
Bonjour å tous, j'aurais besoin de votre aide pour identifier deux nez d'avion qui seraient d'après le vendeur des nez de Mirage III R et Mirage III…
Qu'en pensez-vous, autant le nez possédant les fenêtres pour les caméras semble bien être un Mirage III R, autant je n'arrive pas à identifier avec précision le second nez avec le semblant de prise Naca inversée la partie inférieure.
Merci pour votre aide, j'attends vos réponses avec impatience.

P.S. Les autocollants "Mirage III R" et "Mirage III" ne sont pas d'origine.
Image
Image
Re: Identification de nez Mirage III ? à 18/08/2019 22:57 jmkz1
J'ai trouvé…
Mirage 5BA (Belge)
Re: Identification de nez Mirage III ? à 19/08/2019 09:03 Jericho

jmkz1 a écrit

J'ai trouvé…
Mirage 5BA (Belge)
Bravo !
C'est dommage, j'ai même pô eu le temps de jouer avec cette devinette … :D
Re: Identification de nez Mirage III ? à 19/08/2019 10:09 iGH
Fallait mettre la main sur le buzzer ! :mrgreen:
Re: Identification de nez Mirage III ? à 19/08/2019 11:10 jmkz1
A votre avis, quelle pourrait être la valeur d'un de ces morceau du patrimoine aéronautique Français ?
Même si pour le coup il s'agit d'une version de Mirage n'ayant pas volé dans l'une des esquadrilles de l'armée de l'air Française.
Je suis plus intéressé par le nez de Mirage 5BA, même si le Mirage 5BR est encore plus rare…
Re: Identification de nez Mirage III ? à 19/08/2019 11:55 Jericho

iGH a écrit

Fallait mettre la main sur le buzzer ! :mrgreen:
J'ai même pas eu le temps de trouver où était le buzzer… :bonnet:
Re: Identification de nez Mirage III ? à 20/08/2019 15:08 cachée dans les pins
Vous pouvez répéter la question?
Re: Identification de nez Mirage III ? à 21/08/2019 21:53 d9pouces
J'imagine que les caméras ont été démontées du Mirage IIIR ?

Par contre, aucune idée du prix qu'on peut donner à ce genre de matériel, ni même comment en savoir davantage.
Peut-être en s'adressant aux équipes de petits musées (comme celui de Lyon Corbas) ?
Re: Identification de nez Mirage III ? à 22/08/2019 09:48 Clansman
Par contre, aucune idée du prix qu'on peut donner à ce genre de matériel

Faudrait une cotation à l'Argus. :mrgreen:
EOPN ce qu'il faut connaître à 17/09/2019 22:01 Mortof
Bonsoir,

Je passe les concours EOPN prochainement, pouvez vous me donner (site, autres sources d'info) pour me documenter sachant que j'ai déjà une bonne base? Donc j'aimerai me perfectionner avec des détailles précis (versions d'avions, systèmes, histoire de l'aviation, lexique, …), bref tout ce qui sera utile pour les entretiens. Merci d'avance
Texte de , créé le Jan. 26, 2019, 9:48 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires