Rappels

Présentation

Histoire
Entre la fin du mois de janvier et le début du mois de février 1995, l'Equateur et le Pérou s'affrontèrent militairement, dans ce qu'on a appelé par la suite la guerre du Cenepa. Cette guerre constituait un épisode supplémentaire dans les relations très agitées entre les deux pays, qui avait déjà mené à plusieurs incidents armés. Le conflit vit à l’œuvre deux des forces aériennes les plus puissantes du continent sud-américain, la Fuerza Aérea Ecuatoriana (FAE) et la Fuerza Aérea del Peru (FAP).

Le 10 février 1995, après plusieurs jours d'intenses bombardements aériens menés par la FAP, la FAE parvint enfin à réagir efficacement. En effet, si plusieurs hélicoptères péruviens avaient déjà été abattus, ils l'avaient été par des unités au sol, au moyen de missiles sol-air. Lors des incursions des bombardiers péruviens, les intercepteurs équatoriens étaient arrivés à chaque fois trop tard. Ce ne fut pas le cas ce jour-là.

Ayant repéré une vague ennemie en approche, la FAE engagea deux paires d'intercepteurs, deux Mirage F1, suivis par deux IAI Kfir. Les F1 arrivèrent rapidement sur zone, et tombèrent sur deux Sukhoï Su-22 Fitter péruviens. Dépourvus de détecteur d'alerte radar, les Fitter furent surpris par l'arrivée des chasseurs équatoriens : le premier fut abattu au moyen d'un missile air-air R.550 Magic, tandis que le second, ayant survécu à un premier impact, en encaissait finalement un second.

Quelques minutes plus tard, la patrouille de Kfir fut envoyée intercepter une paire de Cessna A-37B péruviens. Les A-37 repérèrent leurs assaillants : l'un d'entre eux fut abattu par un Shafrir Mk. II après avoir tenté de se mettre en position de tir, le second parvint à s'échapper après une série de manœuvres à basse altitude. Après cette seconde attaque, ordre fut donné aux appareils péruviens encore sur zone de la quitter rapidement. Les appareils équatoriens ne furent pas inquiétés et rentrèrent sans encombre à leurs bases respectives.

Au total, l'affrontement du 10 février coûta à la FAP trois appareils, ce qui en fit la journée la plus meurtrière du conflit pour cette force aérienne. Les pilotes des Su-22 ne survécurent pas à l'attaque, tandis que l'équipage du A-37 parvint à s'éjecter au-dessus de la jungle et fut par la suite récupéré par un hélicoptère péruvien.

Appareils

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Il n'y a pas encore de sujet dédié. En attendant d'en créer un, voici les derniers messsages de la catégorie Questions générales et techniques.
Voir la catégorie complète » Créer un nouveau sujet »
Re: Cheval de bois ? à 24/08/2018 08:23 Jericho

d9pouces a écrit

Pour moi, un cheval de bois était quand l'avion dérapait et sortait de la piste à l'atterrissage (en finissant de préférence sur le nez)…
… action qui doit avoir lieu proche de l'ennemi: celui-ci déplacera l'avion et l'introduira à l'intérieur de son camp, puis se fera surprendre durant la nuit par les commandos cachés à l'intérieur de l'appareil! Non? Je mélange tout? Ah bon… :bonnet:


Edit: M'suis trompé:
"Une correction faible ou tardive peut amener au tête à queue complet mieux connu sous le nom de « cheval de bois »."
(dans le paragraphe " I : Train classique et train tricycle")
Re: Cheval de bois ? à 24/08/2018 14:14 Clansman
Mais oui, je me posais la question aussi !

Alors j'ai regardé, et si je comprends bien ces sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Avion_%C3%A0_train_classique#Roulage

https://www.pilotes-prives.fr/viewtopic.php?f=8&t=8920

https://forums-fr.ubi.com/showthread.php/43001-Diff%C3%A9rence-entre-un-cheval-de-bois-et-une-mise-en-pyl%C3%B4ne-Forums

Un cheval de bois consiste à déraper sur une roue, au point que l'aile touche la piste, comme ici :

https://www.aerovfr.com/2018/01/quand-les-roues-se-mettaient-de-travers/

Ca peut arriver avec un fort vent de travers. Ca peut déboucher sur une mise en pylône, mais pas forcément.

La mise en pylône, c'est la fameuse position de l'avion sur le nez (l'hélice) et est due essentiellement à un excès de freinage.

Bref : Un bon atterrissage, c'est quand on peut sortir tout seul de l'avion. Un excellent atterrissage, c'est quand l'avion peut servir à nouveau. :mrgreen:

EDIT : pas trouvé de photo de cheval de Troie mis en pylône, désolé.
Re: Cheval de bois ? à 24/08/2018 14:31 Paxwax
Pour moi, un cheval de bois, c'est quand l'avion plante son nez dans le sol. Ça peut avoir plein de causes. En général, ça arrive sur des avions légers, que ce soit suite à un atterrissage où l'avion n'a pas assez relevé le nez avant de toucher le sol, à un équilibrage du fret trop vers l'avant, à un freinage trop brutal (blocage d'une roue par exemple)…

Ça peut même arriver au décollage, sur des avions intrinsèquement mal équilibrés… Le Spitfire, par exemple, avait une tendance dangereuse au cheval de bois, en raison d'un moteur dans le nez très lourd par rapport à la queue (centre d'inertie très à l'avant), et de surfaces de vol plutôt larges qui au moindre déréglage pouvaient facilement faire piquer l'avion.

Edit: Ah! Clansman, tu m'as devancé… Et à lire tes sources, j'aurais en fait confondu entre "mise en pylone" et "cheval de bois"… Je pense ne pas être le seul, j'ai souvent entendu cette expression faire référence au plantage de nez dans le sol…
Re: Cheval de bois ? à 24/08/2018 15:08 Jericho

Paxwax a écrit

…Et à lire tes sources, j'aurais en fait confondu entre "mise en pylone" et "cheval de bois"… Je pense ne pas être le seul, j'ai souvent entendu cette expression faire référence au plantage de nez dans le sol…
Pareil pour moi… ;)
Re: Cheval de bois ? à 24/08/2018 16:19 Clansman
Ah! Clansman, tu m'as devancé… Et à lire tes sources, j'aurais en fait confondu entre "mise en pylone" et "cheval de bois"… Je pense ne pas être le seul, j'ai souvent entendu cette expression faire référence au plantage de nez dans le sol…

Ben pas mieux de mon coté, il a fallu que j'aille vérifier, et apparemment la confusion est courante. Dans un forum que je cite, même le Fana de l'Aviation semble se tromper.

Je pense que la confusion vient du fait qu'un cheval de bois peut mener à une mise en pylône.
Re: Cheval de bois ? à 25/08/2018 16:45 d9pouces
Je confondais un peu les deux, je pense :D

Mais à défaut de me sentir moins bête, je me sens moins seul :bonnet:
Re: Cheval de bois ? à 26/08/2018 22:28 Paxwax

d9pouces a écrit

Mais à défaut de me sentir moins bête, je me sens moins seul :bonnet:

Tu m'ôtes les mots de la bouche! :mrgreen:
Re: Cheval de bois ? à 27/08/2018 09:37 Jericho

Paxwax a écrit

d9pouces a écrit

Mais à défaut de me sentir moins bête, je me sens moins seul :bonnet:

Tu m'ôtes les mots de la bouche! :mrgreen:
Là-dessus aussi… on se sentira moins seul! :bonnet:
Re: L'avenir technologique de l'aviation à 22/11/2018 12:52 Jericho
Ne sachant pas où poster cet article, je déterre ce topic…

Aux USA, des scientifiques sont parvenus à faire voler un mini-avion de 3kg propulsé par vent ionique. Ce type de propulsion consiste à utiliser un champ électrique pour accélérer des ions qui entrent en collision avec l'air, créant un "vent" qui fait avancer l'avion. Silencieux, cet avion possède plusieurs vertus: pas de pièces mobiles pour assurer la propulsion, pas de consommation de carburant, pas d'émissions polluantes. L'énergie électrique utilisée n'a pas de perte d'énergie par conversion et pourrait être couplable à des panneaux photo-voltaïques.
Ils imaginent utiliser cette technologie dans un premier temps pour des drones volant à haute altitude.
parachute siege ejectable à 16/05/2019 19:39 redge
Bonjour a tous.
Je ne suis pas pilote mais explorateur…
j'ai retrouvé l'épave d'un A6 intruder disparu depuis presque 40 ans.
Accident de nuits, vol en pilote auto, apriori problèmes electroniques.
Il ne reste que quelques pieces lourdes, le reste est en fragments dans une cordillère a 2000 m, très difficile d'acces
Mais l y a aussi des restes de toile de parachute.
Ma question est:
D'un choc frontal dans une falaise a haute vitesse est il possible que les sièges éjectables se déclanchent?
Ou les deux pilotes ont peut etre eu le temps de s'ejecter?
Re: parachute siege ejectable à 16/05/2019 22:20 ciders
Juste un détail pratique : tu as avisé les autorités compétentes de ta présence sur place ?

Sinon, me semble que non. Ca ne se déclenche pas automatiquement.
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 13:04 redge
oui les autorités sont au courant.
le fait donc d'avoir un bout de parachute laisserait entendre une éjection… alors le siege doit se trouver pas loin,
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 17:19 ciders
Autre hypothèse : pulvérisation du cockpit à l'impact.

Après faut voir. Est-ce que le A-6 avait un parachute de freinage ? Il ne me semble pas mais il faudrait vérifier.
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 18:57 redge
Il venait d'un porte avion, le Nimitz, je suis au Panama.
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 19:01 ciders
Celui-ci donc : https://aviation-safety.net/wikibase/wiki.php?id=57231
Re: parachute siege ejectable à 17/05/2019 19:26 redge
Oui, celui ci meme
Re: parachute siege ejectable à 20/05/2019 11:39 Sharky 125
Suite à un choc frontal, il me semble peu probable que les sièges partent. Un peu plus de précisions sur le parachute pourrait me guider: taille, couleur… Sur un siège il y a trois parachutes: le drogue (ou extracteur), le stabilisateur et le parachute pilote. S'il y a un parachute frein, il se trouve généralement à l'arrière de l'appareil.
Re: parachute siege ejectable à 21/05/2019 19:10 redge
voici une photo, je ne sais pas ce que ça représente
Re: parachute siege ejectable à 22/05/2019 15:29 Sharky 125
C'est une des broches de sécurité que l'on place quand l'avion est au sol. Il y en a plusieurs sur un siège éjectable, en vol elles sont placées dans une pochette sur le côté gauche du siège.
Re: parachute siege ejectable à 23/05/2019 14:20 redge
ça viendrait donc du cockpit;
Nous allons refaire une autre expé mieux préparé pour retrouver plus de choses,
merci pour votre aide
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:54 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires